Gorsedd de Bretagne - fr.LinkFang.org

Gorsedd de Bretagne


La Gorsedd de Bretagne, Goursez Vreizh en breton, de son nom complet Breudeuriezh Drouized, Barzhed hag Ovizion Breizh (en français : Fraternité des druides, bardes et ovates de Bretagne) est une association loi de 1901 créée en 1900[1] sur le modèle de la Gorsedd des bardes de l'île de Bretagne (Gorsedd Beirdd Ynys Prydain, en gallois).

Sommaire

Étymologie


Gorsedd (au pluriel, gorseddau) signifie en gallois « trône » puis par extension « assemblée ». Le correspondant breton, Goursez, est féminin comme en gallois, il est donc d'usage d'écrire la Gorsedd[1].

Création


En 1900, lors du IIIe Congrès de l'Union régionaliste bretonne, a été fondé la Gorsedd bretonne, la Goursez Gourenez Breizh vihan (l'assemblée des bardes de la presqu'île de Petite Bretagne). La Gorsedd de Bretagne reconnaît la prééminence de l'Archidruide de Galles. La Gorsedd de Bretagne a d'abord été une association de fait, réunie à Guingamp pour la première fois en 1900. Elle a été créée comme une branche ou une filiale de l'institution équivalente du Pays de Galles. Elle a en effet reçu l'autorisation spéciale du Grand Druide gallois Hwfa Môn lors de l'Eisteddfod de Cardiff en août 1899. La même autorisation de constitution a été donnée à la Gorsedh de Cornouailles britannique créée en 1928.
Selon Gwenc'hlan Le Scouëzec, sur les 14 personnes présentes, 3 reçurent des « nominations » de druides, les autres étant des bardes (les écrivains) et les ovates (autres)[2]. Ils décidèrent de faire une cérémonie publique annuelle à l'imitation de la Gorsedd galloise.
La « Gorsedd des bardes de l'Île de Petite Bretagne » n'a été déclarée en préfecture qu'en 1908, la parution au Journal officiel intervenant le (source : règlement intérieur de 1926).
Jean Le Fustec, ayant reçu son titre de barde au pays de Galles, devint le premier Grand Druide de Bretagne[3]. Le titre de druide est conféré depuis 1927 aux bardes et ovates qui sont impliqués dans l'organisation.

Doctrine


L'originalité de l'institution néodruidique bretonne, à l'instar de sa société mère galloise, est de ne pas se positionner comme une religion ou une philosophie particulière, car ses membres ont la liberté de pensée. Les druides ne jouent, en aucun cas, le rôle d'un clergé et la croyance en Dieu n'est plus obligatoire, alors qu'elle était requise dans le règlement de 1928.
Avec un G majuscule, la Gorsedd désigne la Fraternité des druides, bardes, et ovates[4] - sinon, il désigne l'assemblée de ces bardes. On utilise parfois en breton le mot Goursez comme équivalent du gallois Gorsedd.
La Villemarqué et plusieurs de ses compagnons, ont été les premiers Bretons reçus au Pays de Galles à l'Eisteddfod d'Abergavenny en 1838. La Gorsedd fait sienne également la filiation traditionnelle des chanteurs et conteurs populaires de Bretagne, tradition remise à l'honneur par Ti Kaniri Breiz, d'abord indépendante, puis section de la Gorsedd pour la promotion du chant traditionnel et la composition de chants nouveaux.
Le terme de barde est, dans l'esprit des promoteurs du XIXe et du XXe siècle, entendu comme générique, parce que, supposant une inspiration spirituelle, c'est pourquoi la Breuriez Breiz, puis la Gorsedd sont souvent désignés en français comme "le collège bardique" ou le "collège des bardes", traduits en breton "Skol Veur ar Varzed" ou « Skolaj ar Varzed », surtout avant 1940. Le fait de réunir et faire coopérer les bardes est aussi appelé le "bardisme".

