Massillargues-Attuech


Massillargues-Attuech

Blason
Administration
Pays France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Aurélie Genolher
2020-2026
Code postal 30140
Code commune 30162
Démographie
Population
municipale
664 hab. (2018 )
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées
Altitude Min. 112 m
Max. 179 m
Superficie 6,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Alès
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Quissac
Législatives Cinquième circonscription
Localisation

Massillargues-Attuech [masijaʁg atɥɛʃ], en occitan Massihargue-Atuech[1], est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Sommaire

Géographie


Localisation

Hydrographie et relief

Climat

Voies de communication et transports

Urbanisme


Typologie

Massillargues-Attuech est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Alès, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (44,7 %), cultures permanentes (43,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,8 %), zones urbanisées (4,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie


Provençal Massihargue, du roman Marcilhargues, Masseyliargues, Marsilhargues, du bas latin villa de Massilhanicis, Massillanicis, Macellanigis, Marcianicus, Marcilhanicæ, Massilianicæ, Marcelhanicæ[1].

Au XVIIIe siècle, On trouve les graphies Marsolargues / Massolargues relatives aux possessions de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de la commanderie de Saint-Christol.

Histoire


Moyen Âge

Les Hospitaliers

Le , Chabot Rochayrol et Peyronelle sa femme, font don de la terre de « Marsolargues » aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem d'Alès[8],[9]. On retrouve ensuite Massilargues parmi les membres de la commanderie de Saint-Christol mais la visite effectuée en 1761 par les commissaires de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem indique que la bâtisse seigneuriale est entièrement ruinée et qu'il ne reste qu'un domaine avec six pièces de terre[10].

Époque moderne

Le village de Marssilargues est mentionné Parrochia Sancti-Marcelli et aussi Castrum et mandamentum de Massilianicis en 1345 dans le cartulaire de la seigneurie d'Alais[11] et le hameau d'Attuech Mansus de Atogiis, in parrochia de Sancti-Marcelli lui aussi en 1345 dans le même cartulaire[11].

Révolution française et Empire

Époque contemporaine

Politique et administration


Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 1983 Raymond Arnaud PCF  
1983 1995 Claude Foubert    
1995 2008 Jacques Blanc PS viticulteur
2008 En cours Aurélie Genolher EELV Agricultrice
Conseillère régionale d'Occitanie depuis 2015
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages

Population et société


Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 664 habitants[Note 3], en diminution de 1,04 % par rapport à 2013 (Gard : +1,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
286293383345339376373419423
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
397398383386430432391371384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
390402389345334339317311318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
337335318331419522652675662
2018 - - - - - - - -
664--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

Santé

Manifestations culturelles et festivités

Cultes

Économie


Revenus de la population et fiscalité

Emploi

Entreprises de l'agglomération

La commune connaît une forte production du Vase d'Anduze.

Secteurs d'activités

Culture locale et patrimoine


Édifices civils

Édifices religieux

Patrimoine culturel

Patrimoine naturel

Personnalités liées à la commune

Héraldique


Blason
D’azur, à la main dextre d’argent, tenant une massue d’or[11].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi


Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références


Notes et cartes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. » , sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. a et b (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français : embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne..., Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 1179 p., 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238 ), p. 292, t. 2 et p. 168, t. 1
  2. « Typologie urbain / rural » , sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition » , sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité » , sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. » , sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville » , sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). » , sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 avril 2021)
  8. Emmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, dressé sur les titres originaux, Paris, (lire en ligne ), p. 33-34
    Le membre de Marsolargues.
    .
  9. Abbé César-Augustin Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome I », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVI,‎ , p. 53, lire en ligne sur Gallica.
  10. Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles faisant suite au manuscrit de Jean Raybaud 1751-1806 : tome III », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXIX,‎ , p. 92, lire en ligne sur Gallica
    « Le membre de Massolargues à trois lieues d'Alais » (Alès).
    .
  11. a b et c Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934 , lire en ligne ), p. 131-132 et 13-14
  12. L'organisation du recensement , sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements , sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006 , 2007 , 2008 , 2009 , 2010 , 2011 , 2012 , 2013 , 2014 , 2015 , 2016 , 2017 et 2018 .
  16. Notice no IA00128402 , base Mérimée, ministère français de la Culture.







Catégories: Commune dans le Gard | Commune dans l'arrondissement d'Alès | Commune abritant une commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem | Aire urbaine d'Alès




Information à partir de: 03.05.2021 06:05:11 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.