Mosquée de l'arsenal des galères


Monument du parc Valbelle dit mosquée de l'arsenal des galères
Le monument du parc Valbelle en 2011
Présentation
Type
Construction
après 1725 et détruite vers 1792 (Mosquée) ; 1861 (Kiosque)
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
commune
Adresse
Coordonnées

Le monument dit de la mosquée de l'arsenal des galères ou de la mosquée des galériens turcs est un édifice situé dans le parc Valbelle, dans le 8e arrondissement de Marseille, en France.

Sommaire

Quelques éléments de son histoire


On a longtemps considéré que ce bâtiment était un vestige de l'ancienne mosquée du cimetière de l'arsenal des galères dit des « Turcs esclaves du roi » et des galériens, construite au début du XVIIIe siècle pour les esclaves et forçats ottomans[1], puis transformée en kiosque après de nombreux transferts et changements de propriétaires[2].

Mais, depuis les années 1990, des études comme celle de Régis Bertrand ont revu la destination initiale du monument visible dans le parc Valbelle (ou « de la Villa Valbelle »), au numéro 584 de l'avenue du Prado. Il s'agirait d'une chapelle privée constituée en 1927 par l'industriel Paul Rouvière[3] avec les restes d'une villa située au 291 de la rue Paradis[4], détruite en 1926. Enfin, les pierres de cette dernière provenaient du deuxième étage du « Kiosque Bonaparte[5] », une guinguette à l'architecture orientalisante édifiée dans le jardin de la Colline par l'ingénieur civil Léon Cahier en 1860-1861 et elle-même détruite en 1885.

Les cimetières musulmans et la mosquée du XVIIIe siècle


Un cimetière musulman était localisé, dès entre 1691[6] et 1698, près du carrefour de la rue Sainte et de la rue de la Paix Marcel Paul[7],[8], mais est transféré entre les années 1723 et 1725, sur un terrain de 540 toises carrées (environ 2 046,6 m2) acquis et entouré de murailles par la confrérie de la Rédemption des captifs, à l’intérieur du pâté de maisons entre le cours Pierre-Puget et la rue Roux de Brignoles, au sud de la place Monthyon[9],[10].

Selon l'intendant de marine pour toute la Provence François-Noël Laurent Levasseur de Villeblanche (c. 1679-1759), dans une lettre du [11], cet espace contenait « une mosquée, un puits, un hangar pour leurs dévotions funèbres et un local destiné à la chaux et outils nécessaires aux inhumations des Turcs ». Régis Bertrand ajoute qu'en 1777 Jean-Baptiste Grosson notait dans son éphéméride qu'« il y a au fond de ce cimetière un petit édifice dans lequel les esclaves turcs qui étaient sur les galères allaient faire leurs prières à certains jours[12] ».

En tout cas, vers 1792, l'ensemble cultuel est progressivement occupé par l'arsenal d'artillerie[13] sans tenir compte de la décision du conseil général de la commune « de faire rendre libre (...) l'ancien cimetière ».

« Cette petite fabrique, au sort aujourd'hui incertain, a perpétué jusqu'à nos jours le souvenir du modeste enclos des « esclaves turcs » qui ne renferma jamais une construction aussi soignée (Dupuy, 1991 : Bertrand, 1991 : Contrucci, 1995). »

— Régis Bertrand, 2002.

Inscription et trace mémorielle


Ce monument, qui a fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques le en tant que « mosquée[14] », est donc une trace mémorielle, un souvenir installé dans la mémoire collective, de la mosquée, des galériens et des esclaves en France.

Par exemple, entre 1680 et 1696, il y avait 2040 « Turcs[15] » esclaves ou captifs sur les 7 970 rameurs valides des Galères de France, et entre 1682 et 1707 (soit 26 ans, rythme de renouvellement de la chiourme et durée moyenne de séjour), « 5 594 Turcs ont été immatriculés sur le registre des galères », selon Pierre Boyer[16].

« L'arsenal des galères devint ainsi le plus grand pourrissoir d'hommes de France. Près de vingt-cinq mille d'entre eux furent enterrés dans le cimetière jouxtant le bâtiment entre 1680 et 1748. »

— Gérard Noiriel (se référant à André Zysberg), Une histoire populaire de la France, 2018, p. 139.

