Lesneven - fr.LinkFang.org

Lesneven


Lesneven

Église Saint-Michel de Lesneven.

Blason
Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Intercommunalité Communauté Lesneven Côte des Légendes
(siège)
Maire
Mandat
Claudie Balcon
2020-2026
Code postal 29260
Code commune 29124
Démographie
Gentilé Lesneviens
Population
municipale
7 306 hab. (2018 )
Densité 711 hab./km2
Population
agglomération
25 712 hab.
Géographie
Coordonnées
Altitude Min. 14 m
Max. 79 m
Superficie 10,27 km2
Unité urbaine Lesneven
(ville-centre)
Aire d'attraction Brest
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lesneven
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Liens
Site web Site municipal

Lesneven [lɛsnəvɛ̃] est une commune du département du Finistère, en région Bretagne.

Sommaire

Géographie


Localisation

Lesneven se situe à un carrefour routier important, au cœur du plateau du Léon, à 5 km du littoral de la Manche. C'est l'ancienne capitale historique du Pays de Léon, et encore de nos jours son principal centre commercial. Le territoire communal, peu étendu, est essentiellement occupé par l'agglomération. L'agglomération de Lesneven et celle de la commune voisine du Folgoët constituent d'ailleurs un seul et même noyau urbain, dont l'extension est limitée au sud par le territoire de la commune de Ploudaniel.

Jacques Cambry décrit ainsi en 1794 la situation de Lesneven[N 1] :

« La commune de Lesneven est située sur le milieu d'une plaine qu'elle domine ; on a du clocher de cette ville une vue très étendue, mais dépouillée, sans grands effets ; la mer ne s'apperçoit que sur un angle à l'horizon. La vue vers l'ouest est plate, elle s'étend jusqu'au district de Brest. Les montagnes de Landerneau, les sommets des montagnes d'Arès arrêtent l'œil au loin : au sud, sud-est, les champs s'élèvent en amphithéâtre ; à l'orient, à quelques mille de Lesneven, ils sont bornés par des collines sur lesquelles on distingue le clocher de Plonnévès, et la commune de Lanhouarneau vers le sud-est, les clochers de Plonneventer, de Bolilis : ce dernier point de l'horizon se termine encore à 7 ou 8 lieues par une chaîne des montagnes d'Arès[1]. »

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Lesneven
Kernouës Plouider Plouider
Le Folgoët Saint-Méen, Plouider
Le Folgoët Ploudaniel Ploudaniel

À l'est, Lesneven est séparé des communes voisines de Saint-Méen et Plouider par un petit fleuve côtier, le Quillimadec[2].

Urbanisme


Typologie

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Lesneven est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Lesneven, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[3] et 13 020 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[4],[5].

Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brest dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 68 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Héraldique


D'or au lion morné de sable, tenant entre ses pattes de devant un guidon d'azur chargé d'une fleur de lys d'or, la hampe de gueules.
Aurait été donné d'office dans l'armorial d'Hozier en 1696[8].
Explications = Le lion morné de sable est le lion du Léon.

Toponymie


Étymologie

La tradition désigne le mythique comte Even (ou Neven), parfois surnommé Even le Grand en raison de ses victoires contre les Normands, qui aurait vécu vers 900, comme étant le bâtisseur de la cité de Lesneven, au départ une simple motte féodale, dont l'étymologie serait alors Aula Eveni (« la Cour d'Even ») (en fait ce serait plutôt Aula Neveni (« la Cour de Neven »), anthroponyme que l'on retrouve dans le nom de lieu Runeven à Plouider[9] et dans le nom breton de la commune voisine de Saint-Méen : « Sant Neven ». La légende dit que le comte Even aurait vaincu les envahisseurs normands en 875, avec l'aide de saint Goulven.

Une autre hypothèse existe : le nom de Lesneven proviendrait du breton les (château) et du saint breton Néven (Nevyn, en gallois) fête le dans le calendrier breton[10].

Histoire


Origines

La fondation de Lesneven remonte au haut Moyen Âge avec la paroisse primitive de Notre-Dame. Cette paroisse faisait partie de l'archidiaconé de Kemenet-Ily relevant de l'évêché de Léon. Elle avait comme trève Languengar. Elle est issue d'un démembrement de la paroisse primitive de Plouider. L'église Notre-Dame aurait été fondée en 1111 par Alain Fergent selon Bertrand d'Argentré[11] ; en 1209 elle est donnée, ainsi que le four à ban de la ville[12], par Alix de Bretagne à Ameline d'Écosse[13], abbesse de Saint-Sulpice des Bois. L'église Notre-Dame devient alors un prieuré[14] ; la liste des prieures ainsi que celle des prêtres desservant la paroisse est en partie connue jusqu'en 1713[15].

L'église Notre-Dame est reconstruite en 1348 par le duc Jean IV de Bretagne et transformée en collégiale[16] à laquelle se joindra, plus tard, celle de Saint-Michel[17].

Le Moyen Âge

Guerres et troubles

Lesneven fut, durant tout le Moyen Âge, la capitale militaire des comtes de Léon qui y installèrent une de leurs quatre châtellenies, et y construisirent au XIIIe siècle un imposant château fort (lors de la construction de la prison entre 1782 et 1784, on trouva « quelques restes du château d'Even, entre autres un appartement octogone et voûté »[18]), à l'emplacement de l'actuelle Place du Château. Au XIIe siècle, le duc de Bretagne Alain Fergent établit à Lesneven une cour de justice pour tout le pays de Léon[19]. Entre 1214 et 1216, le Léon est envahi par Pierre de Dreux, dit Mauclerc, qui conquiert Lesneven en 1216. Le pouvoir des comtes de Léon prit alors fin, Pierre Mauclerc, jouant des dissensions internes à la famille de Léon, et s'emparant des terres de Conan Ier de Léon pour les intégrer au domaine ducal du duché de Bretagne.

Durant la guerre de Succession de Bretagne, les partisans de Charles de Blois développent la forteresse de Lesneven pour faire contrepoids à celle de Brest, aux mains des partisans de Jean de Montfort, mais la ville passa plusieurs fois alternativement aux mains des Français et des Anglais, alliés de Jean de Monfort : en 1372, la population de Lesneven, excédée par les pillages de la garnison anglaise, aida les partisans de Charles de Blois à la massacrer[20]. En 1374, le duc de Bretagne Jean IV prit la ville, et passa au fil de l'épée toute la garnison française qui la défendait[21]. Bertrand Du Guesclin s'empare de la ville en 1375. Les Anglais n'abandonnèrent définitivement la ville qu'en 1397. Par la suite, la forteresse de Lesneven perdit son importance stratégique, servant même de carrière de pierre au XVIIe siècle.

