Bouc-Bel-Air


Bouc-Bel-Air

Fontaine à Bouc-Bel-Air.

Blason
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Richard Mallie
2020-2026
Code postal 13320
Code commune 13015
Démographie
Gentilé Boucains
Population
municipale
14 784 hab. (2018 )
Densité 680 hab./km2
Géographie
Coordonnées
Altitude 259 m
Min. 153 m
Max. 330 m
Superficie 21,75 km2
Unité urbaine Marseille-Aix-en-Provence
(banlieue)
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vitrolles
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Liens
Site web http://www.boucbelair.fr/

Bouc-Bel-Air est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Sommaire

Géographie


Localisation

La commune est située entre Marseille, Gardanne et Aix-en-Provence, le vieux village est installé au sommet d'une petite colline. Depuis ce petit sommet, une vision de la chaîne de l'Étoile, la montagne Sainte-Victoire, et même du Mont Ventoux les jours sans brume, est possible.

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Bouc-Bel-Air
Aix-en-Provence
Cabriès Gardanne
Les Pennes-Mirabeau Septèmes-les-Vallons Simiane-Collongue

Voies de communication et transports

Bouc-Bel-Air est traversée par la route nationale 8, route historique qui relie Aix-en-Provence à Toulon. La ville est également longée par l'A51 à l'ouest, la D 6 au sud, et la voie de chemin de fer entre Aix-en-Provence et Marseille au sud.

Trois lignes de bus la desservent : le L51 et L53 de Cartreize qui font la liaison Aix-Marseille en passant par la RN 8, et le bus Aix - Bouc-Bel-Air - Simiane - Mimet du Pays d'Aix.

La commune n'a plus de desserte ferroviaire. Les deux gares les plus proches sont Gardanne et Simiane-Collongue, sur la ligne TER Marseille - Aix-en-Provence - Briançon. La gare d'Aix-en-Provence TGV est à environ 20 kilomètres par voie routière, soit à égale distance de Marseille-Saint-Charles.

Transports aériens : aéroport de Marseille Provence (25 km).

Géologie et relief-

Bouc-Bel-Air est historiquement située sur le piton rocheux où est construit le château, qui culmine à 258 m d'altitude.

La commune comprend de nombreuses autres collines, comme celle des 3 Pigeons (233 m) au nord, celle du Bois de Jussieu (231 m) à l'ouest ou celle de la Salle (239 m) au sud. Elle est également bordée par la colline de Valabre au nord-est et les premiers contreforts du massif de l'Étoile au sud, avec notamment le Baou-Roux, qui culmine à 302 m, et le lieu-dit Sousquières.

Le point culminant de la commune est cependant au cœur de la forêt des Terres Blanches, la principale forêt de Bouc-Bel-Air, à 332 m d'altitude près du lieu-dit Peyrefuguette.

Sismicité

Hydrographie

Bouc-Bel-Air est baignée par le Grand Vallat, qui prend sa source à Simiane-Collongue et parcourt la commune d'ouest en est, entre la Salle, le Pont de Bouc et San Baquis. Il se jette ensuite dans l'Arc au lieu-dit Saint-Pons. La commune est également bordée, au nord-est, par la Luynes.

Bouc-Bel-Air possède sa propre station d'épuration, près de la déchetterie municipale, au bas de la colline de la chapelle Bonne-Mère, le long de la D 60a.

