Massif du Garlaban


Massif du Garlaban
Localisation du massif du Garlaban dans le département des Bouches-du-Rhône.
Géographie
Altitude 731 m, Butte des Pinsots
Massif Chaîne pyrénéo-provençale
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Géologie
Roches Calcaire

Le massif du Garlaban surplombe la ville et la plaine d'Aubagne dans le département français des Bouches-du-Rhône. Il culmine à 731 mètres d'altitude.

C'est un massif calcaire datant de la fin du Mésozoïque. Sa formation est attribuée à des plissements de terrain datant du Crétacé supérieur.

Il contient des sommets comme Tête Rouge (dénommée ainsi à cause de sa forme et sa couleur ocre donnée par la bauxite) ou le Taoumé (là où se trouve la grotte du Grosibou, célèbre grotte des romans La Gloire de mon père et Le Château de ma mère de Pagnol).

Sommaire

Toponymie


Le nom de Garlaban semble trouver son origine dans le sens des deux mots qui le composent : gardia (vigie, poste d'observation, lieu de garde) pour désigner la vigie qui aurait existé au sommet du Garlaban ; laban (grotte en provençal)[1]

Mais dans son dictionnaire Lou Tresor dóu Felibrige, Frédéric Mistral donne une autre définition. Il viendrait de l'association des mots gar ou guer (sommet en basque et en arabe) et laban (blanc en hébreu) et aurait été utilisé pour la première fois par des navigateurs phéniciens.

Garlaban signifie source de la grotte. En effet « laban » veut bien dire grotte en provençal mais « gar » signifie, comme la rivière et le département, eau qui descend de la montagne[réf. nécessaire].

Sur le cadastre de 1824, le nom mentionné est : Gardelaban[2].

Géographie


C'est aussi le nom d'un de ses plus haut sommets, le Garlaban, qui culmine à 714 m d'altitude. Le point culminant du massif est la Butte des Pinsots (731 m), située en arrière du Garlaban, et de ce fait peu visible. Le Garlaban est visible dans une grande partie du sud du département des Bouches-du-Rhône. De Marseille à la vallée de l'Huveaune, de l'autoroute de Toulon à celle d'Aix-en-Provence, le rocher s'impose au regard. Il était autrefois le repère pour les marins naviguant dans la baie de Marseille[réf. nécessaire].

Écologie


Il y a quelques dizaines d'années, le massif du Garlaban était une grande forêt. Maintenant, la garrigue règne partout où le feu est passé, car ce massif a été traversé et ravagé de nombreuses fois par le feu. On peut retenir 5 dates de grands feux dans le massif : 1918, 1942, 1979 (plus de 3 000 hectares), 1983 (plus de 1 500 hectares), 1997 (le grand feu de Marseille a ravagé plus de 3 000 hectares de forêt dont une partie dans le Garlaban).

On peut tout de même trouver quelques restes de forêt dans le massif, avec quatre espèces : le pin d'Alep, majoritaire, et le pin sylvestre, le chêne vert et le chêne pubescent (ou chêne blanc). Certaines zones (comme le vallon du Passe-Temps) sont encore assez boisées et hébergent des sangliers.

La majorité du massif est recouverte de la garrigue habituelle de ce secteur de la méditerranée, composée essentiellement de buissons et de plantes basses (cade, romarin, thym, Chêne kermès, Immortelle d'Italie, etc.)

Histoire


Connues depuis l'Antiquité, les grottes du massif du Garlaban ont abrité des tribus sédentaires vivant de la chasse dans les grandes forêts qui le recouvraient alors.

Arts et littérature


En 1982, ce haut lieu chargé de magie, longtemps après avoir inspiré Marcel Pagnol, a été le point de départ et de ralliement d'un groupe de poètes et d'artistes qui a pris pour nom Les Cahiers de Garlaban. Un de ses animateurs, Jean-Luc Pouliquen, en a fait le cadre de son récit Un Griot en Provence, publié par L'Harmattan en 2012.

« Je suis né dans la ville d'Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers. »

— Marcel Pagnol, La Gloire de mon père

Voir aussi


Références

  1. Quelques sites de la vallée de l'Huveaune, Abbé H. Leblanc, 1911
  2. « 3 P 97 - Plan de la section Tableau d'assemblage - 1828 Archives départementales des Bouches-du-Rhône » , sur Archives départementales des Bouches-du-Rhône (consulté le 6 juin 2020)

Liens externes








Catégories: Provence calcaire | Montagne dans les Bouches-du-Rhône




Information à partir de: 08.12.2020 08:45:08 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.