Entre 1426 et 1529, la noblesse du Léon organise plusieurs montres à Lesneven, qui sont aussi l'occasion de grandes foires animant la ville.

En 1509, une terrible épidémie de peste sévit à Lesneven.

Pendant les guerres de la Ligue, après des combats extrêmement violents, la population finit par se rallier le au gouverneur de Brest, René de Rieux, dit « Sourdéac ».

Jehan Marec'h, l'« Attila de Lesneven »

Jehan Marec'h, seigneur qui habitait le manoir de Guiquelleau (une paroisse voisine, désormais incluse dans la commune du Folgoët), fut célèbre pour ses actes de banditisme et surnommé pour cette raison l'« Attila de Lesneven ». Entre 1514 et 1527, il fit de nombreuses victimes, s'attaquant à des personnes de toutes conditions, gentilshommes, prêtres, roturiers. Il osa même attaquer la garde personnelle du roi François Ier lorsque celui-ci vint faire ses dévotions au Folgoët en 1518. Le , il assassine son voisin et suzerain, le baron Henri de Penmarc'h (en Saint-Frégant), qu'il tue d'un carreau d'arbalète et de 65 coups d'épée à la fin d'un banquet[22]. Il est alors arrêté et condamné le à être décapité sur la place de la Cohue à Lesneven ; on lui coupa son bras droit, qui fut attaché à un poteau près des douves du château de Lesneven et sa tête fut piquée sur un pieu pour être exposée[20].

À Lesneven, le nombre des baptêmes passe d'une moyenne de 15 par an entre 1545 et 1549 à une quarantaine entre 1571 et 1590, mais baisse à une moyenne de 22 par an entre 1591 et 1600 (quatre en 1597, cinq en 1598) en raison des Guerres de la Ligue et des mauvaises conditions climatiques[23].

L'hospice de Saint-Maudez

L'hospice de Saint-Maudez aurait été fondé au XIIIe siècle par la famille Gouzillon de Kerno, probablement à un retour de Croisade ; ils le dotèrent de terres et de rentes pour en financer le fonctionnement ; destiné à recevoir les vieillards nécessiteux et les petits enfants, il fut placé sous le patronage de saint Maudez[24]. Il servit entre autres lors de l'épidémie de peste de 1627.

Cet hospice est abandonné en 1713, mais un hôpital est construit dans le courant du XVIIIe siècle par Claude-Alain Barbier, comte de Lescoët, qui demeurait au château de Kerno en Ploudaniel et fit reconstruire également en 1786 (la chapelle antérieure datait du XVe siècle) la chapelle Saint-Maudez, qui fut abandonnée pendant la Révolution française[25]. En 1788, l'hôpital possède de 50 à 60 lits[26].

La Sénéchaussée et la Communauté de Lesneven

Jusqu'à la Révolution française, la ville fut aussi le siège d'une importante sénéchaussée (circonscription judiciaire), créée en 1565 par le roi Charles IX, dont le ressort s'étendait sur une bonne partie du Nord-Finistère actuel 26 justices seigneuriales en dépendaient, dont celle de la principauté de Léon, son siège était à Landerneau et elle appartenait à la maison de Rohan et celle de Saint-Renan). Plusieurs membres de la famille de Poulpry se succédèrent dans cette charge, dont Alain Jacques de Poulpry de Kerillas en 1722 ; le dernier sénéchal fut à partir de 1784 Nicolas-Jacques Cosson de Kervodiès.

Jusqu'à la Révolution française, la ville fut dirigée par une « Communauté », qui avait le droit de députer aux États de Bretagne, chargée « de l'administration de la ville, sous la surveillance minutieuse de l'intendant de la province. Elle n'avait la charge ni de répartir les impôts, ni de les percevoir, mais elle nommait des personnes “intelligentes” pour en établir les rôles et pour le percevoir des personnes “sachant lire et écrire” (ce qui était rare alors à Lesneven) et assez riches pour pouvoir en répondre sur leur fortune personnelle. […] Quand ses membres n'étaient plus assez nombreux, [la Communauté] se réunissait, et de nouveaux collègues étaient élus à la majorité des voix ». La dernière élection connue eut lieu le  : 19 nouveaux conseillers furent élus ce jour-là. « Les conseillers ainsi nommés montraient peu d'enthousiasme pour assister aux séances », l'absentéisme était fréquent, indique René Leroy qui cite l'exemple de la réunion du où, huit conseillers seulement étaient présents, en nombre insuffisant pour pouvoir délibérer alors qu'il fallait réparer les pavés de la ville qui en avaient bien besoin, ne l'ayant pas été depuis au moins quinze ans. L'Intendant dut menacer les conseillers de déchéance et d'amendes pour les contraindre à participer aux réunions[27].

Languengar

Languengar fut, jusqu'à la Révolution française, une petite paroisse située au nord-est de Lesneven et incorporée dans la commune de Lesneven en 1791. Il n'en reste presque aucune trace, même l'église et le cimetière de Languengar ont disparu[28].

La tradition du gui à Lesneven

Jacques Cambry décrit comme la survivance d'une tradition druidique[29] la procession du gui (fête de l'éguigané, qui avait lieu entre Noël et le Nouvel An) à Landerneau et à Lesneven :

« En 1788, les échevins, les administrateurs de l’hôpital promenoient encore un bœuf et un cheval couvert de fleurs et de lauriers, dans toutes les rues de Lesneven ; la marche était précédée d’instrumens, de fifres, de tambours ; on s’arrêtoit de tems en tems, en s’écriant : Guy na-né, Voilà le guy. La quête qu’on faisoit à la porte des riches se partageoit entre les prisonniers, les hôpitaux, les récolets, et les pauvres honteux ; il n’est aucun de nos lecteurs qui ne sache à quels siècles se rapporte cet ancien usage. Qui ne se rappelle les taureaux que les Druides immoloient dans leurs forêts aux pieds de leurs chênes sacrés, à l’époque du nouvel an ? qui ne les voit vêtus de blanc, à l’aide d’une serpe d’or, détachant en silence le guy du rouvre ? Des Vacies les recevoient dans un voile de lin ; le peuple prosterné attendoit qu’on lui distribuât des parcelles de ce rameau tombé du Ciel, né sans germe : il éloignoit les enchanteurs, les prestiges ; les esprits malfaisans ne pouvoient rien contre la puissance céleste : trempé dans les fontaines ou dans les eaux qu’on distribuoit aux animaux il détruisoit toute influence dangéreuse ; la foudre respectoit la maison qui le recevoit[30]. »

.

