Hôtel de ville de Paris


Hôtel de ville de Paris
Façade principale (ouest) de l’Hôtel de Ville en 2006.
Présentation
Type
Destination actuelle
Style
Architecte
Construction
Reconstruction
Propriétaire
Usage
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées

L’hôtel de ville de Paris, communément appelé l’Hôtel de Ville[a], est le bâtiment qui héberge les institutions municipales de Paris depuis 1357.

Sommaire

Situation et accès


Il est situé place de l'Hôtel-de-Ville, dans le 4e arrondissement de Paris.

Ce site est desservi par les stations de métro Hôtel de Ville et Châtelet.

Historique


Du XIVe siècle à la Commune

La corporation des nautes — les marchands de l’eau — ancêtre de la municipalité de Paris avait obtenu une juridiction installée en 1250 près du Grand Châtelet au lieu-dit la vallée de la misère sur le quai de la Mégisserie dans une maison à l'enseigne du bénitier puis transférée au début du XIVe siècle au parloir aux bourgeois, à l'emplacement de l'actuel no 20 de la rue Soufflot jusqu'à l'acquisition de la Maison aux Piliers au nom de la municipalité en par Étienne Marcel[1].

C'est là que, depuis lors, se dresse le centre des institutions municipales de Paris.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Maison aux Piliers tombant en ruines au XVIe siècle, les officiers municipaux demandent et obtiennent du roi François Ier en 1529 qu'elle soit remplacée par un véritable palais de style Renaissance qui est dessiné par l'architecte italien Boccador[2]. Sa construction débute en 1533 avec la première pierre posée le par le prévôt des marchands de Paris Pierre Violle[3], et s'achève en 1628. La partie sud est édifiée sous François Ier et Henri II de 1533 à 1551, sa partie nord sous Henri IV et Louis XIII de 1605 à 1628 (sous la direction du prévôt des marchands de Paris Robert Miron), les guerres de religion ayant interrompu les travaux[4],[5].

À l'occasion de cette reconstruction, Charles Leconte, charpentier maître d’œuvre de l'hôtel de ville, est le premier à faire flotter un train de bois d’œuvre pour les besoins des travaux sur l'Yonne et la Seine, train arrivé à Paris le [6],[7].

Le , un feu d'artifice est tiré place de Grève devant l'hôtel de ville pour la publication de la Paix[8].

Au XIXe siècle l'agrandissement et la reconstruction partielle de l'hôtel de ville ont été menés d'après les plans de Godde et Lesueur de 1837 à 1848, tout en préservant la façade Renaissance. Antoine Vivenel, entrepreneur général, dirigeait le chantier. Quatre peintres, dont Jean-Victor Schnetz, sont appelés pour célébrer les grandes révolutions parisiennes sur les murs de l'ancienne salle du Trône. Cet agrandissement a fait disparaître les rues et édifices suivants[9] :

Vacance du pouvoir de Charles X (29 au 31 juillet 1830)

Dans la matinée du , Charles X quitte Paris pour le château de Saint-Cloud et les troupes royales doivent se replier dans le bois de Boulogne. François Guizot appelle à la nomination d'une commission municipale provisoire, chargée formellement de ravitailler la capitale. Dans le Moniteur universel, cette commission est appelée « Gouvernement provisoire »[11]. Elle est composée de cinq députés : Casimir Perier, le général Mouton, Pierre-François Audry de Puyraveau, François Mauguin et Auguste de Schonen, et s'installe à l'hôtel de ville dans l'après-midi du . Le 31 juillet, alors que les députés ont offert au duc d'Orléans, qui l'a acceptée, la lieutenance générale du royaume, la commission municipale cherche à se transformer en exécutif provisoire et nomme des commissaires aux différents départements ministériels. Ces commissaires, dont la plupart seront confirmés dans leurs fonctions par Louis-Philippe d'Orléans le lendemain 1er août, forment, pendant à peine une journée, le ministère nommé par la commission municipale de Paris.

À partir de 1834, l'hôtel de ville accueille le conseil municipal de Paris.

La guerre de 1870

Dans le contexte de la guerre franco-prussienne de 1870, alors que la nouvelle de la défaite de Sedan est connue et que, sous la pression de la foule qui a envahi le palais Bourbon, le Corps législatif ait prononcé la déchéance de l'empereur Napoléon III, le gouvernement de la Défense nationale est constitué à l'hôtel de ville[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Après la Commune

Pendant la Commune de Paris, les incendies déclenchés par des groupes de communards, incités notamment par Jean-Louis Pindy, les 23 et réduisent en cendres l'hôtel de ville de Paris, son annexe de l'avenue Victoria et une partie du palais de Justice. Les archives et la bibliothèque partent en fumée. Ainsi, les deux collections de l'état civil parisien — celle de la ville et celle du greffe — antérieures à 1860 sont perdues : la première dans l'incendie de l'hôtel de ville et la seconde dans celui du palais de Justice. Des vestiges déblayés de l'hôtel de ville sont exposés dans le parc Monceau[13] et dans le square Paul-Langevin.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le bâtiment est reconstruit entre 1874 et 1882 sur les plans des architectes Théodore Ballu et Édouard Deperthes. La façade, de Style néo-Renaissance, s'inspire largement de celle du bâtiment disparu.

