Caius Trebonius


Gaius Trebonius
Fonctions
Questeur
Proconsul
Asie
- av J-C
Consul suffect
- av J-C
Gouverneur romain
Hispanie ultérieure
Préteur
Tribun de la plèbe
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
C. Trebonius C.f.
Époque
République romaine tardive (d)
Activités
Père
Inconnu
Mère
Inconnu
Gens
Trebonii (en)
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Condamné pour

Caius Trebonius, né vers 92 et mort en 43 av. J.-C., est un commandant et homme politique de la fin de la République romaine. Il épouse le parti de Jules César avant de participer à la conspiration qui aboutit à l'assassinat de ce dernier. Il meurt lui-même exécuté en 43 av. J.-C.

Sommaire

Biographie


Son père est de rang équestre[1], mais n'a pas été un magistrat. La carrière de Caius Trebonius est donc celle d'un homo novus[2].

Il commence sa carrière en soutenant le parti aristocratique et, questeur vers 60[3], il s'oppose à l'adoption de Clodius Pulcher par une famille plébéienne, voulue par les triumvirs[4]. Il change ensuite de parti et devient tribun de la plèbe en 55 av. J.-C.. Durant son mandat, il donne son nom à la Lex Trebonia qui confère les pleins pouvoirs durant cinq ans aux triumvirs Pompée, Crassus et César respectivement dans les provinces d'Hispanie, de Syrie pour les deux premiers et les Gaules et l'Illyrie pour le troisième[a 1],[a 2],[5].

Il devient ensuite légat de César pendant cinq ans à partir de 54, durant la campagne en Gaule. Il accompagne ce dernier lors de sa deuxième expédition sur l'île de Bretagne, prend part aux sièges de Vellaunodunum et d'Alésia[a 3].

Pendant la guerre civile, il dirige le siège terrestre de Marseille en 49 av. J.-C. tandis que Decimus Brutus contrôle les forces navales[a 4]. Après 6 mois de siège et deux victoires navales de Decimus Brutus, Marseille se rend[a 5],[a 6].

Il est élu préteur urbain l'année suivante[6]. Il résiste alors à la tentative de sédition organisée à Rome par son collègue Marcus Caelius Rufus[a 7].

Il succède comme propréteur d'Hispanie ultérieure à Caius Cassius Longinus en 47, mais doit fuir face à une mutinerie des troupes ayant épousé le parti de Pompée[7],[8].

Cette défaite ne lui fait cependant pas perdre la confiance de César. Il revient à Rome avec le dictateur, et en récompense de ses services, après l'abdication de César qui était alors consul unique, il est désigné consul suffect le premier jour d'octobre aux côtés d'un autre césarien, Quintus Fabius Maximus[9], les comices votant selon les souhaits de César pour ses candidats[10]. Caius Caninius Rebilus devient son nouveau collègue le dernier jour de l'année suite au soudain décès de Fabius Maximus le 31 décembre[11],[12].

Pourtant, en mars de l'année suivante, Caius Trebonius trahit César et prend part à l'assassinat de son bienfaiteur ; son rôle dans le complot consiste à occuper Marc Antoine pour l'empêcher d'accompagner César dans la Curie[a 8].

En 43, il devient proconsul pour l'Asie. Il est capturé et exécuté à Smyrne par Publius Cornelius Dolabella, d'une manière extrêmement cruelle, torturé et finalement décapité[a 9],[a 10].

Plusieurs lettres de Cicéron sont adressées à Trebonius[a 11], qui évoque aussi son assassinat dans ses dernières Philippiques.

Notes et références


  1. Syme 1939, p. 95.
  2. Syme 1939, p. 94.
  3. Broughton 1952, p. 184.
  4. Smith 1870, p. 1171.
  5. Broughton 1952, p. 217.
  6. Holmes 1923, p. 223.
  7. Broughton 1952, p. 275 et 289.
  8. Holmes 1923, p. 295.
  9. Broughton 1952, p. 303
  10. Holmes 1923, vol. II, p. 328
  11. Holmes 1923, p. 329.
  12. Broughton 1952, p. 304.
  1. Dion Cassius, Histoire romaine, XXXIX, 33.
  2. Plutarque, Vie de Caton, 43.
  3. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, V, 17 ,24 ; VI, 33 ; VII, 11, 81 ; VIII, 6, 11, 14, 46, 54.
  4. Jules César, Guerres civiles, I, 36 et II, 1, 15.
  5. Jules César, Commentaires sur la Guerre civile, II, 22.
  6. Dion Cassius, Histoire romaine, XLI, 19-25.
  7. Jules César, Guerres civiles, III, 20.
  8. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II.
  9. Cicéron, onzième philippique, 1 et treizième philippique, 10.
  10. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 69.
  11. Cicéron, Ad familiares, X, 28 ; XII, 16 ; XV, 20-21.

Bibliographie


Liens externes









Catégories: Assassins de Jules César | Correspondant de Cicéron




Information à partir de: 13.06.2021 12:38:33 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.