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle

Au XVIIe siècle, l'église Notre-Dame, qui bénéficiait de nombreuses donations et fondations[31], possédait quatre confréries : de la Trinité, du Rosaire, de Notre-Dame du Mont-Carmel, et des Agonisants[32]. Les seigneurs de Kergoff et de Lesdourdu y jouissaient d'un droit de prééminence, Alain Barbier, seigneur de Kerno, acquit en 1646 les droits du seigneur de Kergoff[33]. En 1777, l'église Notre-Dame est dans un si piteux état qu'il est décidé de la reconstruire entièrement, la communauté de ville s'en chargeant : l'église fut alors démolie, ses matériaux vendus, en prévision de sa reconstruction, mais la Révolution française l'empêcha[34].

Deux couvents furent construits grâce à d'importantes donations : le couvent des Ursulines[35], entre 1678 et 1746 (actuel « Musée du Léon », ce couvent comprenait une quarantaine de religieuses qui veillaient à l'éducation des jeunes filles) et le couvent des Récollets, fondé en 1625 par le seigneur de Kerno, de Ploudaniel (actuel lycée Saint-François). La communauté des Ursulines accueillait des demoiselles issues des plus grandes familles de la noblesse léonarde auxquelles elles enseignaient la lecture, l'écriture, le calcul, la morale chrétienne et, pour les filles les plus démunies, l'art ménager. À la veille de la Révolution française, une soixante de pensionnaires étaient accueillies.

L'église paroissiale Saint-Michel fut rebâtie entre 1755 et 1763, mais a conservé son portail Renaissance daté de 1634, ainsi qu'une « Vierge » du XVe siècle et un tableau (Nativité) du Frère Luc[20].

Plusieurs hôtels particuliers sont construits au XVIIe siècle comme l'hôtel de Kermenguy, de style Renaissance, avec ses lucarnes à fronton en arc de cercle, d'une architecture austère, construit par Henry de Kermenguy et qui fut, à la fin du XVIIIe siècle la demeure de Jean Marie Henry de Kermenguy, procureur du Roi et maire de la ville ; comme l'hôtel de Kerdanet, construit au début du XVIIIe siècle par René Calvez de Kerambartz qui se qualifiait alors de « maire perpétuel et héréditaire », qui appartint ensuite à la famille Miorcec de Kerdanet[36] ou encore l'hôtel Barbier de Lescoët[37], dit aussi hôtel de France, qui date du XVIIe siècle[38].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le rôle commercial de Lesneven s'affirma également, avec ses foires très réputées (9 par an au XVe siècle, quatre par an du XVIe siècle au XVIIIe siècle), et ses marchés chaque lundi dès le Moyen Âge ; ses halles construites en 1659 étaient réputées être les plus vastes de Bretagne. Joseph-Émile Gridel[39] écrit en 1862 : « Les halles de Lesneven « sont une véritable cour des miracles qui sert d'asile à une foule de malingreux couverts des guenilles les plus fantastiques »[40] ; elles furent détruites en 1893. Le plus important marché du Léon se déroule toujours chaque lundi à Lesneven.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la « campagne de Lesneven » de fournir quatre hommes et de payer 26 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne[41] ».

En 1773, Christophe Castel, 23 ans, originaire de Lesneven, qui a dérobé 273 livres dans la paroisse de Sizun, et volé un cheval au pâturage sur la paroisse de Guimiliau, est condamné « d'être pendu et étranglé, jusqu'à ce que mort s'ensuive, par l'exécuteur de haute justice, à une potence qui sera pour cet effet plantée à la place publique et patibulaire de la ville [Lesneven] » et, en outre, à la confiscation de ses meubles et aux dépens[42].

Une épidémie de fièvre typhoïde sévit, comme dans la plupart des paroisses voisines, à Lesneven en 1775, y faisant cette année-là 86 morts[43]. En 1777, une épidémie de peste fait des ravages à Lesneven. Le subdélégué de Lesneven écrit :

« La maladie fait un ravage affreux. Il y a dans la ville cent dix-neuf malades. À ce que m'a dit le recteur, il n'y a que les pauvres qui en soient attaqués. Le Saint-Sacrement sort trois à quatre fois par jour et on fait aussi jusqu'à trois enterrements par jour. Le meilleur confesseur de cette ville est mort de la maladie, après les plus grands travaux (souffrances). »

Selon Jacques Cambry, Lesneven vers 1780 avait 2 300 « communiants »[44], une subdélégation, une brigade de maréchaussée et deux couvents (Récollets et Ursulines). La ville était le siège ordinaire des juges royaux du Léon, juridiction de vaste étendue. Il s'y tenait alors neuf foires par an et un marché chaque semaine.

La région de Lesneven au XVIIIe siècle a fait l'objet d'une étude de Pierre Tanguy publiée dans le Bulletin de la Société archéologique du Finistère[45].

La Révolution française

Le , les 158 délégués de la sénéchaussée du Léon se réunirent à Lesneven pour coordonner les cahiers de doléances des 97 paroisses et procéder à l'élection de deux députés aux États généraux : Guy Le Guen de Kerangal, négociant et propriétaire à Landivisiau, et François-Augustin Prudhomme de Kérangon[46], furent élus[10].

Les Ursulines sont expulsées de leur couvent en 1792 ; les bâtiments du couvent servent un temps de caserne, puis d'annexe à l'hôpital maritime de Brest.

Lesneven fut chef-lieu du District de Lesneven de 1790 à 1795. Jacques Cambry décrit alors ainsi la ville :

« Lesneven est petit, on n'y voit pas un bâtiment de marque, excepté l'hospice de la Marine[47], assez vaste, mais sans architecture ; c'étoit un couvent d'Ursulines[48] : cet hospice est bien loin de Brest. J'ai vu mourir sur des charrettes les matelots qu'on y portoit […]. Cinq cent douze malades peuvent être soignés dans les treize salles de l'hospice de Lesneven. […] L'hôpital civil […] n'est composé que de cent lits. […] On frémit en entrant dans la prison[49] de Lesneven. Quelle infection, quelle malpropreté, quelle cruelle démonstration de la haine de l'homme pour ses semblables, ou de son inconcevable insouciance[50] ! »

En , toute la région de Lesneven s'insurge à l'occasion de la levée de 300 000 hommes, mais l'insurrection est écrasée par Jean Baptiste Camille de Canclaux, commandant en chef de l'Armée des côtes de Brest. Le , à la suite de la bataille de Kerguidu, Jean Prigent, maire de Plouzévédé est guillotiné à Lesneven[51].