Il faut distinguer le druidisme des Celtes de la protohistoire et le néodruidisme ou druidisme contemporain, créé au XVIIIe siècle. Selon Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, il n'y a pas de « filiation traditionnelle remontant aux druides de l'Antiquité[5] ». Certains bardes ont estimé le contraire, notamment le cinquième grand druide de la Gorsedd, Gwenc'hlan Le Scouëzec, décédé en 2008[6]. Il réfute la recherche d'une transmission de fonctions et de rites, car, écrit-il, « le druidisme ne disparaît pas au Ve siècle… Mais dire qu'il a disparu, parce que les druides ne sont plus, depuis le 1er siècles, les conseillers des rois, c'est prendre l'effet pour la cause… Ce qui est éternel, c'est le fondement même de la croyance… l'arbre, la pierre et la fontaine. Le cycle de l'année, et les valeurs qu'il porte en lui et qu'on ne peut lui ôter ». Le même Le Scouëzec, qui a laïcisé les pratiques de la Gorsedd a développé l'idée que la « philosophie naturelle », professée en creux par des nombreux penseurs de toutes époques et illustrée par des contes populaires bretons, a été continument présente sous le vernis chrétien obligatoire[7].
La transmission continue n'est absolument pas démontrée historiquement, ni étayé par des travaux scientifiques. Per Vari Kerloc'h, sixième et actuel Grand Druide sous le nom de Morgan, considère le problème "de la filiation traditionnelle remontant aux druides de l'Antiquité" comme un critère avant tout inspiré par des considérations de théologie catholique. À ce titre, bien évidemment, il ne s'en réclame pas. Il entend se placer sur le plan du symbolisme à l'instar de certains courants de la franc-maçonnerie qui tracent leur origine depuis le temple de Salomon. Le Grand Druide estime que c'est l'existence du peuple breton et la continuité de sa culture qui fondent avant tout la légitimité du druidisme contemporain.

« Nous ne sommes pas une religion. (...) Le druidisme est une philosophie de la nature. (...) Nous sommes de tous les combats pour la reconnaissance de la langue [bretonne] » dit Per-Vari Kerloc'h.

Objectifs et fonctionnement


La Gorsedd déclarait, à sa fondation, « se consacrer à l'étude, à la conservation et au développement des Arts et de la Littérature et des Traditions celtiques ».
Tous les ans a lieu la cérémonie publique en breton du Gorsedd Digor (Gorsedd ouvert ou Assemblée ouverte), le 3e dimanche de juillet. À cette occasion sont reçus les nouveaux membres en présence de délégations du Pays de Galles et de la Cornouailles britannique qui prennent aussi la parole dans une de leurs langues.
Une condition impérative pour être membre actif est de connaître le breton ou de l'apprendre… et l'admission n'a lieu qu'après deux années de probation comme "disciple" au minimum.
Les non-brittophones peuvent être investis comme bardes d'honneur et il n'est pas nécessaire d'être breton pour être admis. Dans la période antérieure à la guerre de 1939-1945, parmi les dizaines de bardes d'honneur investis figurent des élus nationaux et locaux, généralement maires, conseillers généraux, députés ou sénateurs du lieu de la cérémonie druidique annuelle.
Tous doivent revêtir, lors de la réunion annuelle du Gorsedd digor, une saie de la couleur correspondant à leur dignité : blanche pour les druides, bleue pour les bardes et verte pour les ovates.
Le règlement intérieur, rédigé en breton et souvent amendé, définit les principes généraux et les règles de fonctionnement interne. Il inclut aussi la liste des objets rituels constituant le "trésor de la Gorsedd" et une description des rites à accomplir pour la Gorsedd digor et les autres cérémonies. Il est généralement complété par la liste des membres.
Une explication de la stabilité, malgré des périodes d'endormissement, est le système de cooptation par lequel les membres du comité dirigeant (le Poellgor) sont d'abord élevés à la dignité de druide, avant d'être éventuellement appelés à en faire partie, et n'en sortent volontairement que par la démission. Il y a eu cependant des exclusions vers 1910 à l'encontre de catholiques convaincus qui critiquaient le Grand Druide Berthou pour ses opinions tendant vers une religion néo-celtique.
Aujourd'hui, la Gorsedd réunit des hommes et des femmes résidant, pour la plupart, sur le territoire de la Bretagne historique et désireux de chercher dans trois directions la fraternité, la spiritualité et la nationalité (déclaration de la Gouesnière, 1983).

Histoire abrégée de la Gorsedd de Bretagne


Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895) fut le premier Breton à prendre contact avec la Gorsedd britannique, au Pays de Galles. Il prit le nom bardique de Barz Nizon (Le Barde de Nizon, village près de Pont-Aven où il a été élevé). Il créa une « Fraternité des Bardes de Bretagne » (Breuriez Breiz), mais n'aboutit pas à la création formelle d'une Gorsedd.