Climat

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 10,9 12,3 15,3 17,5 22,0 25,8 29,4 29,0 25,0 19,9 14,2 11,6 19,4
Températures moyennes (°C) 6,1 7,2 9,7 12,0 16,1 19,8 22,9 22,7 19,2 14,7 9,6 7,0 13,9
Températures minimales (°C) 1,2 2,0 4,0 6,4 10,1 13,7 16,4 16,3 13,3 9,5 4,9 2,4 8,4
Précipitations (hauteur en mm) 59 47 44 63 52 31 16 37 64 98 58 54 623,4
Source : Météo France / Station de Salon-de-Provence

Urbanisme


Typologie

Bouc-Bel-Air est une commune urbaine[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, une agglomération inter-départementale regroupant 50 communes[4] et 1 596 326 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Marseille-Aix-en-Provence est la troisième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris et Lyon[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (46,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (32,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (34,5 %), forêts (26,6 %), zones agricoles hétérogènes (16,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,7 %), mines, décharges et chantiers (2,4 %), terres arables (2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie


Bouc, (le Bel-Air date de 1907), dérive du latin Buccum qui signifie bouche ici pris dans le sens de passage, embouchure. En effet, Bouc-Bel-Air est en quelque sorte l'embouchure du pays d'Aix, à rapprocher de Port-de-Bouc : le port de l'embouchure. Une autre étymologie semble acceptée, ayant pour origine le vieux provençal Baouco, qui signifie petit sommet.

Le nom de la commune en provençal est Bouc ou Bou[11]. Le c final de l'ancien provençal a disparu en provençal moderne, mais ici il a pu être maintenu à titre euphonique en raison du nom officiel portée par la commune au XIXe siècle, Bouc-Albertas.

Histoire


Préhistoire et Antiquité

Les tout premiers Boucains de l'Histoire sont arrivés il y a 6 000 ans autour de la colline du Baou Roux, au sud de l'actuel village ; peut-être près de la source du Trou d'Or qui y coule encore aujourd'hui.

Des fouilles ont établi un peuplement relevant de la culture couronnienne, entre -3200 et -2500.

Ils chassaient l'ours, le cerf et l'aurochs. Plus tard ils domestiquèrent le mouton sauvage et commencèrent à cultiver la terre. Plus tard encore, ils fondirent le bronze puis le fer ; de ces époques on retrouvera des outils, des bracelets et quelques épées. Un jour, pour des raisons de sécurité sûrement, les tribus fondèrent un oppidum au sommet du Baou Roux. C'est du haut de cette falaise qu'ils virent arriver les premiers commerçants grecs qui remontaient vers la vallée de la Durance.

La cité celto-ligure établie au Baou Roux fait partie du peuple salyen dont la capitale est Entremont, au nord de l'actuelle Aix-en-Provence. En 124 av. J.-C. l'oppidum tombe aux mains des Romains menés par le consul Caius Sextius Calvinus, qui la détruisent. Les survivants sont capturés et réduits en esclavage. Des villas gallo-romaines seront construites à Bel-Ombre, aux Revenants ou à Sousquières, et elles sont détruites elles aussi lors des invasions barbares.

Moyen Âge

Les Boucains ne sont que quelques rares familles de paysans regroupés dans de petits hameaux protégés par de frêles palissades de bois. Ils chassent le cerf et le sanglier, cultivent la fève, le pois-chiche et des céréales, et élèvent de maigres troupeaux de moutons et de porcs souvent décimés par les loups. Pillards et barbares infestent le pays, et les hameaux ne résistent pas aux charges des guerriers sarrasins ou lombards, ni des troupes franques de Charles Martel, de passage en 737 pour remettre de l'ordre en Provence.

Après le règne de Charlemagne, les Boucains entreprennent de construire une place forte autour de l'éperon rocheux. Les maisons se terrent ensuite derrière ce rocher protecteur, et quand les envahisseurs reviennent piller les greniers, les Boucains, prévenus par les guetteurs, se feront guerriers pour défendre leurs biens.

À la fin du Xe siècle, Bouc-Bel-Air s'appelle Bucco et est un des nombreux domaines des comtes de Provence. La communauté compte une centaine d'âmes : leur nombre augmente rapidement au XIe siècle. On défriche les forêts, on assèche les marécages. De riches domaines agricoles s'installent dans les vallées de Siège et de Sousquières, quelques maisonnées voient le jour aux quartiers de la Croix d'Or et du Pin. La fortification du rocher de Bouc se transforme peu à peu en un fier château féodal défendu par une garnison des comtes de Provence : on l'appelle alors Castrum Bucco.