Le 25 germinal an II (), un lundi, jour de marché, deux prêtres réfractaires sont guillotinés à Lesneven. La sentence est justifiée ainsi par le tribunal révolutionnaire : « Tous les deux sont convaincus d'être prêtres non assermentés et comme tels avoir été sujet à la déportation. En conséquence, ordonne que les dits Jean HABASQUE et Guillaume PETON seront livrés dans les 24 heures à l'exécuteur des jugements criminels pour être mis à mort sur la place du marché publique de Lesneven[52] ». Jean Habasque, 42 ans, né au terroir de Keraigen en Kerlouan le est arrêté à Kerlouan le . Guillaume Péton, 41 ans, né à Plourin-Ploudalmézeau en 1753, demeurant à Saint-Thégarec, commune de Kerlouan, devenu prêtre le , puis prêtre de Kerlouan, est arrêté le . Un vitrail de l'église de Lesneven représente la mise à mort de ces deux prêtres léonards.

Le XIXe siècle

Du pensionnat de la Retraite au Musée du Léon

En 1828, l'ancien couvent des Ursulines, devenu ensuite hôpital maritime, est cédé aux religieuses des Dames de la Retraite[53], qui en firent un pensionnat, qui exista jusqu'en 1907 ; l'établissement accueillit ensuite des retraitantes jusqu'à ce qu'un incendie le ravage en . Les travaux de reconstruction furent interrompus par la Seconde Guerre mondiale ; en 1946, les religieuses ouvrirent une école de couture, puis un foyer socio-éducatif pour jeunes filles en difficulté dénommé en breton Ty ar Gwenan (« Maison des Abeilles ») qui ferme en 1973 ; les religieuses quittent alors Lesneven et vendent l'ancien couvent des Ursulines à la ville de Lesneven qui le transforme en partie en Musée du Léon installé dans l'ancienne chapelle du couvent[54].

Lesneven en 1843

Selon A. Marteville et P. Varin, en 1843, Lesneven était alors chef-lieu de canton, disposait d'une perception, d'un bureau d'enregistrement et d'une brigade de gendarmerie à cheval. Outre la partie urbanisée, Lesneven possédait alors quatre villages (Pratdon, Castel-an-ter, Pen-ar-choat, Poulbriant), deux manoirs (Trougourun et Lescoat), deux moulins à eau (Trougourun et Lancelin) ; pour une superficie totale de 493 ha, dont 16 ha occupés par les propriétés bâties, Lesneven possédait alors 343 ha de terres labourables, 44 ha de prés et pâturages, 15 ha de bois, 7 ha de vergers et jardins et 32 ha de landes et incultes[55].

Les voies ferrées desservant Lesneven

Une loi du déclare d'utilité publique la construction d'un réseau de chemin de fer d'intérêt local, à voie d'un mètre de largeur et comprenant entre autres lignes celle allant de Landerneau à Lesneven et à Plounéour-Trez par ou près Plouédern, Trémaouézan, Ploudaniel, Lesneven, Plouider et Goulven[56]. Des stations pour les voyageurs sont prévues à Landerneau, Trémaouézan, Ploudaniel, Lesneven, Plouider, Goulven et Plounéour-Trez et de simples haltes à Plouédern et Le Folgoët[57]. Cette voie ferrée des Chemins de fer départementaux du Finistère est mise en service en 1894 jusqu'à Plounéour-Trez et prolongée en 1901 jusqu'à Brignogan ; une seconde voie ferrée allant de Plabennec à Lesneven ouvre en 1904 ; les deux lignes ont été fermées en 1946.

La forte pratique religieuse

Vers 1890, il y avait plus de 99 % de messalisants[58] dans le canton de Lesneven, ainsi que dans le canton voisin de Plouzévédé[59].

Le XXe siècle

Les foires et marchés de Lesneven

En 1886, René Leroy fait cette description des foires de Lesneven :

« Un jour seulement par mois, Lesneven semble retrouver sa vie active d'autrefois et redevenir ce qu'elle était encore au XVIIIe siècle, la ville la plus importante du Léonnais. C'est le jour de la foire, le dernier lundi de chaque mois. Dès le matin, les halles et la place de l'église se couvrent de bancs et de tables sur lesquels les marchands disposent des articles de toutes sortes, des draps, des laines, de la toile, des quincailleries, des graines, voire même [sic] du lard, de la viande de boucherie, du pain de toutes les couleurs, de toutes les formes et sans doute de tous les goûts. Peu à peu, marchands et paysans arrivent, les premiers entassés avec leurs marchandises dans de longues voitures couvertes, les seconds sur de grosses charrettes ou dans des voitures mal suspendues, ou encore à pied, les hommes le bâton à la main, et les femmes brochant de toute la rapidité de leurs dix doigts. À onze heures, la circulation est rendue difficile par le nombre des chevaux, des vaches, des porcs, des moutons, des charrettes et des voitures qui vont dans chaque sens. À midi, les jours de grandes foires, il y a des endroits où l'on se porte pour ainsi dire les uns les autres. Sur tous les marchés cette foule nombreuse remue, se bouscule, s'appelle, qui en français, qui en breton, et la voix de tout le monde se mêlant aux disputes des marchands et aux cris des animaux, on finit par ne plus s'entendre. Mais vienne à sonner l'Angélus, le bruit cesse dans quelques groupes de vieux Bretons bretonnants : les femmes se recueillent, les hommes quittent leur bonnet bleu, et tous ensemble disent pieusement leur prière, sans plus de respect humain que s'ils étaient seuls au milieu de leurs champs. La foire ne commence pas de bonne heure le matin ; mais, en revanche, elle se termine tard le soir : il fait déjà noir que de nombreux paysans sont encore à Lesneven et remplissent les nombreux cafés de la ville[60]. »

Lesneven, qui a tôt perdu ses fonctions de capitale administrative, est restée au début du XXe siècle un centre commercial fréquenté, particulièrement les jours de foires et marchés. Louis Gillet, qui fut pendant l'année scolaire 1901-1902 professeur de philosophie au collège de Lesneven en fait cette description :

