Langues celtiques - fr.LinkFang.org

Langues celtiques


(Redirigé depuis Langue_celtique)

Langues celtiques
Région Irlande, Écosse, Pays de Galles, Cornouailles, Bretagne, Île de Man ; historiquement, une grande partie de l'Europe centrale et occidentale
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 cel
ISO 639-5 cel
IETF cel
Linguasphere 50
Carte

Répartition actuelle des langues celtiques.
  • Parlées par une majorité.
  • Parlées par une minorité.

Les langues celtiques sont une branche de la famille des langues indo-européennes. Elles regroupent :

Après la reconnaissance en juillet 2002 du cornique comme langue minoritaire par les autorités du Royaume-Uni, la langue bretonne, parlée en France par 207 000 locuteurs[réf. souhaitée][1], reste la seule langue celtique moderne à ne pas avoir de statut officiel dans sa zone culturelle.

Sommaire

Caractéristiques générales


Les langues celtiques se caractérisent par un ensemble de mutations spécifiques à partir de l'indo-européen commun.

L'un des traits les plus caractéristiques est l’amuïssement du p à l'initiale et entre voyelles. Ainsi, l'indo-européen *ph₂tḗr « père » (> latin pater, anglais father) devient *ɸatīr en celtique commun, d'où vieil irlandais athair, athir > irlandais athair, gaulois *atir (nominatif), ater (vocatif) ou encore *pŗto- / *pértus « le gué » (> latin portus, anglais ford) devenant *ɸritus en celtique commun, d'où *rrɨd en brittonique (vieux breton rit; vieux cornique rid; vieux gallois rit > gallois rhyd), *rito- en gaulois comme dans l'ancien nom de Limoges, dont la dénomination gallo-romaine est Augustoritum « le gué d'Auguste » ou encore Chambord de *camborito-, le gué sur la courbe du fleuve[2]. Le b n'existant pas à date ancienne, le i.e. passe généralement à b comme dans le nom du bœuf, irlandais , breton buoc'h[2].

Les langues celtiques dans leur ensemble sont affectées par la modification phonétique qui porte le nom de lénition (affaiblissement des consonnes qui se trouvent entre deux voyelles). Ainsi, le mot irlandais beatha « vie » se prononce /ˈbʲahə/[2].

Celtique continental


Les langues de ce groupe étaient parlées sur le continent européen. Toutes sont maintenant éteintes[3]. Le groupe comprenait :

Celtique insulaire


Les langues de ce groupe proviennent toutes de Grande-Bretagne et d'Irlande. On y distingue deux sous-groupes :

Groupe gaélique (ou goïdélique)

Ces trois langues dérivent du vieil irlandais, un idiome littéraire important, parlé entre le VIIIe siècle et le Xe siècle).

On mentionne parfois le shelta (la langue des nomades irlandais) (Irish Travellers) comme une langue celtique, mais ce rattachement est impropre : en effet, s'il est exact que le vocabulaire de cette langue présente un fort fond issu de l'irlandais, la grammaire de cette langue est basée sur l'anglais ; ceci en fait plutôt une langue germanique à fort apport lexical gaélique.

Groupe brittonique

Les langues brittoniques (terme inventé au XIXe siècle) dérivent de la langue bretonne antique parlée dans l'île de Bretagne par les Bretons, dès avant la conquête romaine jusqu'à l'invasion saxonne, et de son éclatement en plusieurs dialectes, puis langues, un peu sur le modèle du latin et des langues romanes.

Les langues brittoniques sont généralement réduites à trois :

Il ne faut cependant pas oublier :

D'autres cas sont mentionnés par les spécialistes :

Taxinomie des langues celtiques


Le schéma présenté ci-dessus[4] ne représente qu'une possibilité taxonomique. La division des langues celtiques modernes en deux catégories, gaélique et brittonique, est certaine. Mais un nombre de celticistes défend une hypothèse selon laquelle le brittonique et le gaulois constitueraient un groupe à part (les langues celtiques-P), laissant le celtibère et le gaélique dans un groupe celtique-Q. Cette notation est fallacieuse car la lettre Q n'existe ni en irlandais ni en gaélique écossais. Cette classification repose essentiellement sur le traitement du *kw hérité de l'indo-européen : en celtique-P ce phonème devient /p/, tandis qu'en celtique-Q demeure / kw/. On illustre cette différence par les mots pour « tête » : penn en breton, ceann en irlandais (où ‹ c › note /k/).

Les opposants à l'hypothèse du celtique insulaire répondent que l'évolution du kw en /p/ est assez superficielle et n'empêcherait pas en tout cas l'intercompréhension. Ils considèrent comme plus profondes les particularités du celtique insulaire : les prépositions fléchies, les mutations consonantiques ou encore l'ordre syntaxique VSO (voir plus bas). Un important substrat afro-asiatique (ibère, berbère) a aussi été proposé par John Morris-Jones pour expliquer l'évolution particulière du brittonique, ce qui a été appuyé par plusieurs autres linguistes connus (Julius Pokorny, Heinrich Wagner, et Orin Gensler). Shisha-Halevy et Theo Vennemann ont poursuivi avec d'autres travaux à ce sujet.

On a autrefois classé les langues celtiques avec les langues italiques dans une famille dite italo-celtique pour des raisons de proximité diverses (utilisation de désinences pronominales au sein des flexions nominales thématiques, par exemple). Cependant, cette taxonomie est maintenant contestée[5]. Il peut s'agir de coïncidences ou d'effets d'interférence linguistique.

Particularités des langues celtiques modernes


Bien qu'il existe une diversité considérable au sein des langues celtiques, on note plusieurs traits communs dont l'association est très caractéristique des langues celtiques insulaires :

Par exemple, en irlandais :

Notes :

« quatre-vingt-dix-neuf » :

Notes :

Mots d'origine celtique en français, celtologie et reconstructionnisme linguistique


Personnalités

Les linguistes spécialistes des langues celtiques sont appelés celtistes ou celtisants. Parmi les plus notables :


Universités proposant des cours de langues celtiques

Europe

Amérique du Nord

Publications périodiques

Notes et références


  1. « Wikiwix's cache » , sur archive.wikiwix.com (consulté le 6 novembre 2018)
  2. a b et c André Martinet, Des steppes aux océans : l'indo-européen et les indo-européens, Paris, Payot, 1986, p. 94-99
  3. Hervé Abalain, Histoire des langues celtiques, Jean-Paul Gisserot, , 127 p. (lire en ligne )
  4. (en) Peter Forster et Alfred Toth, « Toward a phylogenetic chronology of ancient Gaulish, Celtic, and Indo-European », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, vol. 100, no 15,‎ , p. 9079–9084 (PMID 12837934 , DOI 10.1073/pnas.1331158100 ).
  5. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Éditions errance 1994. p. 13.
  6. Cette phrase est aussi un virelangue.
  7. La Femme celte, p. 37
  8. Op. cité. p. 186 à 200.
  9. Dictionnaire de la langue gauloise, Éditions errance 2003.
  10. Dictionnaire français-gaulois, La Différence
  11. Les noms d'origine gauloise. La Gaule des activités économiques. Paris, Errance, 2005
  12. Joseph Monard, Dictionnaire de Celtique Ancien, 2000 et 2001, 324 p. (ISBN 0-906590-56-6)

Annexes


Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes










Catégories: Inventaire de langues | Langue celtique | Langue synthétique | Langue flexionnelle | Langue indo-européenne




Information à partir de: 24.01.2021 01:42:47 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.