Hôpital de la Timone


Hôpital de la Timone

Panneau touristique sur l'histoire de la Timone
Présentation
Coordonnées
Pays France
Ville Marseille
Adresse 264, rue Saint-Pierre
Fondation 1974
Site web http://www.ap-hm.fr
Organisation
Type CHU
Services
Nombre de lits 1 289
Direction Sébastien Vial

L'hôpital de la Timone est le plus grand hôpital de Marseille (Bouches-du-Rhône, en France). Les bâtiments actuels datent de 1973 mais se trouvent sur le site d'un ancien hôpital[1]. L'hôpital appartient à l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Il est aussi le siège du Service d'aide médicale urgente (SAMU) et du 15 de Marseille.

Doté du statut de CHU, il est lié à la faculté de médecine de la Timone de l'université d'Aix-Marseille.

L'hôpital de la Timone comporte deux bâtiments : l'un pour les enfants et l'autre pour les adultes[2].

Bien que l'hôpital fut nommé par rapport au quartier La Timone (10e arrondissement) et son avenue éponyme, l'ensemble des bâtiments hospitaliers et la faculté de médecine se situent dans le quartier Baille (5e arrondissement).

Sommaire

Histoire


L'hôpital est construit sur un terrain de quatre hectares situé au centre de Marseille et acheté en 1654 par Louis David, chargé d'affaires de France à Gênes. Alors plantation de vignes et d'oliviers, le terrain passe par mariage entre les mains de Jean Timon-David (1712-1793)[3], qui y fait construire en 1765 une bastide et donne au lieu le nom de Timone.

Ce n'est qu'en 1869 que la ville acquiert les lieux et leur donne leur vocation actuelle en y installant une extension de l'asile municipal établi non loin. Jusqu'alors installée au palais du Pharo, la faculté de médecine de Marseille quitte les lieux pour la Timone, le but étant de réunir en un même lieu les soins, l'enseignement et la recherche en médecine[4]. Alors unifiée, la faculté de médecine se divise avec l'apparition d'une faculté de pharmacie puis d'odontologie dans les années 1970, elles aussi basées à la Timone[4]. De grands travaux sont lancés en 1970 sous l'impulsion de Gaston Defferre afin de faire de la Timone le plus grand hôpital de la ville. Ils prennent fin dans le courant de l'été 1973 et donnent naissance aux bâtiments existants inaugurés l'année suivante[1].

Dès 2007, l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille a lancé un important programme de travaux à la Timone. Ils ont pris fin en 2012 avec la naissance de « Timone 2 », ce qui a permis une réorganisation plus efficace et rationnelle des soins[5],[6]. La Timone 1 et 2 ont le plus grand service d'urgence de France.

L'hôpital accueille en particulier les patients en réanimation pendant la pandémie de Covid-19 en 2020[7].

Offre de soins


Infrastructures et capacités

En , de gros travaux ont débuté devant permettre la construction de deux nouveaux bâtiments :

Spécialités

Recherche et premières


Greffes pédiatriques

L'hôpital de la Timone est considéré comme un établissement pionnier en matière de greffes pédiatriques[11],[12]. En 1986, il réussissait la première greffe de rein sur un enfant (de un an) réalisée en France avec survie de l'enfant. Le , il a célébré « la 100e greffe de rein et la 100e greffe de foie réalisées sur des enfants en un peu plus de 20 ans d'activité[13] ».

Épilepsie

L'hôpital est une référence internationale dans le domaine de l'épilepsie. Le professeur Jean Régis, neurochirurgien à l'hôpital de la Timone, et l'équipe du professeur Patrick Chauvel, épileptologue, ont « révolutionné » le traitement de l'épilepsie grâce à l'utilisation de la radiochirurgie Gamma Knife. Selon Le Figaro Magazine « ces pionniers de la médecine sont reconnus comme la référence mondiale dans le traitement des épilepsies par radiochirurgie Gamma Knife, ce qui leur vaut de recevoir des patients venant de tous les continents ». Ils ont été lauréats des Victoires de la médecine 2007[14].

Pédopsychiatrie

L'hôpital a pris une avance, avec le service du docteur Marcel Rufo, en termes de pédopsychiatrie des adolescents. « Pour les adolescents de 11 à 19 ans, l'Espace Arthur est un concept unique en France. Ouvert depuis mai 1999, ce service accueille une petite vingtaine d'adolescents souffrant de pathologies courantes chez les jeunes : tentatives de suicide, anorexies, phobies scolaires, dépression ou crise identitaire. Parmi la quinzaine de services réservés aux adolescents dans les hôpitaux de France, celui de La Timone fait office de figure de proue. » écrivait en 2001 La Libre Belgique[15].

Célébrités

Plusieurs médecins de renom exercent à la Timone, parmi lesquels :

Personnel médical

Patients célèbres

La Timone au cinéma


Notes et références


  1. a et b Professeur Yves Baille, « Histoire de l'AP-HM  », sur le site de l'AP-HM. Consulté le 13 novembre 2008.
  2. « Hôpital de la Timone » , sur ap-hm.fr (consulté le 19 janvier 2009)
  3. Pierre Guiral, Félix Reynaud, Les Marseillais dans l'histoire, Privat, 1988
  4. a et b Histoire de la faculté de médecine de Marseille sur le site de l'université de la Méditerranée Aix-Marseille II
  5. Description des travaux sur le site de l'Ap-HM
  6. « Marseille : un deuxième hôpital à la Timone », 23 avril 2010, La Provence
  7. Caroline Coq-Chodorge, « En réanimation à Marseille: «On est déjà dans un goulot d’étranglement» » , sur Mediapart (consulté le 25 octobre 2020)
  8. « Plan hôpital 2007 et plan stratégique : Bâtiment médico-technique  », sur le site de l'AP-HM. Consulté le 13 novembre 2008.
  9. « Plan hôpital 2007 et plan stratégique : Hôpital parents-enfants  », sur le site de l'AP-HM. Consulté le 13 novembre 2008.
  10. « Timone : les grands travaux commencent (AP-HM)  », sur le site informationhospitaliere.com, 24 octobre 2007. Consulté le 13 novembre 2008.
  11. « 100e greffe de rein et 100e greffe de foie à Marseille », 29 avril 2008, L'Express.fr
  12. « Greffe cardiaque des tout-petits : mobilisons-nous ! », émission C'est au programme, France 2, 7 avril 2011
  13. « Les centièmes greffes de rein et de foie pour l'hôpital de La Timone Enfants  », sur hopital.fr (le site de la Fédération hospitalière de France), 30 avril 2008. Consulté le 13 novembre 2008.
  14. Florence Broué, « Quand la médecine célèbre ses « victoires » », dans Le Figaro Magazine, [[PDF] [http://www.chu-tours.fr/site_public/chu/articles_chru/figmag241107victoiresmed.pdf texte intégral] sur le site du CHU de Tour].
  15. Amandine Maziers, « Thérapie de la mode » dans La Libre Belgique, texte intégral .
  16. « Un grand ponte des hôpitaux marseillais démissionne » , 24 juin 2011.

Voir aussi


Articles connexes

Liens externes








Catégories: Hôpital à Marseille | Études de santé publique




Information à partir de: 07.05.2021 11:17:11 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.