« Le bourg n'a rien de remarquable. C'est un gros village endormi, composé de quatre ou cinq rues qui vont se perdre dans la campagne et qui, au centre, s'évasent en deux places assez vastes. Sur celle de l'église se dresse - car Lesneven a son grand homme - une statue en bronze du général Le Flô, d'un prodigieux vert grenouille, qui me fait encore rêver à ce précurseur de l'alliance russe. Les jours de marché, c'est-à-dire le dernier lundi du mois, la petite ville s'emplit de blouses bleues, de charrettes, de coups de fouet, de meuglements de bestiaux ; toute une chouannerie extraordinaire, faces rasées et chapeaux cirés, surgit de tous les chemins creux, à dix lieues à la ronde : car, de son ancienne importance, la vieille capitale du Léon n'a guère conservé que son rôle de foire. Ce jour-là, les cabarets ne désemplissent pas, et il y a toujours, sous les ormes de l'église, la baraque de toile où les filles du pays viennent vendre leurs cheveux pour s'acheter des mouchoirs. La nuit venue, tout se disperse, se terre on ne sait où, et la petite ville retombe dans sa torpeur, jusqu'au marché suivant[61]. »

Le docteur Chevrey, qui a visité la Bretagne en 1924, fait cette description du marché de Lesneven :

« Nous partons pour Lesneven : à mesure que nous approchons de cette ville, la route se peuple de plus en plus, nous tombons, hélas ! sur le jour du marché. Automobiles mes frères, le Ciel vous préserve toujours de circuler sur une route venant ou allant à un marché breton. C'est une cohue de charrettes attelées de bidets fringants et peureux, de brouettes, de bestiaux, de femmes, d'hommes, d'enfants, endimanchés, enrubannés et hélas ! surtout ivres à ne plus tenir debout. La plaie de la Bretagne, l'alcool, s'étale dans toute sa laideur. Devant moi, un paysan, qui n'a pu vendre sa vache, est ramené par elle; suspendu au licol et tiré par la bonne bête, il titube, zigzague, embrassant à tout moment la coupe du ruminant qu'il étreint amoureusement de ses deux bras. Les moutons bêlent, les bestiaux meuglent ; les cochons crient, comme savent crier des gorets affolés ; des juments poulinières, attachées derrière les charrettes, sont suivies en liberté de leurs poulains fous, aux jambes raides comme des échasses, au poil bourru, bondissant, sautillant sans rime ni raison, folâtres comme des écoliers en vacances. Et je vais à contre-courant de tout cela, l'œil aux aguets, le pied sur le frein, crispé sur ma direction, évitant un cochon fou pour raser une vache vagabonde, frôlant une charrette surchargée de Bretonnes pour, à moitié, accrocher la camionnette Citroën que conduit, gravement, un Breton en costume local, accompagné de son épouse enrubannée. Dans la ville même, la cohue est indescriptible : chaque rue autour de l'église est affectée à un rayon, oserai-je dire, du marché. Voici la rue des Vaches, présentant, sur les trottoirs, une haie régulière de bêtes encornées qui regardent, c'est bien leur tour, passer les humains. La rue des Poules, où des cageots, entassés jusqu'au premier étage, retiennent captifs un orchestre caquetant et claironnant de volailles. La rue des Cochons, où ces messieurs, gras et roses, couinent, braillent, hurlent, suivant leur humeur et les attouchements, plus ou moins brutaux, que leur font subir les acheteurs. La rue des Casseroles et des Pots, envahie de ferblanterie et de faïences, et enfin la rue des Serviteurs où, alignés sur le trottoir, les hommes à droite, les femmes à gauche, semblant attendre le passage de quelque souverain, les gens de ferme espèrent la louée annuelle[62] »

Les foires de Lesneven ont disparu vers 1965.

Le collège de Lesneven

Le collège de Lesneven[63], actuel collège Saint-François de Lesneven, est un ancien couvent de Récollets construit au XVIIe siècle, qui fut vendu comme bien national pendant la Révolution française, et racheté par l'abbé Roudaut, alors recteur de Plounéour-Trez, pour en faire une maison d'éducation, autorisée par une délibération du conseil municipal de Lesneven en date du et qui fut rapidement transformé en collège communal par une ordonnance royale en date du [63]. Ce collège fut créé par des partisans de la Monarchie de Juillet à la suite de l'effondrement des effectifs du collège du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon dont tous les enseignants, prêtres, refusèrent de prêter serment au nouveau régime et furent remplacés par des laïcs[64]. En 1893, le collège communal de Lesneven compte 407 élèves et 354 en 1899 ; il n'en a plus que 185 en 1906[59]. Louis Gillet en fait cette description au début du XXe siècle :

« C'est un grand bâtiment de grise mine, très nu, aux trois étages de croisées régulières, l'une de ces architectures à physionomie spéciale, sentant la caserne et le séminaire, et fait pour imposer une discipline uniforme à tout ce qui y vit. Deux cours, l'une devant, l'autre derrière, celle-ci suivie d'un jardin, demi-potager, demi-parterre, avec des allées droites pour la promenade des régents (c'était le nom des professeurs) complètent le tableau, marqué d'une si forte empreinte ecclésiastique. Une vingtaine de maîtres et environ trois cents élèves, composent le personnel de la maison. Tout ce monde se lève, marche, se rend à l'étude et aux récréations, à la chapelle, au réfectoire, vit, agit et se couche au son de la cloche conventuelle, qui tinte les heures rauques au silence de la petite ville. (...) Le sol des classes était de terre battue, tout le monde allait en sabots (...) Des élèves, pas un bourgeois : tous enfants de la glèbe, fils de petits fermiers, de pauvres cultivateurs (...) Un tiers à peu près se destinaient aux ordres[61]. »

Le même auteur évoque la condition des élèves qui, pour la plupart, étaient « chambriers » :

« Mais si tous les élèves, sauf quatre ou cinq exceptions, étaient internes, tous n'étaient pas pensionnaires, c'est-à-dire assez riches pour payer la pension complète. […] [La plupart étaient] "chambriers". Le chambrier était un élève au rabais, trop pauvre pour payer comme les riches et qui, moyennant une somme modique, avait dans la maison [collège] droit au couvert, au lit et à la chandelle, mais non à la nourriture. Quant aux leçons, elles étaient gratuites […]. La famille du chambrier lui apportait, tous les lundis, la miche [de pain] et le morceau de [lard] salé de la semaine. […] Le chambrier, pour cuire lard et pommes de terre, se servait du fourneau commun[61]. »

Ce collège ferma ses portes le , touché tardivement par les mesures de laïcisation en vertu de la loi sur les congrégations, malgré le soutien qui lui fut apporté (par exemple, le conseil municipal de Lesneven vota à l'unanimité contre la laïcisation du collège le ). L'abbé Alain Moënner ouvre alors l'institution Saint-François d'Assise, qui devint par la suite le collège Saint-François, qui eût entre 430 et 500 élèves chaque année pendant l'Entre-deux-guerres. Pour les filles, l'école Notre-Dame-de-Lourdes, ouverte en 1908, fut transformée par la suite en cours complémentaire du Sacré-Cœur en 1926[65], puis après 1945 en collège et lycée, avant la fusion des deux établissements survenue en 1968[66]. C'est désormais le collège et lycée privé Saint-François-Notre-Dame[67]. Marcel Thomas, qui a fréquenté le collège Saint-François entre 1951 et 1958 qualifie l'internat de « régime quasi-carcéral »[68].