C'est également à cette époque qu’est construite l'église paroissiale Saint-André par les moines du prieuré de Sousquières. Au fil des ans elle est largement transformée mais le porche, lui, n'a jamais changé. Il faut attendre 1763 pour voir le premier curé permanent de la paroisse.

Puis ce furent les guerres d'héritage entre les seigneurs de Provence. En l'an 1113, Peyre et Raymon de Bouc choisirent de soutenir le comte Raimond Bérenger. Cette fidélité aux comtes de Provence ne se démentira jamais ; en 1205 la garnison de Bouc repoussera les troupes de Raimond des Baux qui les assiégeaient.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le roi de France, Charles VI, intervient et envoie le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, qui fait la conquête de Bouc-Bel-Air à l’été 1383. Lorsque Louis Ier meurt et que sa veuve, Marie de Blois, arrive en Provence pour défendre les droits de son fils Louis II, elle réclame que le sénéchal lui cède la ville, ce qu’il refuse par instruction du roi de France[12].

Période moderne

Le 4 septembre 1589 eut lieu la plus sanglante bataille dans l'histoire de Bouc. C'est l'époque des guerres de religion, et la garnison de Bouc est restée fidèle au futur roi Henri IV alors que Marseille et Aix lui sont opposés. Le baron Hubert de Garde de Vins assiège Castrum Bucco depuis la veille, mais les maigres troupes d'Autric des Mées refusent de se rendre. Le baron lance, ce matin du 4 septembre, un ultime assaut, mais la garnison de Bouc le repousse encore. Les troupes manœuvrent en repli, quand un coup d'arquebuse tiré de nulle part tue Autric des Mées. Les troupes se rendent alors à Hubert de Vins qui leur promet la vie sauve. Toutefois, ils seront quand même pendus, et le corps d'Autric des Mées subira le même sort.

Fief érigé en marquisat pour les Seguiran en 1690, et leurs héritiers la famille Albertas. La localité prend même le nom d'Albertas au XVIIIe siècle. Le plus célèbre d'entre eux est Jean-Baptiste d'Albertas, marquis de Bouc. C'est à lui que l'on doit les jardins qui portent son nom : bassins, fontaines, statues, jets d'eau et verdure. La construction ne vit jamais le jour : le marquis d'Albertas est mortellement poignardé le 14 juillet 1790 à Gémenos, lors d'un repas qu'il offrait aux volontaires de la Garde Nationale.

L'histoire la plus romantique trouvée dans les livres de Bouc se déroule à cette époque. Elle commence dans un bourg aux toits d'ardoise, planté dans une vallée des Alpes, en 1749, un couple sort de l'hostellerie. Lui est un aventurier vénitien coureur de jupons qui écrit plus tard ses Mémoires, il s'appelle Giovanni Giacomo Casanova di Seingalt. Elle, se fait appeler Henriette Anne d'Arc, elle a 27 ans et voyage sous un faux nom pour échapper à un mariage auquel sa noble famille provençale la destine. Leur idylle ne dure que quelques mois, jusqu'à ce jour de février 1750 où Henriette part de Genève en laissant un mot d'adieu à Casanova. La jeune femme rentre bientôt chez elle, en Provence. Elle s'appelle en réalité Marie Anne d'Albertas, parente de Jean-Baptiste d'Albertas. Deux ans après sa fugue, elle épouse François Bougerel de Fontienne.