La même année, Le Nouvelliste de Bretagne ouvre une souscription pour venir en aide à Yves Berthou, Grand Druide de Bretagne depuis 1903, empêché, car il est malade et ruiné du fait de la crise. L'appel sera aussi entendu par les bardes de l'autre côté de la Manche.

À partir de cette année, qui voit une action forte des nationalistes (arrêt forcé du train présidentiel à Ingrandes), la Gorsedd est implicitement mise par Taldir dans le camp des régionalistes dont Taldir est, de facto, le chef de file. Les polémiques avec le Parti National Breton sont de plus en plus violentes, car les régionalistes reprochent aux nationalistes leur manque de patriotisme français (rappel de l'esprit de défense de la Grande Guerre) et leur incapacité à capter l'attention réelle de la population et de ses élus.

Positionnement philosophique


Après avoir longtemps gardé des relations publiques avec la religion catholique, la Gorsedd de Bretagne se définit depuis les années cinquante comme une société de pensée humaniste non dogmatique. À la demande du Grand Druide Morgan, elle énonce maintenant que la croyance ou non en un ou plusieurs dieux ou déesses, est laissée à l'appréciation individuelle de chaque membre, la Gorsedd ne professant aucune vérité sur ce point.

La Gorsedd réunit des hommes et des femmes aux parcours différents. Elle compte ainsi des membres d'origine ou de culture athée, agnostique, chrétienne, musulmane, juive, ou néo-païenne.

La Gorsedd de Bretagne a condamné l'utilisation des symboles celtiques par l'extrême droite (Déclaration d'Imbolc, 1988), condamnant du même coup le racisme et l'antisémitisme. À cette occasion, elle a proclamé sa pleine et entière adhésion à la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948.

Per Vari Kerloc'h, successeur de Gwenc'hlan Le Scouëzec, a confirmé ces évolutions. Il déclare que des militants d'extrême-droite avaient voulu infiltrer la Gorsedd dans les années 1980 mais « Nous avons exclu ces membres et rejeté dans une déclaration toute forme de racisme ». Il a par ailleurs protesté contre l'expulsion des Roms de France en 2010[10].

Les Grands Druides de Bretagne


Les membres de la Gorsedd de Bretagne les plus célèbres


Membres actifs

Bardes d'honneur

Notes et références


  1. a et b voir , le site officiel de la Gorsedd de Bretagne
  2. Druides : Jean Le Fustec (Grand Druide), François Vallée et Erwan Berthou. Autres fonctions : François Jaffrennou, Alfred Lajat, Léon Le Berre, Francis Éven.
  3. Le titre de « Grand druide » est une invention galloise contemporaine de la création de la Gorsedd britannique en 1792.
  4. Ces titres sont empruntés à l'Antiquité celtique où ils désignaient des spécialisations de la classe sacerdotale. Cette classe sacerdotale a disparu avec la romanisation des Celtes continentaux et insulaires, exception faite de l'Irlande où la civilisation celtique a perduré jusqu'à l'évangélisation de l'île.
  5. La Civilisation celtique, page 184, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990, (ISBN 2-7373-0297-8). Christian-J. Guyonvarc'h est philologue, spécialiste des langues celtiques et Françoise Le Roux était historienne des religions.
  6. Médecin de formation, Gwenc'hlan Le Scouëzec est cofondateur du mouvement maçonnique « Les Forestiers d'Avallon » (voir Rite forestier). Il estimait que la Grande-Bretagne ayant été évangélisée par le Patriarcat d'Antioche, celui-ci avait incorporé la tradition druidique "par osmose" et que lui-même, ayant été investi par un mystérieux initiateur relié à Antioche, était une sorte d'évêque druide sans obligation d'agir comme un clerc chrétien.
  7. Développé particulièrement dans le chapitre XXXIX de son livre, La Tradition des druides, 2002.
  8. Philippe Le Stum, Le néo-druidisme en Bretagne…, p. 151.
  9. Echos du procès de Colmar. In : An Oaled : Le Foyer breton, T. 4, n° 19-21, 3e trimestre 1928
  10. "Mais qui sont ces nouveaux druides bretons ?", Le Vif, 13 juillet 2012.
  11. Voir, An Oaled-Le Foyer breton, n°30, 1929, p. 969.

Annexes


Articles connexes

Bibliographie

Lien externe










Catégories: Gorsedd de Bretagne | Néodruidisme | Panceltisme




Information à partir de: 23.01.2021 09:36:37 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.