La Première Guerre mondiale

Le Monument aux morts de Lesneven, édifié en 1922 par l'architecte Charles Chaussepied, porte les noms de 112 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Parmi eux, plusieurs ont été décorés comme Paul Bergot[69], lieutenant-colonel au 125e régiment d'infanterie, officier de la Légion d'honneur et décoré de la croix de guerre ; Émile Le Corre[70], sergent au 91e régiment d'infanterie, décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre avec palme ; Victor Roué[71], matelot cuisinier à bord du sous-marin Ariane[72], décoré de la médaille militaire[73].

Sept soldats non originaires de Lesneven sont morts alors qu'ils étaient hospitalisés à Lesneven dans l'hôpital temporaire no 45 ; ils sont inhumés dans le cimetière communal[74].

La Seconde Guerre mondiale

Des enseignants du collège Saint-François s'engagèrent dans la Résistance, par exemple le chanoine Kerbrat, l'abbé Caro, etc.[75].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le , le Combat Command B, de la 6e division blindée américaine, venant du Cloître-Saint-Thégonnec en évitant Morlaix puissamment défendu par environ 3500 hommes de la 266e division d'infanterie allemande, parvient à Lesneven qu'elle conquiert après une faible résistance allemande, détruisant notamment trois canons et un dépôt de mines près de la gare, vers 22 heures. Cette unité américaine bivouaqua à l'est de Lesneven après cette attaque, avant de continuer son avancée en direction de Brest[76].

L'hôpital de Lesneven

Construit au début du XVe siècle et reconstruit au XVIIIe siècle, tenu par les religieuses de Saint-Laurent jusqu'en 1978, abrita un service de médecine et de chirurgie jusqu'en 1958. En 1962, il devient hôpital local, abritant également une maternité et une maison de retraite. En 1976, des bâtiments neufs sont construits (les anciens bâtiments sont abattus en 1983), et l'hôpital abrite désormais une maison de convalescence et de gériatrie.

Démographie


Évolution démographique

D’après le recensement Insee de 2007, Lesneven compte 6 740 habitants (soit une augmentation de 6 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 444e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 454e en 1999, et le 25e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Lesneven depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 2013 avec 7 229 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 2001 8602 1782 3142 4042 6642 8322 8472 847
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6632 6622 7592 9782 9052 9503 0283 2843 488
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4963 3753 7763 8993 9694 1114 3004 8255 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5 0715 6266 0836 1456 2506 3486 6906 7407 167
2017 2018 - - - - - - -
7 3117 306-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[77] puis Insee à partir de 2006[78].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,6 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

Pyramide des âges à Lesneven en 2007 en pourcentage[79]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
2,2 
7,4 
75 à 89 ans
13,3 
12,6 
60 à 74 ans
14,7 
20,5 
45 à 59 ans
18,3 
19,8 
30 à 44 ans
18,8 
19,4 
15 à 29 ans
16,2 
19,9 
0 à 14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[80]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Politique et administration


Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des procureurs-syndic successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1620 1623 Yves Le Guen    
1623 1630 Alexandre Benaud, sieur des Isles    
1630 1638 Jean Bohier de Kerferré    
1638 1642 sieur Guyomar    
1642 1644 Christophe de Cadrouillac    
1644 1646 Jacques Huillard de Tregouinec    
1646 1648 François Tremel de Kermabusson    
1648 1649 Hamon Le Dall de Feunteunméan    
1649 1651 Jean Bohier de Kerferré    
1651 1655 François Ponce de La Villeneuve    
1655 1659 Olivier Larvor, sieur de la Haye    
1660 1669 Yves Le Reffloc'h, sieur de Kernéaval    
1669 1673 Claude Laoust, sieur de Kernech    
1673 1677 Nicolas Chauvel de Montreuil    
1677 1678 Gabriel Steven de Creachsalaun    
1678 1680 Alain Blouin de Kerascouet    
1680 1682 Jean Bihan de Keruzouarn    
1682 1684 Guillaume Cabon de Chateaurun    
1684 1686 Yves Laoust, sieur de Mesgouez    
1686 1688 Jean Godefroy de Kersengar    
1688 1690 Sébastien Crouézé de Kerguyomar    
1690 1692 Claude Geslard de Menhoignon    
1692 1696 René Le Carrec de Lezongar    
1696 1697 Yves Laoust, sieur de Mesgouez    
1697 1697 Claude Geslard de Menhoignon    
1697 1698 Prigent Le Bec de Villejégu    
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1952 1957
(décès)
Étienne Airiau[N 2] RI puis DVD Conseiller général du canton de Lesneven (1964 → 1982)
1957 1965 Joseph Martin    
1965 1968
(démission)
Claude Cozanet    
1968 1977 Yves Le Hir   Assureur
1977 1983 Jean Bourgès RPR  
1983 1989 Yves Le Hir UDF-CDS Assureur
1989 1995 Jean Boulic DVD Professeur de sciences naturelles
1995 2001 Prosper Quellec DVG Professeur d'histoire-géographie
2001 2014 Jean-Yves Le Goff UMP Médecin pédiatre
2014 En cours Claudie Balcon DVG Employée
Présidente de la Communauté Lesneven Côte des Légendes (depuis 2020)
Les données manquantes sont à compléter.

Langue bretonne


Ya d'ar brezhoneg

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le .

La ville a reçu le label de niveau 1 de la charte le .

Enseignement

Culture


La vie culturelle de la commune est assurée par de très nombreuses associations et par le Comité des fêtes et de l'animation culturelle. Lesneven centralise différentes associations culturelles du pays de Léon au sein d'une fédération de pays (emglev), Ti ar Vro Bro Leon.

Lesneven dispose, par ailleurs, d'une salle de spectacle (L'Arvorik, 350 places), d'un centre socioculturel intercommunal et d'une maison des associations (L'Atelier, dans l'ancien collège Notre-Dame-de-Lourdes).