Leur histoire aurait pu s'arrêter à Genève mais Casanova garda toujours dans son cœur le souvenir de celle qu'il ne connaissait que sous un nom d'emprunt. En 1763, il tente de la retrouver en pays d'Aix. En mai 1763, il fait route vers Aix en empruntant la voie qui deviendra la RN8, quand une roue de son carrosse se brise, non loin du hameau de la Croix d'Or, près de l'auberge du Loup Rampant. Un valet court jusqu'à la demeure des d'Albertas quérir l'aide des domestiques. Le seigneur invite Casanova à attendre chez lui le temps de la réparation. Il revoit alors celle qu'il cherche, mais ne la reconnaît pas : elle avait vieilli bien sûr, et surtout elle se présente à lui le visage couvert d'une voilette. Elle ne se découvre pas, à l'époque de cette seconde rencontre elle est mariée et mère de trois enfants. Et Casanova quitta Bouc-Bel-Air sans imaginer qu'il venait de voir l'une des rares femmes de sa vie de Don Juan, peut-être la seule, dont il ait été réellement amoureux.

Révolution française

La Révolution française se déroule sans violence à Bouc-Bel-Air. En 1790, on saisit les biens de l'église Saint-André ainsi que les domaines de Siège et le Prieuré de Sousquières qui appartenaient à l'abbaye Saint-Victor. L'église devient brièvement Temple de la Raison, et le jardin du presbytère abrite le cimetière du village. Dans l'ensemble, les Boucains sont favorables aux idées révolutionnaires ; seuls le Temple de la Raison et la constitution d'un clergé civil n'étaient pas à leur goût. Ils sont nombreux à sortir, la nuit, écouter les prêtres réfractaires.

Au printemps 1790, la bataille semble inévitable dans la plaine du Pin. Le régiment de Vexin, révolutionnaire, est opposé à l'autre régiment du Royal Marine, resté fidèle au roi. Mais un homme court vers eux : il s'appelle Jean Espariat, il est maire d'Aix-en-Provence, et tente de ramener les esprits à la raison pour éviter la lutte fratricide. Il crie longtemps, et personne ne réagit, puis d'un coup, il hurle Puisque mes paroles sont impuissantes, je veux mourir avec vous !. Il déchire sa chemise à jabot, et s'égosille Faites feu maintenant !. Finalement, la bataille n'a pas lieu.

À Bouc, le comité de surveillance est institué en 1793, et siège dans le local contre l'église où Marie-France a longtemps vendu son poisson. Il se recrute en partie chez les simples paysans, parfois illettrés, et son institution marque en quelque sorte l’apogée démocratique de la Révolution. Outre ses fonctions de surveillance, il s’attache particulièrement à assurer la subsistance de ses concitoyens, et notamment l’approvisionnement en grains[13].

Le seul affrontement oppose les révolutionnaires aux partisans du roi en l'an VI de la République (1797).

À la Révolution, Bouc change de nom. En 1767, Bouc était devenu Albertas par ordonnance de Louis XV.

Après la Révolution, le village reprend partiellement son nom original et s'appellera Bouc-Albertas.

Enfin, en 1907, à la demande de l'administration (postale notamment), un arrêté préfectoral ajoutera "Bel-Air" au nom de "Bouc", ceci pour éviter les confusions avec Port-de-Bouc. Le choix de Bel-Air reste toutefois matière à discussions: certains prétendent que cet ajout correspond à l'habitude qu'avaient les Gardannais de venir à Bouc pour y respirer un "bel air" puisque l'air de leur propre village était pollué par les usines ; selon d'autres sources, cet ajout trouverait plutôt son explication dans la présence de nombreux estivants marseillais s'installant dans la commune l'été, ceci pour échapper aux températures étouffantes qui envahissaient la cité phocéenne.

