Chapelle Notre-Dame de la Galline


Notre-Dame-de-la-Galline

La chapelle vue du sud-est
Présentation
Nom local La Galline
Culte catholique romain
Type chapelle
Rattachement archidiocèse de Marseille
(secteur littoral)
Début de la construction Moyen Âge
Fin des travaux XVIIIe siècle
Protection répertoriée à l'Inventaire général du patrimoine culturel[1]
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Ville Marseille
Coordonnées

La chapelle Notre-Dame-de-la-Galline est une chapelle située au lieudit la Nerthe, dans le 16e arrondissement de Marseille.

Sommaire

Situation


Notre-Dame-de-la-Galline est située au hameau de la Nerthe, à l'extrême pointe nord-ouest de la commune de Marseille, sur un ancien chemin reliant la ville à l'étang de Berre à travers le chaînon montagneux de la Nerthe. On y accède par une route étroite et sinueuse depuis l'Estaque Riaux, La chapelle est entourée de quelques maisons, uniques vestiges de l'ancien village, dont la chapelle fut l'église paroissiale.

Il est à noter que sur un promontoire rocheux dominant la chapelle se trouvent les vestiges d'un ancien château fort, dit « château de l'Air », qui défendait autrefois le passage.

Étymologie


Le nom galline est la francisation du provençal galino (galina en occitan standard), qui signifie poule. Ce nom a été attribué à la chapelle car, elle abrite une statue datant du quinzième siècle, de la vierge Marie qui porte l'enfant Jésus tenant à son bras une poule.

Histoire


Selon la légende populaire, une chapelle aurait été construite en ce lieu aux premiers âges chrétiens par saint Lazare ou deux ermites du IVe siècle. L'édifice construit au Moyen Âge a été consacré comme église de la Nerthe le 3 mars 1042 par l'évêque Pons II de Marseille.

En 1430, une statue de la Vierge à l'enfant y est placée dont l'enfant Jésus porte dans la main gauche une petite poule. La poule est symbole de protection. La poule abrite et rappelle ses poussins face au danger, en des lieux qui justement étaient dangereux à l'époque, puisque la route du littoral n'existait pas et que la route de Saint-Louis au Rove passait par la Nerthe, avec à côté le Vallon qui portera plus tard le nom de l'Assassin[2]. ND de Galline est invoquée principalement pour deux intentions :

Les légendes attribuent à la double protection de la Galline et de saint Roch le fait qu'il n'y eut aucune victime lors de la peste de 1720, et ce, ni à la Nerthe, ni à l'Estaque, ni aux Riaux.

En 1439, l'église est rebaptisée « église de la Bienheureuse Vierge Marie de la Nerthe », elle devient un lieu de dévotion populaire.

De nombreux ex-votos y sont placés dans les siècles suivants. L'église est agrandie au XVIIIe siècle.

Après la Révolution, le village ayant quasiment disparu, l'église est rattachée à la paroisse de Séon-Saint-Henri, et devient une modeste chapelle, mais reste un lieu de pèlerinage. Après une relative reprise d'activité pour les travailleurs italiens du tunnel ferroviaire de la Nerthe au milieu du XIXe siècle, elle est définitivement rattachée à l'Estaque.[1]

En 1866, l'artiste marseillais Paul Guigou a peint un tableau représentant la chapelle. Ce tableau se trouve actuellement au musée de Périgueux. Une borne placée devant la chapelle donne des précisions sur ce tableau.

Le clocheton dominant l'édifice, surmonté d'une statue de la Vierge, a été ajouté en 1870. D'importantes restaurations ont été opérées dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Architecture et décoration


La chapelle comporte une simple nef rectangulaire, construite en blocs de pierres calcaires et portée par une croisée d'ogives sous un toit à double pente couvert en tuiles creuses. La nef est éclairée par deux baies situées de part et d'autre. L'accès se fait par une porte latérale couverte en arc en plein cintre donnant sur un vestibule surmonté d'un appentis en bois.

La décoration intérieure est composite. Le joyau en est la statue de style roman en bois coloré représentant la Vierge à l'Enfant, assise, avec l'enfant Jésus bénissant et tenant la galina sur son bras gauche. Les vitraux des deux baies, récents, représentent respectivement la Vierge à la galline et saint Roch. Plusieurs tableaux ornent les murs : larmes de saint Pierre, Fuite en Égypte, sainte Rita, et un certain nombre d'ex-voto conservés. Tout cet aménagement est répertorié à l'inventaire national du mobilier (base Palissy) du Ministère de la culture[3].

Situation actuelle


La chapelle est ordinairement fermée, mais une messe y est célébrée chaque mois, et chaque 8 septembre la foule en pèlerinage y fête la Nativité de la Vierge.

Visiter la chapelle

Durant le mois de mai, la chapelle est ouverte tous les dimanches de 14 h 00 à 17 h 00. Chaque 1er samedi du mois, une messe y est célébrée à 10 h. Elle est précédée à 9 h 30 par le chapelet du Rosaire. Par ailleurs, le jour de la Nativité de la Vierge, le 8 septembre, toutes les années, une messe à 10 h suivie des offices quotidiens durant l'octave, est célébrée. Enfin, le dimanche suivant, un grand pèlerinage démarre à 9 h depuis l'église de l'Estaque, avec une montée en procession jusqu'au hameau de la Galline. S’ensuit une grand-messe sur le parvis de la chapelle à 11 h. Les festivités se poursuivent par pique-nique tiré du sac conclu par les vêpres à 15 h. En septembre des visites guidées permettent également de se réapproprier le patrimoine culturel et cultuel, lors des journées du patrimoine. L'Association Notre Dame de la Galline qui a pour vocation de restaurer et entretenir ce patrimoine, propose aussi des visites guidées qui peuvent être organisées pour des groupes, à la demande [4]

Notes et références


Voir aussi


Bibliographie

- « De l'Estaque à Pounent », Gérard Chevé, éditions de la Nerthe, 2003

- « Le massif de la Nerthe », Gérard Chevé, éditions Campanible, 2008

- « Le Rove, ses chèvres et ses collines », André Guouiran, éditions Tacussel, 1999

- « L'Estaque mon village au temps des pite-mouffe  », Laurent Damonte, éditions Tacussel, 1993

- « L'Estaque art et patrimoine », Geneviève Blanc, auto-édité, 2013

- « La Nerthe et Notre Dame de la Galline », Michel Larini, comité du Vieux Marseille, 1981 (en vente uniquement à la chapelle)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes








Catégories: Chapelle dans les Bouches-du-Rhône | Chapelle du Moyen Âge | Église à Marseille | L'Estaque | Chapelle dédiée à Notre-Dame




Information à partir de: 14.06.2021 08:52:54 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.