Bibliothèque

Une nouvelle médiathèque municipale a ouvert ses portes le , rue le Vilaren.

Musée du Léon

Installé dans un cadre prestigieux et entouré d'un parc, le musée du Léon a rouvert ses portes en après deux ans de fermeture pour travaux.

L'ancien couvent des Ursulines, du début XVIIIe siècle, a conservé une série d'arcades et de piliers formant un cloître et a fait l'objet d'un plan de rénovation sur plusieurs années. L'aile ouest, ancienne chapelle du couvent, abrite désormais le musée du Léon et le nouvel office de tourisme.

Grâce à une riche collection, le musée présente aux visiteurs un panorama de l'histoire du Léon, depuis la préhistoire jusqu'à nos jours. L'économie, l'histoire et la culture locale y sont retracées pour mieux comprendre cette région particulière qui occupe tout le nord du Finistère.

Le nouveau centre d'interprétation présente des pièces de collections très rares qui côtoient les dernières innovations technologiques pour offrir au public une visite riche d'enseignement. Les plus jeunes n'ont pas été oubliés puisqu'un espace pédagogique leur a été réservé.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Galeries d'art

Chapelle Saint-Joseph (place du Château) et chapelle Saint-Maudez (rue de la Libération).

Festivals

Groupes et ensembles musicaux

Radios associatives

Lieux patrimoniaux et monuments

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la comune


Événements


Jumelages


Notes et références


Notes

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  1. L'orthographe de l'époque a été respectée.
  2. Ancien premier adjoint de Jules Duterque

