Institut de recherche pour le développement


L'Institut de recherche pour le développement (IRD) est un établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) français sous la tutelle des ministères chargés de la Recherche et de la Coopération, remplaçant l'Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM).

Cet organisme participe à des recherches scientifiques et techniques par le biais d'accords signés entre la France et certains pays en développement.

Ces programmes de recherche destinés à apporter une aide au développement des pays du Sud s'orientent autour des sciences humaines et sociales (géographie, sociologie…), des sciences de la santé (maladies infectieuses, grandes endémies, nutrition, etc.) et des sciences de la nature et de l'environnement (sciences de la terre, océanographie, écologie, biologie, …).

Le siège de l'IRD est situé à MarseilleParis jusqu'en ).

Sommaire

Historique


L’idée de créer un organisme capable de promouvoir la recherche dans les colonies françaises fut exprimée pour la première fois, en 1937, sous le gouvernement de Léon Blum et après la prise de conscience au sujet des effets nocifs de la production intensive d'arachides au Sénégal, en particulier l'usure des sols, les déplacements de population, et la question des cultures vivrières, sur fond de montée des revendications pour la décolonisation.

Il faudra pourtant attendre la création, par la loi no 550 du , de l’Office de la recherche scientifique coloniale (ORSC). En 1944, le gouvernement provisoire de la République française, soucieux de disposer des atouts nécessaires à la cohésion et au renouveau d’un empire colonial ébranlé par la guerre, confirme par une ordonnance du la création de l’Office, d'abord sous le nom d'Office de recherche scientifique d'outre-mer (ORSOM) puis en 1953 sous celui d'Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM). C’est ainsi pour contribuer à donner un nouvel essor à la politique coloniale qu’a été créé puis transformé et pérennisé un « office conçu pour la seule recherche scientifique coloniale ». Le nouvel institut connaîtra, au cours de son évolution, de grandes mutations :

Le , l’institut, à la suite de réelles évolutions, a changé de nom et de sigle pour devenir l'Institut de recherche pour le développement (IRD).

Quelques membres


  Chercheur à l'IRD 

Organisation actuelle


Présidents du Conseil d'administration

Directeurs généraux

Départements

L’IRD est organisé en cinq départements scientifiques :

Présence dans le monde


Outre le siège de Marseille, en 2018, le réseau s’est déployé vers une dizaine de nouveaux pays. L’IRD dispose ainsi, fin 2018, d’un réseau différencié avec des représentants dans 40 pays en particulier en Afrique subsaharienne (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Niger, Mali, Sénégal, Guinée, Ghana, etc.), mais aussi en Afrique du Nord (Égypte, Maroc, Tunisie, etc.), en Asie (Cambodge, Vietnam, Indonésie, Thaïlande, Laos, etc.), en Amérique latine (Bolivie, Brésil, Chili, Pérou, Équateur, Mexique, Colombie, Argentine). En France métropolitaine, il dispose de quatre délégations régionales - DR Sud-Est à Marseille, DR Occitanie à Montpellier, DR Île-de-France à Bondy et DR Ouest à Brest - et est présent dans l'Outremer français à La Réunion, en Guyane Française, en Martinique, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française.

En 2018, l'IRD se compose de 2 050 agents, dont 851 chercheurs et 1 199 ingénieurs et techniciens[1], 72 unités de recherche[2]; 38 représentations à l’étranger et en Outre-mer[1]. Au cours de l'année 2018, l'IRD compte 69 familles de brevet actives, a accompagné plus d'une centaine de créations d'entreprise[3], réalisé 2 nouvelles expositions, produit ou co-produit 60 films[4], édité ou co-édité 20 ouvrages et participé à 322 manifestations de culture scientifique[5]. En 2018, ses chercheurs ont signé 5 009 publications scientifiques. C'est encore l'herbier de Nouvelle-Calédonie (85 000 planches)[6] et celui de Guyane (200 000 spécimens)[7]. Ce sont enfin plusieurs bases de données (scientifiques, temporelles, photographiques), dont la base documentaire Horizon Pleins textes qui propose 90 000 documents issus des recherches de l'IRD, dont 66 000 fichiers téléchargeables en accès libre[8] et la photothèque Indigo (plus de 66 000 photographies)[9].

Recherches et publications


Les publications issues des nombreux et divers travaux des chercheurs de l'IRD sont accessibles via la base de documentation HORIZON[10] de cet institut, ainsi que via le portail IRD des hyperarchives en ligne de la recherche française, HAL-IRD[11].

Notes et références


  1. a et b « Rapport IRD 2018 » , sur rapport.ird.fr (consulté le 29 août 2016)
  2. eZ Systems, « Liste des unités de recherche - Institut de recherche pour le développement (IRD) » , sur www.ird.fr (consulté le 29 août 2016)
  3. « Partenariat | innovation | Rapport IRD 2018 » , sur rapport.ird.fr (consulté le 29 août 2016)
  4. « Partenariats | Rapport IRD 2018 » , sur rapport.ird.fr (consulté le 29 août 2016)
  5. « Partage des savoirs | Rapport IRD 2018 » , sur rapport.ird.fr (consulté le 29 août 2016)
  6. Pl@ntnet - Julien Barbe - AMAP, « Pl@ntNet - Herbarium of IRD Nouméa (NOU) » , sur herbier-noumea.plantnet-project.org (consulté le 29 août 2016)
  7. « CAY - Pl@ntnet » , sur publish.plantnet-project.org (consulté le 29 août 2016)
  8. « IRD - Portail documentaire » , sur horizon.documentation.ird.fr (consulté le 29 août 2016)
  9. « IRD » (consulté le 29 août 2016)
  10. « Horizon Pleins textes - Publications scientifiques de l'IRD »
  11. « HAL-IRD : portail des archives ouvertes IRD »

Voir aussi


Bibliographie

Articles connexes

Liens externes








Catégories: Établissement public à caractère scientifique et technologique | Organisme fondé en 1943 | Organisme relevant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche | Institut de recherche pour le développement




Information à partir de: 27.04.2021 10:46:04 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.