Chios


Chios
(el) Χίος

Carte topographique de l'île
Administration
Pays Grèce
Périphérie Égée-Septentrionale
District régional Chios
Dème Chios
Code postal 82x xx
Indicatif téléphonique 227x0
Immatriculation XI
Démographie
Gentilé Chiote
Population 51 936 hab. (2001[1])
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées
Altitude 1 297 m
Superficie 84 228 ha = 842,28 km2
Localisation

Chios (en grec : Χίος / ancien : Khíos, moderne Chíos, n. fém.), ou Chio de son nom en italien, est une île et municipalité grecque de la mer Égée, proche de la Turquie dont elle est séparée par le détroit de Chios, d'une largeur moyenne de 11 kilomètres.

Avec les îles de Psara et d'Inousses, elle forme le district régional de Chios, dont la capitale, également appelée Chios ou Chora, compte 23 779 habitants (2001).

Ses principaux revenus proviennent du tourisme, surtout culturel : elle compte de nombreux vestiges antiques comme le temple d'Apollon à Phana, ainsi que des monuments byzantins, comme le monastère de Néa Moni. Le sud produit également du mastic, gomme naturelle tirée de la résine du lentisque, ce qui vaut à Chios d’être appelée « l'île du mastic ».

Peuplée par des colons grecs au XIe siècle av. J.-C., elle est le lieu de naissance d'Homère selon certains auteurs.

Sommaire

Géographie


La superficie de l'île de Chios est de 842,28 km2. L'île mesure 51 km de long sur 29 km dans sa plus grande largeur, dans sa partie nord. Elle se trouve à 6,8 kilomètres à l'ouest-nord-ouest du cap turc de Batı Burnu (« cap de l'Ouest » en turc, en grec Kato Panagia ou Bianco pour les génois) situé à l'une des extrémités occidentales de la province d'Izmir. L'Ákra Agios Fokás, dans le sud de l'île de Lesbos, est distant vers le nord-nord-est de 47 km de l'extrémité septentrionale de Chios.

Histoire


De l'Antiquité au Moyen Âge

Chios est réputée pour être le lieu de naissance d'Homère. Cette tradition prend sa source dans le vers 172 de l'un des Hymnes homériques, l'hymne à Apollon délien où le poète dit de lui-même : « C'est un aveugle, qui réside à Chios la rocailleuse ». De fait, Chios abrite ensuite la « confrérie des Homérides », groupe de rhapsodes qui prétendent descendre spirituellement d’Homère. Parmi les autres natifs célèbres de l'île, on peut citer Ion le poète tragique, l'historien Théopompe, le sophiste Théocrite, le géomètre Hippocrate ou encore Métrodore.

L'île est peuplée par des colons grecs dès le XIe siècle av. J.-C.. Chios était à l'origine gouvernée par un roi et la transition ultérieure vers un régime oligarchique s'est produite au cours des quatre siècles suivants. Elle fait également partie de la confédération ionienne. Au moment de la conquête de Cyrus le Grand en -546, elle est protégée par son statut insulaire.

Au printemps de l'année -499, une flotte achéménide de 200 vaisseaux partie de Milet fait escale sur la côte sud-est à Caucasa en attente des vents du nord pour faire route vers Naxos. Après une dispute avec le tyran Aristagoras de Milet, le commandant Mégabatês envoie quelques hommes prévenir les Naxiens de la prochaine attaque sur leur île[2].

Elle se joint ensuite aux autres cités grecques lors de la grande révolte de -499 à l'origine des Guerres médiques, et envoie 100 trières pour la bataille de Milet. Soumise par les Perses en -494, elle entre dans la ligue de Délos à la fin des guerres médiques. En -424, sept ans après le début de la guerre du Péloponnèse, Athènes, suspectant une défection de Chios, force les citoyens à abattre leurs murs.

En -412, Chios est ensuite parmi les premières cités ioniennes à effectivement faire défection. Athènes envoie un contingent qui ravage l'île et met le siège devant la ville. Malgré une révolte des esclaves, Chios ne tombe pas. Athènes, menacée par ailleurs en mer Égée et en Asie Mineure, lève alors le siège.

Elle appartient ensuite à la seconde confédération athénienne, mais se révolte lors de la guerre sociale (-357).

Par la suite, on sait que :

En 1304, après de fréquentes incursions turques, elle est occupée par la famille génoise des Zaccaria, en théorie pour la défendre au nom de l'Empire byzantin. En 1329, l'empereur byzantin Andronic III Paléologue reprend cependant le contrôle de l'île.

En 1346, Chio (Scio, en génois) est conquise par la république de Gênes et restera sous son contrôle pendant un peu plus de deux siècles. La gestion en est confiée à une sorte de société par actions, la « mahone de Chio »[3]. Cette dernière tire la majorité de ses revenus du commerce de l'alun exploité en face, sur le continent anatolien, à l'Ancienne et la Nouvelle Phocée qui lui appartiennent aussi, et qui est stocké et exporté depuis l'île.

À partir du règne de Mehmed Ier, la « mahone de Chio » paie tribut à l'Empire ottoman. En 1455, les deux Phocée sont conquises par les Ottomans, faisant perdre à l'île les revenus tirés de son commerce[4].