Notes et références


  1. André Zysberg, Les Galériens du roi, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France : 1680-1748, Paris, 1987, p. 347 sq.
  2. « Insolite - Sur la corniche marseillaise, le plus long banc du monde ! » , sur www.laprovence.com, (consulté le 12 juin 2012)
  3. « Pour Valbelle, prière d’aller au fond du parc » , sur www.20minutes.fr, (consulté le 1er septembre 2016)
  4. Aux coordonnées . Voir aussi Xavier Cherica, « Marseille : dix monuments historiques secrets dévoilés » , sur www.laprovence.com, (consulté le 12 juin 2012)
  5. Aux environs des coordonnées
  6. Son origine est peut-être la réciprocité, suite au grief du dey d'Alger, Hadj Chabane : « Mon très cher ami, il y a en ce pays des cimetières pour les étrangers et pour les esclaves chrétiens, mais, à Marseille, il n’y a point de cimetière pour les Musulmans, et il est impossible de creuser des fosses sur le bord de la mer, parmi les rochers. ».
    Voir la « [Lettre de] Hadj Chaban, dey d'Alger, à Louis XIV [du 23 juillet 1691] », dans Eugène Plantet (éd.), Correspondance des deys d'Alger avec la cour de France : 1579-1833, t. 1, Paris, 1889, p. 313-314 (en ligne ).
  7. Aux environs des coordonnées
  8. Cf. Auguste Laforêt, Étude sur la marine des Galères, Paris, [article de nov. 1859 publ. dans la Revue de Marseille réuni en] 1861, p. 173 n. 2 .
  9. Aux environs des coordonnées
  10. Cf. les articles de Régis Bertrand, en 2002 (§ 13), et de Michel Renard (« Aperçu sur l'histoire de l'islam à Marseille, 1813-1962 », dans Outre-Mers, revue d'histoire, 2003, p. 270-271 ).
    Ce dernier se fondant sur les informations de Auguste Laforêt (« Étude sur les galères à Marseille », dans Revue de Marseille : fondée et publiée au profit des pauvres, novembre 1859, part. p. 496 ) et sur une pétition de 1813 auprès du préfet (Archives municipales de Marseille, Série M [Bâtiments communaux], 52 M 666 [anc. cote : 60 M 22] : Demande d'établissement d'un cimetière pour les musulmans hors la porte Saint-Victor, 1813. Les pétitionnaires avaient pour noms : Elmekki ben Mohammed Saroq, Mahmoud Elmecaisi, Hadji Hamed Kardem, Humida Sabag, Hadgi Ali, Hadgi Saïtur, Mohammed Bahij. Traduite par A. Gierra, interprète juré en langues orientales pour le département des Bouches-du-Rhône) précisant que l'ancien cimetière musulman « était, suivant le rapport de nos anciens au terrain où est aujourd'hui l'arsenal près le cours Bonaparte », c'est à dire près de l'actuel cours Pierre-Puget.
    Régis Bertrand note, qu'en plus du rapport du 25 septembre 1759 (rédigé par Duprat ingénieur en chef des places de Marseille : Archives départementales des Bouches-du-Rhône C 3637), un document signale à propos du cimetière que « cet emplacement est divisé en trois parties ». Ce qui laisserait penser que la portion réservée aux « forçats chrétiens » comprenait une parcelle catholique et une protestante (Archives municipales de Marseille DD 138).
  11. Cf. Archives nationales, AE/B/III/482 Consulats, mémoires et documents. Levant et Barbarie. (1616-1873) (ancienne cote B3-482) , p. 350-351 (lettre du 16 décembre 1749).
  12. Jean-Baptiste Grosson, Almanach historique de la ville de Marseille, Marseille, 1777, p. 213-214 (et 1778 p. 297-298).
  13. Voir l'article de Régis Bertrand, en bibliographie, et « Parc Valbelle » , sur www.marseilleforum.com (consulté le 12 juin 2012)
  14. Notice no PA00081366 , base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Selon Pierre Boyer (p. 63-66), « Ce vocable recouvre en réalité un éventail de toutes les races, de toutes les nationalités et même de plusieurs religions », même si « la quasi-totalité des esclaves achetés appartiennent à la religion mahométane ».
  16. Pierre Boyer, « La chiourme turque des Galères de France de 1685 à 1687 », dans Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 6, 1969, part. p. 55-56 (en ligne ).

Voir aussi


Bibliographie

Les forçats à Marseille

Contexte général et communauté musulmane du XIe au XIIIe siècle

Articles connexes

Liens externes









Catégories: Monument historique à Marseille | Monument historique inscrit en 1965 | 8e arrondissement de Marseille | Mosquée monument historique en France | Mosquée à Marseille | Mémoire de l'esclavage en France | Monument historique détruit en France




Information à partir de: 08.12.2020 04:37:15 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.