En 1937, un bunker est construit dans les sous-sols, dans le cadre de la défense passive.

La place de Grève, rebaptisée place de l'Hôtel-de-Ville le , est aménagée en espace piétonnier en 1982.

Paris ayant connu diverses insurrections, l'hôtel de ville est souvent le point de ralliement d'émeutiers, insurgés et révolutionnaires. D'Étienne Marcel à la Fronde, de la Révolution aux journées révolutionnaires de juillet 1830 et février 1848, de la Commune (incendie de qui détruisit l'état-civil des Parisiens) à la Libération de Paris, l'hôtel de ville est un lieu chargé d'histoire[b].

Lieu de pouvoir où siège le conseil de Paris et de prestige où sont reçus les hôtes du maire, l'hôtel de Ville est le plus grand bâtiment municipal en Europe. Jusqu'en 1977, l'actuel bureau du maire (155 m2) était celui occupé par le préfet de Paris. Le maire disposait à l'origine d'un appartement de fonction de 1 200 m2, donnant sur le jardin (alors privé) de l'hôtel de ville. En 2003, Bertrand Delanoë y a fait installer une crèche, réalisée par l'architecte Marc Dilet[14].

Architecture


La façade principale, d'une longueur de 143 mètres et d'une hauteur de 18,80 mètres (26,80 mètres pour celle des pavillons d'angle et 50 mètres pour le campanile), comprend un avant-corps central correspondant à l'ancien monument construit sous la Renaissance. Il se relève à ses extrémités en deux pavillons flanqués chacun d'une tourelle carrée en encorbellement, dans lesquels sont percées deux portes d'accès aux cours, fermées par des grilles en fer forgé, portant les armes de la Ville de Paris. Ce corps central et ses deux pavillons sont élargis de chaque côté par une petite aile en retrait de six mètres qui se termine par un pavillon d'angle. Dans chaque travée s'ouvrent, au rez-de-chaussée et au premier étage, des baies plein cintre[c] et rectangulaires surmontées de mezzanines, encadrées de pilastres et de colonnes engagées. L'étage suivant de la façade intermédiaire comporte un comble percé de lucarnes en pierre qui renferment une baie rectangulaire. L'étage des pavillons est différent, avec une travée centrale comportant une baie plein cintre précédée d'un balcon à balustrade et deux travées latérales ornées de niches avec statues[d], étage surmonté d'un toit à la Mansart couronné d'une galerie à jour avec piédestaux d'angle supportant des vases à flamme. Le fronton central qui occupe trois travées est orné d'une horloge dont le cadran est accosté des figures du Travail et de L'Instruction, reliées à la balustrade par deux demi-frontons portant les figures couchées de La Seine et de La Marne. Au-dessus de l'horloge, une grande figure assise symbolisant la Ville de Paris est couronnée d'un fronton portant les armes de la Ville soutenues par deux figures couchées, allégories de La Prudence et La Vigilance. Derrière l'horloge se dresse le beffroi, campanile octogonal flanqué de quatre chimères accroupies et couvert d'un dôme à écailles amorti par un lanternon à balustrade en fer forgé. Les toitures sont couronnées de chevaliers du XVe siècle en cuivre repoussé tenant des oriflammes. Les grandes souches de cheminées sont couronnées d'un entablement à consoles surmonté d'un acrotère orné de rosaces et terminé par une corniche[15].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Statuaire de la façade

La façade principale est ornée de personnages marquants de la ville de Paris, artistes, savants, politiciens, industriels. L'ancien hôtel de ville agrandi sous Louis-Philippe avait déjà été orné de statues en pied représentant les hommes illustres de la capitale. Elles ont pour la plupart été détruites lors de la Commune de Paris.

Sur le parvis sont situées deux statues de bronze, allégories de L'Art par Laurent Marqueste et de La Science par Jules Blanchard.

Salle des fêtes

La salle des fêtes de l'hôtel de ville de Paris a été conçue comme une réplique « républicaine » de la galerie des Glaces du château de Versailles construite deux siècles plus tôt[16].

Après avoir été incendié durant la Commune de Paris (1871), l'hôtel de ville a été reconstruit en style néo-Renaissance durant la Troisième République. Les fresques sur les voussures de la salle des fêtes représentent seize provinces de France[16]. Elles sont l'œuvre des quatre peintres Jean-Joseph Weerts, François-Émile Ehrmann, Paul Milliet et Ferdinand Humbert[17].

