Langues celtiques continentales - fr.LinkFang.org

Langues celtiques continentales


Langues celtiques continentales
Extinction Haut Moyen Âge
Classification par famille

Le concept de langues celtiques continentales est avant tout spatio-temporel et s'applique aux langues celtiques aujourd'hui éteintes[1] qui se parlaient sur le continent européen et en Asie Mineure, en cela, il s'oppose au celtique insulaire, moins représenté dans l'épigraphie antique, mais dont les différentes langues sont bien attestées depuis le Moyen Âge.

Sommaire

Définition


Des langues celtiques étaient jadis parlées sur le continent européen, elles ont toute disparu au plus tard au VIe siècle. Le breton parlé sur le continent à l'ouest de la Bretagne actuelle est, pour l'essentiel, du celtique réintroduit par des colons originaires des îles britanniques. Il appartient donc au celtique insulaire. Les langues celtiques insulaires, dont la répartition se fait dans un cadre géographique délimité (la Grande-Bretagne et l'Irlande), c'est-à-dire des îles (sauf la Bretagne, où elles se sont exportées) et dont les attestations anciennes sont assez contemporaines les unes des autres (vieil irlandais, vieux gaélique d'Écosse, vieux gallois, vieux cornique et vieux breton), autorisent le singulier de « celtique insulaire », alors que les langues celtiques continentales sont trop disparates dans le temps et dans l'espace pour être regroupées de la même manière, on parlera donc plutôt de « langues celtiques continentales », au pluriel.

Comme il ne nous reste que trop peu de traces écrites de ces parlers continentaux, les analyses de linguistique comparée basée sur la méthode comparative sont complexes à réaliser. Cependant, elles ont fait de notables progrès de la fin du XXe siècle à nos jours avec la découverte de nouvelles inscriptions, exhumées essentiellement lors de fouilles archéologiques.

Description


S'il est probable que les Celtes continentaux aient parlé divers dialectes ou langues à travers l'Europe à l'époque antique, seules trois de ces langues sont véritablement attestées dans l'épigraphie et clairement identifiables comme celtiques. Les dates suivantes se réfèrent à la datation donnée aux inscriptions qui ont été découvertes, ces langues ont pu survivre encore longtemps postérieurement :

Aux langues véritablement attestées s'ajoutent d'autres supposées ou mal identifiées :

Rapport entre les celtiques continentaux et le celtique insulaire


On a longtemps cherché à isoler le gaulois du celtique insulaire, jusqu'à la découverte d'un particularisme consonantique, à savoir : le passage de /kʷ/ de l'indo-européen à /kʷ/ puis /k/ en gaélique ou goidélique, exemple : latin quinque / irlandais cinc, alors qu'en gaulois et brittonique, il évoluait en /p/, exemple: gaulois pimpe, pempe / breton pemp, gallois pymp.

D'où les notions de Celtes avec P et de Celtes avec Q.

On pensait, en généralisant, que tous les celtes continentaux étaient des « Celtes avec P », jusqu'à ce qu'on remarque que les inscriptions celtibériques étaient aussi « avec Q », ensuite dans l'observation d'« anomalies » comme le maintien du /kʷ/ dans Sequanes / Sequana, dans Quariates et plus récemment le problème du mois equos dans le calendrier de Coligny[3].

Depuis lors, plusieurs études menées par certains spécialistes ont minimisé cette mutation phonétique au sein du celtique insulaire pour au contraire, mettre l'accent sur ses ressemblances inter-insulaires par rapport au groupe des langues celtiques continentales.

Cependant, selon Pierre-Yves Lambert[4] : le gaulois s'est révélé être réellement proche du brittonique. En effet, il cite une autre innovation phonétique commune constatée sur un terme relevé dans le plomb du Larzac : anuana très proche du vieux gallois enuein "noms", avec la même évolution du groupe intérieur -nm- > -nu-, alors que l'on trouve par exemple en irlandais ainm « nom ». L'existence de deux innovations communes -kʷ- > -p- et -nm- > -nu- laisse peu de place au hasard. Léon Fleuriot et Karl-Horst Schmidt utilisent même la notion de dialecte « gallo-brittonique ».

Sources


Références

  1. Hervé Abalain, Histoire des langues celtiques, Jean-paul Gisserot, , 127 p. (lire en ligne )
  2. Lambert 2003, p. 20-21.
  3. Lambert 2003.
  4. Lambert 2003, p. 18-19.

Bibliographie

Annexes


Articles connexes

Lien externe








Catégories: Inventaire de langues | Langue celtique continentale




Information à partir de: 08.12.2020 05:12:46 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.