Héraldique

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

« D'azur à un cerf rampant d'or » [14]

Il s'agit des armes des marquis d'Albertas, empruntées aux Seguiran de qui ils tiennent également les terres[15]

Politique et administration


Tendances politiques et résultats

Au cours des dernières années , les tendances ont penché vers Richard Mallié , l'actuel maire de BBA ( 2019/2020 )

Liste des maires

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Bouc-Bel-Air :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Alphonse Pautrier ... ...
Jules Roussin ... ...
Paul Heirieis ... ...
Léonor Burle ... ...
Jules Grill ... ...
Heloïs Olivier ... ...
Maximin Camandone ... ...
Pierre Marroc ... ...
Maurice Guis ... ...
Jean Bergeon ... ...
Élie Nal PS ...
Antonin Gabelier PS ...
Richard Mallié UMP Dentiste
Jean-Claude Perrin UMP ...
En cours Richard Mallié UMP-LR Dentiste retraité
Député des Bouches du Rhône (2002-2012)
Conseiller départemental du canton de Vitrolles depuis 2015
Vice-président de la Métropole d'Aix-Marseille-Provence

Politique de développement durable

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2008[16].

Population et société


Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[17],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 14 784 habitants[Note 4], en augmentation de 5,88 % par rapport à 2013 (Bouches-du-Rhône : +2,07 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5061 4131 2681 3441 4071 3271 3201 2991 321
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3211 2751 1681 1591 062938933908895
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7988258137947438428671 1591 606
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 1583 2104 5338 71411 51212 29713 71113 76114 477
2018 - - - - - - - -
14 784--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

On trouve à Bouc-Bel-Air quatre groupes scolaires composés d'écoles maternelles et élémentaires :

Le centre de loisirs sans hébergement est situé à l’espace Virginie Dedieu.

On y trouve aussi un collège (le collège Georges-Brassens) qui accueille environ 650 élèves.

Les deux lycées les plus proches sont le lycée Marie-Madeleine-Fourcade de Gardanne et le lycée international Georges-Duby situé à Luynes.

Santé

Sports

Évènements

Course de Côte Régionale de Bouc

Chaque année, le lundi de Pâques, se déroule la Course de côte régionale, organisée par l'ASA d'Aix-en-Provence. Le départ se situe sur la D 59, appelée aussi « Route sous le Crêt » ou « Chemin de la Baume du Loup », et l'arrivée se trouve à proximité du centre-ville où se situent les parcs concurrents. D'une longueur de 800 mètres, ce qui en fait l'une des plus courtes de la région, et d'une pente moyenne de 9 %, le record de la montée est détenu par Jean-Claude Morel sur Reynard 90D en 34 secondes et 79 centièmes[20].

La mairie de Bouc-Bel-Air participe activement à ce grand événement. D'ailleurs, pour compenser la pollution engendrée par le sport automobile, la mairie et l'ASA d'Aix-en-Provence plantent chaque année de jeunes arbres.

Bouc-Bel-Air accueillait également les vérifications et le départ officiel du rallye Mistral, autre épreuve organisée par l'ASA d'Aix-en-Provence, sur le site du complexe Guy-Drut, chaque avant-dernier samedi de novembre entre 1994 et 2010. Depuis, le départ officiel est donné à Rognes.

Mission Impossible et le Grand Défi

Mission Impossible est une grande journée sportive destinée aux jeunes. Sous la forme d'un immense jeu de piste, ils participent, par équipes de cinq, à des épreuves sportives ou intellectuelles telles que le mur d'escalade, la tyrolienne... Mission Impossible a lieu au complexe sportif Guy-Drut.

Le Grand Défi se déroule sur le même principe mais est proposé aux adultes, avec des jeux beaucoup plus éprouvants et notamment la grande épreuve de la vachette. Les épreuves ont lieu au centre-ville et à l'ancien stade du Moussou.