Références

  1. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère, ou État de ce département en 1794 et 1795 , Tome second, Paris, Librairie du Cercle social, 1798, p. 20
  2. Le Quillimadec est un petit cours d'eau long de 26,5 km, qui prend sa source sur les hauteurs de Plounéventer et forme la limite entre les communes de Ploudaniel, Trégarantec, Lesneven, Kernouës, Saint-Frégant et Guissény, situées sur sa rive gauche, et celles de Saint-Méen, Plouider et Kerlouan, situées sur sa rive droite. À la fin du XVIIIe siècle, selon Jean-Baptiste Ogée, il faisait tourner 14 moulins.
  3. « Unité urbaine 2020 de Lesneven » , sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 décembre 2020).
  4. « Base des unités urbaines 2020 » , sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines » , sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 » , sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020)
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville » , sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020)
  8. Site de la ville de Lesneven
  9. http://www.tudchentil.org/IMG/pdf/Genealogie_des_vicomtes_de_Leon.pdf
  10. a et b http://www.infobretagne.com/lesneven.htm
  11. Bertrand d'Argentré, Histoire de Bretagne, livre IV, 1588
  12. http://www.infobretagne.com/lesneven-four-banal.htm
  13. Aanor Ameline de Cadeville, d'une famille originaire d'Écosse, abbesse de Saint-Sulpice des Bois entre 1198 et 1210, ordre de Saint-Benoît, dans le diocèse de Rennes, voir Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, ou recueil général des généalogies, Paris, 1815, consultable https://books.google.fr/books?id=dpMOAAAAQAAJ&pg=PA295&lpg=PA295&dq=Ameline+d%27Ecosse&source=bl&ots=v-1aBEvOkW&sig=1llbpN4zGVmRQ0bg4OLpznhGZBc&hl=fr&sa=X&ei=mVU8VfzDIs2_PPWwgLAL&ved=0CCYQ6AEwAQ#v=onepage&q=Ameline%20d'Ecosse&f=false
  14. http://www.infobretagne.com/lesneven-prieure-notredame.htm
  15. http://www.infobretagne.com/lesneven-prieurs-notredame.htm
  16. Les ruines de l'église Notre-Dame existaient encore en 1794, « sur la place la plus élevée de la ville » selon Jacques Cambry (c'est-à-dire en haut de l'actuelle rue Notre-Dame) Page 23 .
  17. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Nantes, 1778-1780
  18. Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet, Notice sur la ville de Lesneven, Rennes, 1825, in-18
  19. Jacques Cambry, revu et augmenté par Émile Souvestre Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795, Brest, Come fils aîné et Benetbeau fils, 1835-1838, page 70
  20. a b et c Noémie Ledouble et Colette Vlérick, Lesneven et la Côte des légendes, Keltia Graphic, 2007 (ISBN 978-2-35313-019-1)
  21. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, en 4 volumes, Nantes, 1778-1780
  22. http://fr.topic-topos.com/manoir-de-guicquelleau-le-folgoet
  23. Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, tome 3, « La Bretagne province », Skol Vreiz, 1986.
  24. http://www.infobretagne.com/lesneven-hospice-saintmaudez.htm
  25. a et b http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-maudez-lesneven
  26. http://www.infobretagne.com/lesneven-hopital-saintmaudez.htm
  27. René Leroy, « Scènes de la vie municipale à Lesneven », Revue historique de l'Ouest, 1886 (en ligne sur Gallica ).
  28. http://www.infobretagne.com/languengar.htm
  29. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/45/64/72/PDF/Postic_Cambry_.pdf
  30. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère, ou État de ce département en 1794 et 1795 , Tome second, pages 26-27, librairie du Cercle social, Paris, 1798
  31. http://www.infobretagne.com/lesneven-notredame-fondations.htm
  32. http://www.infobretagne.com/lesneven-notredame-confreries.htm
  33. http://www.infobretagne.com/lesneven-notredame-preeminences.htm
  34. http://www.infobretagne.com/lesneven-notredame-reparations.htm
  35. En 1678, Louis XIV autorise les religieuses ursulines de Saint-Pol-de-Léon à établir un nouveau couvent à Lesneven, voir http://www.lesarcades-ma-lesneven.fr/historique/
  36. http://fr.topic-topos.com/hotels-particuliers-lesneven
  37. La famille Barbier de Lescoët habitait le château de Kerno en Ploudaniel
  38. http://www.monument-historique-minerve.fr/wp-content/uploads/2013/07/historique.pdf
  39. Joseph-Émile Gridel (1839-1901) est un peintre lorrain qui visita la Bretagne entre 1862 et 1878
  40. Joseph-Émile Gridel, « Notes et renseignements pris par un touriste dans un voyage en Bretagne, 1862 », Ar Men, no 32, 1991.
  41. >"Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  42. Armand Corre et Paul Aubry, Documents de criminologie rétrospective (Bretagne, XVIIe et XVIIIe siècles), Lyon, A. Storck, 1895 en ligne sur Gallica ).
  43. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne" , novembre 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f47.image.r=Kerlouan.langFR
  44. Un « communiant » est une personne en âge de communier, en gros cela exclu les enfants de moins de 7 ans
  45. Pierre Tanguy, « La région de Lesneven au XVIIIe siècle. Étude économique, sociale et démographique », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome XCVI, 1970.
  46. François-Augustin Prud'homme de Kerangon, né le à Saint-Pol-de-Léon, mort le à Morlaix, lieutenant des canonniers garde-côtes, et commissaire des États de Bretagne, avocat à Saint-Pol. Il fut par la suite maire de Saint-Pol-de-Léon de 1791 à 1807 et visiteur des douanes impériales sous le Premier Empire. Pour son portrait, voir banqueimages.crcv.fr .
  47. Après l'expulsion des religieuses en 1792, le couvent des Ursulines fut transformé en hôpital maritime et le resta pendant l'Empire
  48. Le couvent des Ursulines, devenu bien national, fut converti en hospice de la Marine le 2 messidor an II ()
  49. Une prison fut construite à Lesneven entre 1782 et 1784, mais elle était en si mauvais état que la prison fut transférée dans la maison du maire, Daniel-Nicolas Miorcec de Kerdanet, rue Notre-Dame ; c'est celle-ci que décrit Jacques Cambry.
  50. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795, Tome second, Paris, Librairie du Cercle social, 1798, pp. 20 à 22 (en ligne sur Gallica ).
  51. http://www.skoluhelarvro.org/culture-bretagne/batailles/detail.php?id=290
  52. prospection.net .
  53. La congrégation des Dames de la Retraite, dite aussi Filles du Sacré-Cœur de Jésus, voir http://data.bnf.fr/15513741/dames_de_la_retraite_-_filles_du_sacre-coeur_de_jesus/
  54. D'après un panneau d'information touristique apposé sur le mur du musée du Léon.
  55. A. Marteville et P. Varin, continuateurs de Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, 1843 (en ligne ).
  56. Bulletin des lois de la République française, 1891, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2147845/f253.image.r=Ploudaniel.langFR
  57. Bulletin des lois de la République française, 1891, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2147845/f261.image.r=Ploudaniel.langFR
  58. Personnes se rendant régulièrement à la messe
  59. a et b Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ (ISBN 978-2-918135-37-1)].
  60. René Leroy, « Scènes de la vie municipale à Lesneven », Revue historique de l'Ouest, 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k67162q/f277.image.r=Brignogan.langFR
  61. a b et c Louis Gillet, « Le collège de Lesneven », article publié initialement dans le journal Le Gaulois en 1914 et republié dans la revue Les cahiers de l'Iroise no 75, 1972
  62. Docteur Chevrey, Impressions de voyage en Bretagne, Mémoires de la Société d'agriculture, sciences, belles-lettres et arts d'Orléans, 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5419025v/f35.image.r=Guimiliau.langFR
  63. a et b http://www.infobretagne.com/lesneven-college.htm
  64. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, (ISBN 978-27373-3908-0)
  65. http://fr.topic-topos.com/pensionnat-du-sacre-coeur-lesneven
  66. « Historique » Saint-François Notre-Dame » , sur Saint-François Notre-Dame (consulté le 3 août 2020).
  67. « Accueil » Saint-François Notre-Dame » , sur Saint-François Notre-Dame (consulté le 3 août 2020).
  68. Marcel Thomas, "Au collège de Basse Bretagne. Formation, déformation, insoumission. Lesneven 1951-1958 avec les écoles de Plabennec et de Lannilis", éditions Goater, 2010.
  69. Paul Bergot, né le à Lesneven, mort des suites de maladie contractée en service le à Dijon (Côte-d'Or)
  70. Mort le à Soissons (Aisne
  71. Victor Roué, né le à Brest (Finistère), disparu le lors du naufrage du sous-marin Ariane au large de Bizerte
  72. http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/ariane-marin-sujet_560_1.htm
  73. memorialgenweb.org Lesneven (29) : monument aux morts.
  74. memorialgenweb.org Lesneven (29) : carré militaire.
  75. Michelle Sénant-Loussouarn, Saint-François de Lesneven, un collège au cœur de la Seconde Guerre mondiale, éditions des Montagnes Noires.
  76. Éric Rondel, La libération de la Bretagne, éditions Ouestetcompagnie, 2014 (ISBN 978-2-36428-039-7).
  77. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  78. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006 , 2007 , 2008 , 2009 , 2010 , 2011 , 2012 , 2013 , 2014 , 2015 , 2016 , 2017 et 2018 .
  79. « Évolution et structure de la population à Lesneven en 2007 » , sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  80. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  81. Benjamin Testard du Cosquer, baptisé le à Lesneven, décédé le à Lesneven.
  82. René-Alain Fauger-Dupesseau, né en 1794 à Guissény, décédé en 1853 à Lesneven.
  83. Joseph-Lucien Pilven, né le à Porspoder, décédé le à Lesneven.
  84. « Dans le Finistère, la première section du MRP est fondée à Morlaix en février 1945 par le Dr Jean Le Duc, résistant des réseaux d’évasion, interné et évadé, membre du comité local de libération, et elle compte bientôt une centaine de membres. Il est suivi en mars par le Dr Duterque, maire de la libération de Lesneven. » [1]
  85. http://fr.topic-topos.com/ancien-couvent-des-ursulines-lesneven
  86. « L'église coiffée d'un nouveau dôme », Le Télégramme, 12 novembre 2013.
  87. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-joseph-lesneven
  88. Le chanoine Hervé Calvez, auteur de Les Grands saints bretons. Grenoble, Arthaud, 1936, fut curé et historien de Lesneven
  89. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-egarec-lesneven
  90. Saint Egarec serait un abbé breton fort peu connu, honoré aussi à Kerlouan, au Folgoët et à Lampaul-Plouarzel, invoqué pour les maux d'oreille et la surdité, voir http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12561/Saint-Egarec.html
  91. http://www.agencebretagnepresse.com/id=18498
  92. Charles-François Farcy et François-Fortuné Guyot de Fère, « Le Foll-Goët », Journal des artistes : annonce et compte rendu des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, lithographie, poésie, musique et art dramatique, 1844 (en ligne sur Gallica ).

Annexes


Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie


Ouvrages sur l'histoire de Lesneven et de sa région

Liens externes











Catégories: Commune dans le Finistère | Paroisse ou trève de l'évêché de Léon | Ancien chef-lieu de district | Commune signataire de la charte Ya d'ar Brezhoneg | Unité urbaine de Lesneven




Information à partir de: 24.01.2021 09:39:14 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.