Voussures Nord
par Jean-Joseph Weerts
Voussures Est
par François-Émile Ehrmann
Voussures Sud
par Paul Milliet
Voussures Ouest
par Ferdinand Humbert

Certaines provinces françaises manquent dont la Franche-Comté, le Limousin ainsi que le Bourbonnais. En outre, l'Alsace annexée à l'Allemagne en 1871 (récupérée en 1919 par le Traité de Versailles) est absente, tandis que l'Algérie annexée à la France à partir de 1830 (devenue indépendante en 1962 à la suite d'un référendum sur l'autodétermination) est présente sous la forme d'une femme voilée[16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Peinture et statuaire

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jardin


Visites


L'Hôtel de Ville se visite gratuitement après inscription préalable auprès du service des relations publiques de la Ville de Paris. Les espaces proposés à la visite sont tous les salons de réception (salons des Arcades, salon Jean-Paul Laurens, salon Bertrand et salle des fêtes), l'escalier d'honneur et la salle du Conseil de Paris[18].

Il est aussi ouvert lors des Journées européennes du patrimoine.

Notes et références


Notes

  1. Selon les conventions typographiques en usage dans la présente encyclopédie en ligne quand, dans un texte, il est non ambigu qu'il s'agit bien de l’hôtel de ville de Paris.
  2. Voir l'article Chronologie de Paris.
  3. Baies dont l'allège est décorée d'une table renfoncée, ornée de cercles de moulures, surmontant des fenêtres de soupiraux.
  4. Niches entre deux pilastres ioniques au rez-de-chaussée, entre deux pilastres corinthiens au premier étage, et au deuxième étage entre deux colonnes corinthiennes engagées ornées de chutes de draperies sur le fût, au tiers de leur hauteur, et qui supportent un motif décoratif formé de deux consoles renversées avec écusson sommé d'une couronne murale.

Références

  1. Jean Favier, Le bourgeois de Paris au Moyen-Âge, Paris, Taillandier, , 667 p. (ISBN 978-2-84734-845-3), p. 94.
  2. Henri Stein, Boccador et l'Hôtel de ville de Paris, Société de l'Histoire de Paris, , 14 p..
  3. Pierre Casselle et Françoise Masson, L'Hôtel de ville de Paris, Imprimerie nationale, , p. 19.
  4. Louis Saurel, Histoire vivante de Paris, Agence Parisienne de Distribution, , p. 88.
  5. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836) , plan 34e quartier « Hôtel de Ville », îlots no 20 et 21, F/31/89/27 .
  6. Gustave Cotteau et Victor Petit, Description de la vallée de l'Yonne : voyage neuvième, Auxerre, Annuaire de l'Yonne, , 23 (pp. 263-291) p. (lire en ligne ), p. 282
  7. Flotteurs - Un peu d'histoire sur lemorvandiaupat.free.fr.
  8. Vue perspective d'un feu d'artifice tiré devant l'hôtel de ville pour la publication de la paix à Paris .
  9. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  10. Tableau d'H. Vernet, Versailles
  11. Alphonse Maréchal, Histoire de la Révolution de 1830 : Précédée de la fin de l'Histoire de la restauration de Dulaure, Degorce-Cadot, , 504 p. (lire en ligne ), « Fin de la Restauration », p. 417
  12. Michel Winock, « La République est mal partie » , L'Histoire no 469, mars 2020, pp. 46-53.
  13. « Vestiges de l’Hôtel de ville au Parc Monceau » , breves-histoire.fr, consulté le .
  14. Selon un article paru en 2021, l'appartement a été transformé en salons et en bureaux, et la crèche est installée un étage en dessous (Sophie de Ravinel, « Comment Anne Hidalgo construit ses équipes pour la présidentielle de 2022 » , sur Le Figaro, (consulté le )).
  15. Marius Vachon, L'Hôtel de ville de Paris, 1535-1905, Plon-Nourrit, , p. 85.
  16. a b et c Visite virtuelle de l'Hôtel de Ville , mairie de Paris.
  17. Lucien Lambeau, L'Hôtel de ville de Paris, Renouard, collection « Les Richesses d'art de la ville de Paris », 1908, p. 129.
  18. « L'Hôtel de Ville : visites, expositions, location des salons » , sur paris.fr.

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes








Catégories: Hôtel de ville de Paris | Architecture civile du XIXe siècle en France | Architecture néo-renaissance en France | Monument à Paris | Patrimoine du XIXe siècle | Incendie à Paris | 4e arrondissement de Paris | Hôtel de ville monument historique en Île-de-France | Monument historique dans le 4e arrondissement de Paris | Monument historique inscrit en 1975 | Monument historique inscrit en 1988




Information à partir de: 04.05.2022 02:34:34 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.