En 1456, le 25 novembre, Jacques Cœur meurt de maladie ou d'une blessure sur l'île alors qu'il commande une flotte du pape Calixte III partie combattre les Turcs. Il est enseveli au milieu du chœur de l'église des Cordeliers de la ville de Chios, église qui sera, par la suite, détruite par les Turcs[5].

En 1528, Gênes passe dans l'orbite de l'empire espagnol, ennemi des Ottomans, ce qui compromet la présence « latine » sur l'île, alors considérée comme une possible base avancée chrétienne[4]. L'amiral turc Piyale Pacha, à la tête d'une flotte d'environ 120 galères et d'environ 30 000 hommes, investit l'île le 14 avril 1566[6].

Aux XVIe et XVIIe siècles, Chios est une société avancée, prospère, de haute culture et d'une grande liberté religieuse. Au XVIIe siècle, les peintres de Chios sont très recherchés et l'un d'entre eux réalise un cycle de l'Apocalypse unique en son genre dans le Dodécanèse à l'Église de la Dormition de la Théotokos sur l'île de Rhodes[7].

Le , la Marine royale française poursuit et attaque les corsaires et la flotte barbaresque de Tripoli qui s'étaient réfugiés dans l’anse de Chio, incendiant également le fort et la ville.

Le massacre de Chios

En représailles contre l'insurrection grecque, le massacre de Chios perpétré par les Ottomans contre la population grecque de l'île en avril 1822 constitue un des épisodes les plus célèbres de l'histoire de l'île, qui était alors l'une des plus riches de la mer Égée et que les insurgés grecs tentèrent de rallier à leur cause. Le sultan Mahmoud II désirait faire un exemple qui impressionnerait ses sujets insoumis, et qui vengerait le massacre des Turcs par les Grecs à Tripolizza l'année précédente.

Après le débarquement d'un millier de partisans grecs, la « Sublime Porte » envoya près de 45 000 hommes avec ordre de reconquérir puis raser l'île et d'y tuer tous les hommes de plus de douze ans, toutes les femmes de plus de quarante ans et tous les enfants de moins de deux ans, les autres pouvant être réduits en esclavage[8].

Le bilan est estimé à 25 000 morts, et 45 000 Grecs ont été vendus comme esclaves. Seulement 10 000 à 15 000 personnes auraient pu s'enfuir et se réfugier principalement dans les autres îles de l'Égée. Ce massacre de civils par les troupes ottomanes marqua l'opinion publique internationale et contribua au développement du philhellénisme.

Le rattachement à la Grèce

La marine grecque libère l'île pendant la Première Guerre balkanique, en novembre 1912, lors d'une opération amphibie disputée mais brève. Le traité de Londres de mai 1913 prévoit que les grandes puissances occidentales régleront la situation des îles ottomanes de la mer Égée, et l'occupation grecque est validée au traité de Bucarest.

L'occupation allemande

Lors de l'occupation de la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale Chios est occupée par la Kriegsmarine et la Wehrmacht qui répliquent à tout acte de résistance par l'exécution de nombreux otages. L'île sert de base aux Allemands dans leur contre-offensive victorieuse contre la campagne du Dodécanèse menée par la Royal Navy en 1943. Les Allemands évacuent Chios en octobre 1944 et sont remplacés par les Britanniques.

Politique et administration


L'actuelle municipalité de Chios, qui recouvre la totalité de l'île, a été créée par la réforme des collectivités de 2011 par la fusion de huit anciennes municipalités qui en devinrent des unités communales[9] :

La ville de Chios fait partie du Groupement européen de coopération territoriale de l'Amphictyonie des villes jumelées et des zones de la Méditerranée[10].

Culture et patrimoine


Personnalités


Références


  1. (el) (en) « Résultats du recensement de la population en 2001 » , 793 ko [PDF]
  2. Hérodote, L'Enquête, livre V, 33.
  3. Michel Balard, Les Latins en Orient, p. 295
  4. a et b Michel Balard, Les Latins en Orient, p. 297
  5. La mort et le tombeau de Jacques Cœur, sur le site des Amis de Jacques Cœur
  6. François Garnier, Journal de la bataille de Lépante, Éditions de Paris, coll. « L'Histoire au présent »,
  7. (el) Angeliki Katsioti, O εικονογραφικός κύκλος της Aποκάλυψης του Iωάννη του Θεολόγου στο ναό της Kοίμησης της Θεοτόκου στο Aσκληπιείο Pόδου (1676-7), Athènes, Academy of Athens,‎ , 128 p. (ISBN 978-960-404-200-5, présentation en ligne )
  8. Philip P. Argenti, The Massacres of Chios described in contemporary Diplomatic Reports, ed. John Lane, Londres, 1932
  9. (el) Kallikratis law . Ministère de l'intérieur, Grèce.
  10. Statut - Article 1
  11. Adéa Guillot, Le Monde du 30 décembre 2014, p. 6

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes








Catégories: Chios




Information à partir de: 01.05.2021 06:28:43 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.