Autoroute A7 (France)


Autoroute A7

L'autoroute A7 près d'Orange à quatre voies en direction de Marseille et cinq voies dans l'autre sens.
Autres dénominations Autoroute du Soleil
Historique
Ouverture 1951-1969
Caractéristiques
Longueur 311 km
Direction nord – sud
Extrémité nord M 6 (A6) à Lyon, Tunnel sous Fourvière
Intersections
Extrémité sud Marseille
Réseau Autoroute française
Dénomination européenne : E 15E 80E 712

E 714

Territoire traversé
2 régions Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur
6 départements et collectivités territoriales Métropole de Lyon, Rhône, Isère, Drôme, Vaucluse, Bouches-du-Rhône
Villes principales Lyon, Vienne, Tain-l'Hermitage, Valence, Montélimar, Bollène, Orange, Avignon, Cavaillon, Salon-de-Provence, Vitrolles, Marseille
Exploitation
Gestionnaire DIR Centre-Est de Lyon à bif. A46/A47
ASF entre bif. A46/A47 et Rognac
DIR Méditerranée de Rognac à Marseille

L'autoroute A7 (aussi appelée « autoroute du Soleil ») est une autoroute française qui prolonge l'autoroute A6 dans le quartier de Perrache à Lyon jusqu'à Marseille sur 312 km[1].

Elle fait partie des routes européennes E15 (de Lyon à Orange), E80 (de Salon-de-Provence à Coudoux, échangeur A7/A8), E714 (d'Orange à Marseille) et E712 (de Septèmes-les-Vallons à Marseille).

Elle est gérée principalement par la société Autoroutes du Sud de la France (ASF). Radio Vinci Autoroutes (107,7 MHz) fonctionne sur l'A7, secteur ASF. L'A7 fait partie sur le réseau ASF de la zone est.

Sommaire

Histoire


Amorces

L'autoroute A7 trouve ses origines lors de l'ouverture de l'Autoroute Nord, nom encore usité aujourd'hui pour la partie de l'A7 situé dans l'agglomération Marseillaise, sans rapport avec l'Autoroute du Nord A1, qui doublait les nationales 8 et 113 au nord de Marseille.

Cette liaison d'origine à 2 × 2 voies a été livrée à la circulation en 1951 suivant ce tracé et ces sorties :

Ce tronçon mesure 13 km.

Au nord de la vallée du Rhône, une portion longue de 30 km relie Lyon à Vienne dont l'ouverture intervient en 1965 :

Son prolongement entre La Mulatière et la Gare de Perrache est livré en 1968 avec un raccordement final sur l'A6 en 1971 à la suite de l'ouverture du tunnel de Fourvière la même année.

Son développement

Ouvertures successives

L'autoroute est idéalement placée dans un couloir abondamment pourvu en infrastructures de transport, avec une voie fluviale et deux voies ferrées (lignes de Paris à Marseille et de Givors à Grezan), dans une région déjà fortement dynamisée[2]. L'arrivée de l'autoroute donnait l'avantage aux communes de la rive gauche du Rhône[3], où le report du trafic de la route nationale 7 vers l'autoroute a permis le développement des villages traversés par cette route[4].

Aménagements postérieurs

L'autoroute est élargie à deux fois trois voies entre Vienne et Orange en 1987, puis jusqu'à Salon-de-Provence en 1992.

Les 300 derniers mètres sont déclassés dans Marseille entre la sortie Saint-Charles et la Porte d'Aix, le 7 juillet 2010, dans le cadre de l'opération d'aménagement urbain Euroméditerranée[5],[6]. Le pont est foudroyé le 7 août 2010[7].