Les Boucles Bel Air

Les Boucles Bel Air sont une course à pied dans les collines de Bouc-Bel-Air. En 2012 étaient proposés quatre circuits :

La Bike Bel Air

La bike Bel Air est une randonnée à VTT organisée par le Bike Bel Air Club. En 2012 étaient proposés :

Les équipements sportifs

Principaux lieux de pratique sportive à Bouc Bel Air :

Les clubs sportifs

Les clubs
Nom Activité Championnats séniors Remarques
Bike Bel Air Club VTT, vélo de route
BBAVB Volley ball Pré-Nat Complexe Guy-Drut
Tennis Club Bouc-Bel-Air Tennis Courts au quartier La Salle
Nautil Club Boucain Natation Complexe Guy-Drut
BHB Handball Nationale 2 Complexe Guy-Drut
JCBBA Judo Terres Blanches
CCS Arts martiaux, danse, gymnastique, tir à l'arc Terres Blanches
USSB Basketball Excellence régionale Terres Blanches
Boucain Badminton Club Badminton Terres Blanches
ASBBA Football PHB Stade de Montaury, près du complexe Guy-Drut

Cultes et Religions

La paroisse de Bouc-Bel-Air fait partie de l'unité pastorale de l'Arbois et du diocèse d'Aix. Les messes sont célébrées le dimanche matin en l'église Saint-André.

L'église Réformée Baptiste du Pays d'Aix (sise 209 rue du Bouleau) est une église protestante domiciliée à Bouc-Bel-Air. Les cultes sont célébrés le dimanche matin.

La communauté israélite se réunit à la synagogue, située à la Salle. Le rabbin est Michel Attali.

Il existe également une chapelle œcuménique, également à la Salle, qui accueille catholiques, protestants, juifs et même les Francs-Maçons. Fondée en 1970, elle est actuellement fermée pour raisons de sécurité[21].

Personnalités liées à la commune

Un certain nombre de personnes célèbres ont résidé à Bouc-Bel-Air[22] :

Économie


Le Plateau de Mangegarri, situé dans la partie haute de la commune, abrite sur une surface d'environ 30 hectares les bassins de rétention des boues rouges issues du traitement de la bauxite par l'usine de Gardanne pour la production d'alumine.

Culture et patrimoine


Monuments, lieux touristiques et sites remarquables

Son orgue est réputé et de nombreux concerts sont donnés.

Dans son parc, eut lieu le , sous la Monarchie de juillet, un duel entre Polycarpe Anne Nicolas Levasseur, sénateur du Second Empire et Antoine Arrighi qui se solda par la mort de ce dernier[24].

Notes et références


Notes

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. « Zonage rural » , sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition » , sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité » , sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Marseille-Aix-en-Provence » , sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 » , sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines » , sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. » , sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville » , sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). » , sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. » , sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Lou Tresor dóu Felibrige, Frédéric Mistral, vol. 1 p. 309 de l'édition CPM, 1979
  12. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix  », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 407 et 413 (note 61).
  13. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Paysans et politique sous la Révolution française à partir des dossiers des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône  », Rives nord-méditerranéennes, 5 | 2000, mis en ligne le 25 mars 2004
  14. Louis J S. de Bresc, Armorial des communes de Provence, Librairie Bachelin-Deflorenne, Paris, (lire en ligne )
  15. Armorial des communes de Provence, op.cit.
  16. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Bouc-Bel-Air , consultée le 27 octobre 2017
  17. L'organisation du recensement , sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006 , 2007 , 2008 , 2009 , 2010 , 2011 , 2012 , 2013 , 2014 , 2015 , 2016 , 2017 et 2018 .
  20. Classement général 2010 (temps invaincu depuis)
  21. http://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/13-Bouches-du-Rh%C3%B4ne/13015-Bouc-Bel-Air/146503-Chapelleoecumenique
  22. Bouc-Bel-Air, Sabine Nourrit et Jean-Louis Piétri, éd. Autres Temps
  23. « Église » , notice no PA00081228, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. http://data.decalog.net/enap1/liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18441010.pdf

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes








Catégories: Commune dans les Bouches-du-Rhône | Commune dans l'arrondissement d'Aix-en-Provence | Village perché dans les Bouches-du-Rhône | Unité urbaine de Marseille-Aix-en-Provence | Aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence




Information à partir de: 14.06.2021 07:00:19 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.