Château de Marsan - fr.LinkFang.org

Château de Marsan




Château de Marsan
Début construction 1750[1]
Fin construction 1833[1].
Propriétaire actuel Famille de Montesquiou
Protection  Classé MH (1991)
Coordonnées
Pays France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Commune Marsan

Le château de Marsan situé sur la commune de Marsan, dans le département du Gers a été construit en 1750 sur des fondations d'une ancienne forteresse du XIIe siècle. À travers ses différentes branches, la famille de Montesquiou est propriétaire des demeures successives construites depuis le depuis le XIIe siècle.

Sommaire

Histoire


Dès le XIIe siècle ce village appartint à la famille de Montesquiou. Vers 1170, elle fortifia l'église pour faire face à une agression du comte Bernard d'Armagnac qui à l'occasion d'un conflit avec l'archevêque d'Auch, s'empara de la forteresse et fit raser Le "castrum de Marsano"[1]. Le château fut ensuite rebâti[2] avec la contribution du chapitre de Sainte-Marie d'Auch[1].

L'ancienne forteresse subit diverses modifications au cours des siècles, notamment après les ravages des guerres de religions.

Un nouveau château fut construit sur le même emplacement au XVIIIe siècle[3],[4]. Les transformations essentielles datent de 1750[1]. À partir de 1833, la tour carrée du sud-ouest est terminée et la couverture est réalisée[1].

Habité d'abord par les anciens barons de Montesquiou, il passa dans la branche de Marsan, puis fut légué en 1906 par le dernier duc de Montesquiou-Fezensac (décédé en 1913) à la branche Montesquiou d'Artagnan (les deux branches séparées depuis le XVe siècle[5]) qui le possède depuis. C'est actuellement la résidence de Aimery de Montesquiou-Fezensac d'Artagnan, dit « duc de Montesquiou-Fezensac » (titre irrégulier[6]), ancien député, député européen et sénateur du Gers.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Notes et références


  1. a b c d e f et g Notice no PA00094858 , base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. "Les castelnaux de la Gascogne médiévale",1980, page 140.
  3. Jacques Gardelles "Les châteaux du Moyen Âge dans la France du sud-ouest" 1972
  4. J.-H. Ducos, Le château de Marsan, p. 252-255, dans Congrès archéologique de France. 128e session. Gascogne. 1970, Société française d'archéologie, Paris, 1970.
  5. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome V
  6. État de l'Ordre du Saint-Esprit en 1830 » page 85 de Hervé Pinoteau (Nouvelles Éditions latines, Paris 1983.

Voir aussi


Articles connexes









Catégories: Château dans le Gers | Château monument historique (France) | Monument historique dans le Gers | Monument historique classé en 1991 | Famille de Montesquiou








Information à partir de: 23.06.2020 08:54:38 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.