L'échangeur no 20, dénommé Orange-Nord (situé sur la commune de Piolenc) n'était qu'un quart d'échangeur, ne permettant que l'entrée sur l'autoroute dans le sens nord-sud. Il avait été conçu à la suite de l'interdiction de circulation des poids lourds sur la commune d'Orange, afin qu'ils puissent contourner l'agglomération et revenir sur la nationale 7 au sud d'Orange[8]. Cet échangeur, déclaré d'utilité publique le 13 novembre 2013, a été inauguré le 21 décembre 2015[9].

Avenir

À Lyon, dans le cadre du premier projet de Lyon Confluence datant de 1998, la portion entre La Mulatière et Perrache devait être déclassée et transformée en boulevard urbain qui aurait par conséquent été interdit aux véhicules dont le poids total en charge excède 3,5 tonnes (sauf desserte). Un nouveau contournement par l'ouest de la ville (Autoroute A44) aurait dû être construit. Le déclassement est officiellement annoncé en 2016 par le secrétaire d'État chargé des Transports[10].

À la suite du débat public tenu en 2006 sur la politique des transports dans la vallée du Rhône et l'arc languedocien[11], les ministères concernés (Ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, Ministère de l'écologie et du développement durable) ont conclu que « l'élargissement des autoroutes A7 et A9 n'est pas retenu. Un point de rendez-vous est fixé dans 5 ans »[12].

16 km des tronçons de l'A6 et de l'A7 traversant Lyon sont déclassés le en route à grande circulation[13], avec le projet de les aménager en boulevard urbain d'ici 2020[14]. Ce tronçon déclassé de l'A7 est renommé M7 (Route métropolitaine 7).

L'autoroute A7N entre le nœud de Pierre Bénite et la gare routière de Perrache (PK 0) est renumérotée M7 (Route Métropolitaine 7, cartouche fond bleu ciel) suite à son déclassement. Les nouveaux panneaux intégrant la renumérotation commencent progressivement à remplacer les anciens panneaux avec le cartouche A7.

Échangeurs et villes desservies


Nota : on appelle « A7 Nord » (A7N) la section allant de Lyon au Péage de Vienne-Reventin (PK 36 A7N = PK 6 A7). Cette appellation non officielle est utilisée notamment sur les points de repère kilométriques et pour les messages sur la radio autoroutière, car il y avait initialement 2 repérages kilométriques de Lyon (PR 0 à Perrache) à Vienne, puis de Vienne (PR 0) à Marseille. Cette appellation « A7 Nord » permet d'éviter les ambiguïtés. Dans la liste suivante, les villes indiquées sur des panneaux à fond vert sont représentés en gras.

Circulation


Cette autoroute est très chargée tout au long de l'année. L'axe de la vallée du Rhône voit transiter des flux de trafic surtout de poids-lourds entre le nord de la France, le Benelux, l'Allemagne et le pourtour méditerranéen (Languedoc, Marseille, Espagne et Afrique du Nord…). De plus la circulation est aussi générée par un trafic local desservant tout le chapelet des villes de la vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence, Orange, Avignon…) et les axes latéraux (Saint-Étienne, Grenoble, Aix…).

Pendant les périodes de vacances, le trafic déjà chargé, devient très rapidement saturé, notamment en direction du sud en début de congés, vers le nord en fin de congés. Le dernier week-end de juillet et le premier week-end d'août sont particulièrement chargés dans les deux sens - les embouteillages pouvant parfois s'étendre sur des centaines de kilomètres - lors de ce qu'on nomme le chassé-croisé entre les juillettistes qui terminent leurs vacances et ceux dits aoûtiens qui les commencent.

Depuis 2004, année d'expérimentation sur le tronçon le plus chargé (Vienne - Orange), une régulation dynamique des vitesses a été mise en place : les jours de fort trafic, la vitesse maximale autorisée est ramenée à 110 voire 90 ou 70 km/h sur certains tronçons, afin, en uniformisant les vitesses des véhicules, de fluidifier la circulation. Cette limitation de vitesse varie en fonction du débit enregistré. Des panneaux à messages variables indiquent la vitesse limitée et un autre indique de ralentir, si cette vitesse limite est dépassée[15]. La réduction de la vitesse permet également de réduire le nombre d'accidents[16].

