Loeiz Herrieu - fr.LinkFang.org

Loeiz Herrieu


Loeiz Herrieu
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Auray
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Parti politique
Membre de
Condamnation
Archives conservées par
Œuvres principales

Loeiz Herrieu, ou Louis Henrio comme orthographié à l'état civil, né le à Lanester (à l'époque intégrée dans la commune de Caudan) (Morbihan) et mort le à Auray, était un écrivain en breton vannetais. On le surnommait Er Barh Labourér (« Le barde paysan »). Fils de cultivateur, le vannetais était sa langue maternelle. Il tint lui-même une ferme successivement à Lanester et à Hennebont avant de finir sa vie à Auray.

Sommaire

Biographie


C'est à Lorient que dès 1898 Louis Henrio fréquente l'équipe du Clocher breton[1], la revue bilingue littéraire de Madeleine Desroseaux et René Saib, où il va écrire lui-même à partir de 1902. Commence alors un engagement de toute une vie en faveur de sa langue maternelle et de sa culture. Il n'a aucun diplôme : c'est en autodidacte qu'il se met à étudier (sa bibliothèque compte 4 000 ouvrages en 1944), à écrire, à collecter des chants populaires. En 1902, il entre à la Gorsedd de Bretagne. Plus tard, il voyage au Pays de Galles et en Écosse pour des rassemblements interceltiques.

En janvier 1905, aux côtés d'André Mellac, il crée la revue mensuelle Dihunamb, entièrement en vannetais et il participe au Recueil de mélodies bretonnes recueillies dans la campagne d'Henri Guillerm où paraissent une douzaine de chants vannetais (en 1905, Guillerm publie également un recueil de 25 chansons du pays de Cornouaille)[2]. Avec H. Guillerm, il publie également à Quimper en 1911 des Mélodies Bretonnes.

En 1906, il créer Le Réveil Breton qui devient Le Pays Breton avant de disparaître en 1914. En 1908 il entre au conseil municipal de Lorient. En 1910, il épouse Louise Le Méliner, qui devient aussi sa collaboratrice, rapportant de ses collectages beaucoup de chansons. Il fait partie de l'Union régionaliste bretonne (URB), mais la quitte en 1912, en même temps que Maurice Duhamel, Émile Masson, Camille Le Mercier d'Erm, François Vallée, pour créer la Fédération régionaliste de Bretagne qui ne survit pas à la guerre.

Sous-officier dans l'infanterie territoriale pendant les cinq ans de la guerre de 1914-1918, il raconte son expérience dans Kamdro an Ankeu. Durant toute cette guerre, il écrit plus d'un millier de lettres à son épouse[3].

Entre les deux guerres mondiales, il poursuit son action : travail de collectage, organisation de concours de breton dans les écoles, et bien sûr reprise de la revue Dihunamb, créant les Éditions Dihunamb. Il organise en 1928, avec le barde Jean-François-Marie Jacob et André Mellac, la gorsedd de Locmariaquer.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est un responsable local du parti national breton[4] et se trouve être l'un de ses membres influents dans le Morbihan[5]. À l'issue du conflit, il est, ce que confirme sa petite-fille Anna, accusé d'appartenir au Parti nationaliste breton, ayant publié des articles dans L'Heure bretonne. Condamné à 20 ans d'indignité nationale en 1945, il est amnistié le par l'application de l'article 6 de la loi du [6].

Postérité


Il est le père de l'abbé Meriadeg Herrieu, auteur d'une méthode et d'un dictionnaire de vannetais. Un autre de ses fils, Armel Herrieu, a participé à la création du Festival interceltique de Lorient. Ces deux fils, dans les notices qu'ils lui consacrent (l'un dans sa méthode de vannetais, l'autre en préfaçant la réédition des Chansons populaires), ne reviennent pas sur son activité durant la Seconde Guerre mondiale, mais cette période ne représente que cinq années d'une active vie militante d'un demi-siècle.

Le nom de Loeiz Herrieu a été donné à l'école Diwan de Lorient, avant d'en être retiré du fait de ses écrits pendant la Seconde Guerre mondiale.

Publications


Archives


Un Fonds Loeiz Herrieu[7] a été confié en 1991 en dépôt au Centre de recherche et de documentation sur la littérature orale de Kernault (Centre de recherche bretonne et celtique, Université de Bretagne occidentale). La famille en a fait donation au CRBC en 2012 ; ce fonds, qui comprend des ouvrages et des archives, est dorénavant disponible à la Bibliothèque Yves Le Gallo[8].

Notes et références


  1. Le Clocher breton sur data.bnf.fr.
  2. Patrick Malrieu, Histoire de la chanson populaire bretonne, Dastum-Skol, 1983, p. 64-65.
  3. Présentation de la thèse de Daniel Carré, éditeur d'une partie de la correspondance d'Herrieu : "Une part importante de l'œuvre de l'écrivain et publiciste breton Loeiz Herrieu (1879-1953) est consacrée à la Grande Guerre : son Journal de guerre - Kamdro en Ankeu (le tournant de la mort) - est une des œuvres maîtresses de la littérature contemporaine en langue bretonne. Cependant, sans délaisser l'écrivain, c'est l'homme privé, peu connu, que cette thèse s'attache à cerner : caractère, personnalité, liens avec les siens, relations avec les autres soldats, mouvement des idées, visions personnelles et leçons de la guerre… Ceci au travers de l'analyse très détaillée de son courrier privé à son épouse (620 lettres) totalement inconnu en dehors du cercle familial restreint. Au-delà de la sincérité du soldat - largement attestée par la confrontation de son témoignage aux archives militaires, aux récits d'autres combattants proches de lui (origine sociale, niveau d'étude, idées…) et son adéquation parfaite aux critères du «bon témoin» selon Jean Norton Cru - l'analyse présente l'homme, l'époux, le père, le catholique, le paysan, le militant culturel breton face à la guerre - qu'il hait car elle dégrade l'homme - et au militarisme au quotidien - qu'il rejette au nom de la morale et de l'honnêteté. Ses lettres révèlent un être hors du commun, animé d'une vie intérieure intense, et qui, pour rester debout, refuse toute compromission avec les valeurs du monde qui l'entoure. Son sens aigu du devoir, sa totale soumission à la volonté divine nourrissent son espérance sans faille de revoir la Bretagne et les siens avec la victoire du Droit et de la Justice, valeurs au nom desquelles il accepte de souffrir". Thèse et documents (corpus de 275 lettres, biographie circonstanciée de Loeiz Herrieu entre 1879 et 1914, documents divers) sont rédigés en langue bretonne.
  4. Hamon 2001, p. 121
  5. Hamon 2001, p. 132
  6. site loeizherrieu.fr .
  7. http://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Bibliotheque_Yves-Le-Gallo/Fonds_d_archives/Herrieu__Loeiz_
  8. http://portailcrbc.univ-brest.fr/.

Voir aussi


Bibliographie

Liens externes










Catégories: Écrivain breton | Écrivain de langue bretonne | Orthographe unifiée du breton (peurunvan) | Personnalité condamnée à l'Indignité nationale | Nationaliste breton | Collaborateur de L'Heure bretonne | Personnalité de la Fédération régionaliste de Bretagne | Naissance en janvier 1879 | Naissance à Lanester | Décès en mai 1953 | Décès à 74 ans | Décès à Auray | Conseiller municipal de Lorient




Information à partir de: 07.12.2020 12:56:40 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.