Cratère de Vix


Cratère de Vix
Le cratère de Vix.
Date
Hauteur
164 cm
Collection

Le cratère de Vix est un cratère de bronze utilisé pour contenir le vin[1], découvert en 1953 dans la tombe de Vix, sépulture d'une princesse celte à Vix (Côte-d'Or), et daté d'environ 520 ans av. J.-C. Il est aujourd'hui conservé et exposé au musée du Pays châtillonnais, à Châtillon-sur-Seine.

Sommaire

Découverte


La tombe de Vix fut découverte le par Maurice Moisson, agriculteur à Vix[2], mais officiellement et pour la presse de l’époque, par René Joffroy, archéologue autodidacte, président de la société archéologique locale et responsable des fouilles. Cette sépulture était située dans un champ, sous un tumulus arasé dont ne subsistaient plus que des pierres éparses qui attirèrent l'attention des archéologues ; cependant, le caveau, comblé de terre, était resté inviolé.

Une fois dégagé, dans des conditions assez difficiles, le caveau se révéla être la tombe à char d'une femme, vite surnommée la princesse de Vix (ou encore la dame de Vix[3]), qui livra un important mobilier funéraire, bijoux, céramique et vaisselle de bronze. La pièce maîtresse de cette vaisselle est un cratère à volutes en bronze d'une contenance de 1 100 litres, le plus grand que l’Antiquité nous a légué, sans doute sorti d’un atelier corinthien grec d’Italie du Sud vers [4].

Sur le sol, des pigments bleu et rouge proviennent de tentures ou de peintures décoratives. La princesse est ornée de parures à caractère local : collier de grosses perles de pierre et d’ambre, anneaux de cheville en bronze, bracelet de lignite, fibules aux cabochons de corail. Elle porte à la nuque un torque, collier celte en or fin (480 g), travail unique, d’un orfèvre initié aux techniques méditerranéennes.

Plus généralement, la tombe de Vix fait partie de l'ensemble des tombes (Ca' Morta, Hochdorf, Le Moutot, Reinheim, Kleinaspergle, Waldalgesheim…) où les motifs de décoration et objets sont liés au banquet funéraire (services à boire, vases, coupes).

Le cratère


Le cratère est un artéfact remarquable de par sa facture et ses dimensions pour un vase de l'Hallstatt. L'ensemble pèse 208,6 kg pour une hauteur de 1,64 m. Il est constitué de plusieurs pièces réalisées séparément et assemblées dont :

Les cratères étaient, dans l'Antiquité, destinés à composer un mélange entre le vin, toujours bu dilué avec de l'eau, et agrémenté de divers aromates. La boisson y était ensuite puisée et distribuée aux convives lors de célébrations rituelles ou festives. Le cratère de Vix étonne par ses proportions et le chemin qu'il a dû parcourir pour parvenir des ateliers de la Grande Grèce[5] jusqu'à cet oppidum bourguignon. Cet extraordinaire témoignage des ateliers corinthiens fut enseveli une trentaine d'années après sa réalisation. Ce vase de grand prestige était certainement bien trop grand pour être utilisé. Ce fut très certainement un cadeau relevant de dons mutuels entre princes et puissants. Son enfouissement dans ce tumulus a dû être suivi relativement rapidement par un déclin de la principauté et des événements tragiques qui ont abouti à en perdre la mémoire, permettant ainsi sa préservation jusqu'à sa découverte en 1953. Le cratère fut restauré par Albert France-Lanord et Aimé Touvenin au laboratoire d'archéologie des métaux du musée de l'histoire du fer de Jarville, près de Nancy[6],[7].

Le cratère et la totalité des pièces retrouvées dans la sépulture de la tombe princière de Vix sont exposés au musée du Pays châtillonnais, à Châtillon-sur-Seine. Le cratère a fait l'objet d'un timbre commémoratif[8] des PTT dû à Jacques Combet et émis en 1966.

Galerie


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références


  1. a et b « Le cratère de Vix, chef-d'œuvre » (version du 19 avril 2013 sur l'Internet Archive), .
  2. « Musée du Pays châtillonnais. Cratère de Vix » , sur herodote.net.
  3. Stéphane Verger, « Qui était la dame de Vix ? Propositions pour une interprétation historique », dans Laurent Lamoine et Mireille Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome/Clermont-Ferrand, École française de Rome/Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Collection de l'École française de Rome/Erga » (no 309/3), (ISBN 2-7283-0693-1), p. 583-625.
  4. Anne Bréhier, « La fabuleuse histoire du vase de Vix » , La France agricole, (consulté le 8 août 2016).
  5. C. Rolley, « Le rôle de la voie rhodanienne dans les relations de la Gaule et de la Méditerranée », p. 414–415 [lire en ligne ].
  6. « Aimé Thouvenin (1920 – 1999) » , Historique du laboratoire, Laboratoire d'archéologie des métaux de Nancy.
  7. Félicie Fougère, « Albert France-Lanord et la restauration du vase de Vix », Le Pays lorrain, vol. 96, no 3,‎ , p. 279–288.
  8. « Timbre : 1966 Cratère de Vix » , sur Wiki Timbres.

Voir aussi


Références bibliographiques

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes








Catégories: Châtillonnais | Artéfact archéologique | Lingons | Cratère (vase)




Information à partir de: 01.05.2021 03:24:38 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.