Trafic

Les chiffres moyens sont donnés à titre indicatif.

Jonctions A9-A7

Lieux sensibles

Lieux touristiques


Lieux situés sur l'autoroute

Les aires de Montélimar Est et Ouest, situées sur la commune d’Allan, dans le département de la Drôme, s'étendant sur plus de 47 hectares, sont présentées par la presse comme la plus grande aire autoroutière d'Europe[19].

En 2015, un article du journal Le Parisien indique qu'il s'agit également du plus important lieu de vente de nougat de France, concurrençant ainsi les commerçants de la ville de Montélimar[20].

Villes et secteurs concernés

Dans la culture


Dans son livre Les Autonautes de la cosmoroute (Los Autonautas de la cosmopista), l'écrivain argentin Julio Cortázar raconte le voyage de trente-deux jours fait avec son épouse, l'autrice américaine Carol Dunlop sur l'« autoroute du soleil » (les autoroutes A6 et A7), entre Paris et Marseille.

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références


Notes

Références

  1. Itinéraire en voiture de l'A6 (Tunnel de Fourvière, Lyon) vers A7 (Marseille) , sur Google Maps.
  2. Bonnafous et al. 1974, p. 235.
  3. Bonnafous et al. 1974, p. 253.
  4. Bonnafous et al. 1974, p. 254-255.
  5. [1] [PDF], sur euromediterranee.fr.
  6. [2], sur euromediterranee.fr.
  7. « Modifications de circulation Porte d'Aix dès aujourd'hui » , sur laprovence.com, .
  8. « Bientôt une sortie d'autoroute sur l'A7 à Piolenc, au nord d'Orange » , sur Midi Libre , (consulté le 29 août 2014).
  9. « Inauguration de la bretelle de sortie de l'échangeur de Piolenc (no 20) sur l'A7 » [PDF], Vinci Autoroutes, (consulté le 31 mai 2016).
  10. « Feu vert pour le déclassement des autoroutes A6-A7 » , sur Le Progrès (consulté le 4 mai 2016).
  11. Site du débat public de 2006 .
  12. Communiqué de synthèse des ministères en date du 4 décembre 2006 [PDF].
  13. [PDF] PROJET DE DELIBERATION DU CONSEIL no 2017-1717 sur rhone.eelv.fr], 30 janvier 2017.
  14. Étienne Jacob, « Pour limiter trafic et pollution, Lyon sacrifie une autoroute » , Le Figaro, samedi 31 décembre 2016 / lundi 1er janvier 2017, page 7.
  15. OCDE et CEMT, La gestion de la vitesse, OCDE, (ISBN 92-821-0379-X, lire en ligne ), p. 109.
  16. OCDE et FIT, Gérer la congestion urbaine, OCDE, , 112 p. (ISBN 978-92-821-0129-2, lire en ligne ), p. 265-266.
  17. Sections du réseau routier national à forte déclivité connues pour être problématiques pour les autocars et les poids lourds [PDF], sur le site du ministère de l'Équipement.
  18. Interdiction de dépasser pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes sur plusieurs sections de l'autoroute A7 en Drôme [PDF], site de la préfecture de la Drôme, 10 juillet 2008.
  19. Site ledauphine.com, article "Montélimar :la plus grande aire d’autoroute d’Europe sur le pied de guerre" , consulté le 8 avril 2020.
  20. site leparisien.fr, article "Reportage : 24 heures sur l'aire d'autoroute de Montélimar", consulté le 8 avril 2020.







Catégories: Projet de transport | Autoroute en Auvergne-Rhône-Alpes | Autoroute en Provence-Alpes-Côte d'Azur | Autoroute A7 (France)




Information à partir de: 02.05.2021 07:09:00 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.