Jean Vérines


Jean Vérines
Naissance
Brive-la-Gaillarde, France
Décès (à 49 ans)
Cologne, Allemagne
Fusillé
Origine  Français
Allégeance  France
Arme Gendarmerie
Grade Chef d'escadron
Années de service 1914 – 1943
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Hommages Nom d'une rue à Brive-la-Gaillarde

Jean Marie Alexandre Vérines (Brive-la-GaillardeCologne), est un militaire, officier de gendarmerie et résistant français.

Sommaire

Biographie


Né à Brive-la-Gaillarde dans la Corrèze, il est le fils d'un comptable, Germain Antoine Vérines et de Jeanne Marie Émilie Tournier[1].

Première Guerre mondiale

Mobilisé le comme soldat au 126e régiment d'infanterie (RI), il est promu sergent, puis affecté au 147e RI le [2]. Il est blessé une première fois le à la jambe droite.

Promu aspirant le , puis sous-lieutenant le suivant, Vérines est nommé chevalier de la Légion d’honneur le avec la citation suivante[3] :

« Officier d'une énergie et d'une bravoure remarquables. A été blessé grièvement le à Sapigneul, en observant l'ennemi par-dessus le parapet au cours d'une alerte. Perte de la vision de l’œil droit. Une blessure antérieure. Trois citations. »

Officier de gendarmerie

En , il intègre l'école des officiers de la Gendarmerie nationale. Lieutenant, il sert en métropole, puis dans le corps d'occupation de Constantinople en 1921[2]. Il se marie à Constantinople, le avec Émilie Jeanne Fernande Laure Oscarine Ghislaine du Cormez.

Le , il est affecté en Syrie, alors sous mandat français. Rapatrié en France en 1922, le lieutenant Vérines est affecté à la section de gendarmerie de Saint-Pierre (La Réunion), le . Capitaine le , Vérines est promu au grade d'officier de la Légion d’honneur le [3].

Chef d'escadron le , il prend le commandement du 3e bataillon de la Garde républicaine de Paris.

Résistance intérieure

Jean Vérines intègre en un réseau de résistance, qui deviendra en août sous l’impulsion de Maurice Duclos, son fondateur, émissaire du général de Gaulle, le premier réseau en France occupée sous le nom de réseau Saint-Jacques. Son réseau est en grande partie démantelé en .

Le , il est nommé commandant militaire de l'hôtel des Invalides. Arrêté le , Jean Vérines est transféré en Allemagne. Condamné à mort, il est fusillé le (à 49 ans) à Cologne[4].

Il est promu lieutenant-colonel à titre posthume, le .

Décorations


Postérité


Son nom a été donné, en 1947, à la caserne Prince-Eugène située au 12, place de la République à Paris (là où il a été arrêté en 1941) et à celle de Saint-Denis de La Réunion.

Il est le parrain de la 51e promotion (1947-1948) de l'école des officiers de gendarmerie de Melun. Une salle particulière lui est consacrée dans la salle des traditions du régiment de cavalerie, à l'état-major de la Garde républicaine à Paris.

Notes et références


  1. Acte de naissance no 94/1894 de la commune de Brive-la-Gaillarde.
  2. a et b Registre matricule de Brive-la-Gaillarde no 1660/1914.
  3. a et b « Jean Marie Alexandre Vérines » , base Léonore, ministère français de la Culture.
  4. Édouard Ebel, « Le chef d'escadron Vérines », Gend'info, no 330,‎ , p. 42 (ISSN 0767-3957 , lire en ligne , consulté le )

Liens externes









Catégories: Naissance à Brive-la-Gaillarde | Naissance en avril 1894 | Décès en octobre 1943 | Décès à 49 ans | Militaire français de la Première Guerre mondiale | Militaire français de la Seconde Guerre mondiale | Borgne | Résistant français | Officier de la Légion d'honneur | Titulaire de la croix de guerre 1914-1918 | Titulaire de la croix de guerre 1939-1945 | Titulaire de la médaille de la Résistance française | Condamné à mort exécuté par arme à feu | Condamné à mort exécuté en Allemagne | Officier de la gendarmerie nationale française | Personnalité liée à Brive-la-Gaillarde




Information à partir de: 20.04.2022 07:34:00 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.