Noailles (Marseille)


Noailles

La gare de Noailles, aujourd'hui station de métro et tramway.
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Marseille
Arrondissement municipal 1er arrondissement
Canton Marseille-1
Code postal 13001
Démographie
Population 4 863 hab. (2012)
Densité 33 082 hab./km2
Fonctions urbaines Résidentielle
Géographie
Coordonnées
Superficie 14,7 ha = 0,147 km2
Transport
Métro Noailles
Tramway Noailles
  Canebière - Capucins
  Rome - Davso
  Cours Saint-Louis
Localisation

Noailles est un quartier du 1er arrondissement de Marseille situé en centre-ville, près de la Canebière.

Surnommé « le ventre de Marseille », Noailles est principalement connu pour son marché quotidien sur la rue du Marché-des-Capucins et ses nombreuses boutiques, parfois très anciennes. Noailles est aussi un centre de la communauté maghrébine Marseillaise. C'est un quartier sans centre social ni école primaire publique et dont le logement est très dégradé[1], 80% des habitants y sont éligibles au logement très social[2].

Sommaire

Toponymie


Le quartier doit son nom à la rue Noailles, créée en même temps que la Canebière, en . Située entre le cours Saint-Louis et la porte des remparts, cette voie était alors habitée par des grandes familles qui lui donnent son premier nom, rue des Nobles.

Le constructeur de galères, Jean-Baptiste Chabert, y construit en un hôtel particulier qu'il loue à Jacques de Noailles, lieutenant des galères. Le nom de ce dernier reste attaché à la rue, à la place qui la prolonge et à la porte des remparts jusqu'à leur démolition. Il est encore celui du quartier.

Situation


Le quartier, au sens du décret n° 46-2285 du , est compris dans un quadrilatère délimité par la Canebière, Le boulevard Garibaldi et le cours Lieutaud, La rue Jean-Baptiste Estelle, la rue Saint-Ferréol[3].

Histoire


L'histoire du quartier est surtout celle du couvent des Capucins et de la rue Noailles.

En , les religieux de l'ordre mendiant des Capucins installent leur couvent sur des terrains achetés en par Catherine de Médicis à l'emplacement de l'actuel marché des Capucins. En , le couvent est déclaré bien national, les religieux sont expulsés, les bâtisses et terrains allotis et vendus. De leur présence, il ne reste que les noms du marché des Capucins et de la rue Longue-des-Capucins.

La rue Noailles est une rue aristocratique jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Outre l'Hôtel de Noailles, on y trouve deux autres belles demeures du XVIe siècle : l'hôtel de Manse (ensuite hôtel de Mazargues) et l'hôtel Mirabeau que Jean-Antoine Riqueti de Mirabeau fait construire quand il vend sa maison de la place de Lenche. La rue devient ensuite bourgeoise, accueillant un commerce élégant après la Révolution.

Avec le développement de la circulation, les riches commerçants s'installent rue Saint-Ferréol et la rue Noailles devint populeuse et très encombrée. La municipalité décide alors d’entreprendre son élargissement aux dimensions de la Canebière, ce qui entraîne la disparition de la rue et la démolition des beaux immeubles du XVIIe siècle situés sur le côté droit. Les travaux commencent en .

Dans les années , Noailles est un quartier populaire qui compte de nombreux habitants d'origine immigrée[4]. On y trouve aussi des immeubles insalubres et des constructions délabrées[2], ce qui a conduit à l’effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne en novembre 2018, causant la mort de plusieurs habitants[5]. Début 2019, certains immeubles de la rue de la Palud sont préventivement démolis, et certains immeubles du Domaine Ventre évacués.

Culture locale et patrimoine


Musées

Espaces culturels

Animations culturelles

Lieux d'enseignement

Patrimoine architectural


Immeubles historiques et hôtels particuliers

Noailles abrite un très grand nombre de commerces d'alimentation (fruits et légumes, boucheries, poissonneries, aliments et épices exotiques…) et de produits orientaux ou africains (artisanat, tissus,…), notamment rue du Marché-des-Capucins, rue Longue-des-Capucins, rue d'Aubagne et rue halle de la Croix. Certaines boutiques du quartier sont très anciennes, notamment l'herboristerie du Père Blaise, rue Méolan depuis 1815, et la quincaillerie Empereur créée en 1827 rue d'Aubagne.

Édifices religieux

Monuments et œuvres urbaines

Rues principales

Lieux remarquables disparus


Galerie


Notes et références


  1. « [Vivre à Noailles] La lutte sans fin contre l'habitat indigne | Marsactu », Marsactu,‎ (lire en ligne , consulté le 15 novembre 2018)
  2. a et b « Patrick Lacoste urbaniste à Marseille : "il faut arrêter avec l'indolence [envers les marchands de sommeil]" », France Inter,‎ (lire en ligne )
  3. « Le plan du quartier sur OpenStreetMap »
  4. « Immeubles effondrés à Marseille : « Nous les habitants de Noailles réclamons notre dû : la justice et la dignité » », Le Monde,‎ (lire en ligne )
  5. « Dans le centre-ville de Marseille, 13 % de l’habitat est indigne », Le Monde,‎ (lire en ligne )
  6. « Hôtel Saint Louis, Marseille »
  7. « Un mini-musée à ciel fermé » , sur La Provence,
  8. « La Fabulerie, Marseille » , sur Tourisme-Marseille
  9. « L’histoire de la Maison du Figaro, ex Espace Culture, sur la Canebière » , (consulté le 5 août 2020)
  10. Voir sur pss-archi.eu.
  11. Musée du Vieux-Marseille, Marseille au temps de Nadar, Editions Parenthèses, , 124 p. (ISBN 978-2-86364-106-4, lire en ligne )
  12. « Les habitants de Noailles inaugurent la Place du 5-Novembre » , sur madeinmarseille.net, (consulté le 20 avril 2020).
  13. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16721159s
  14. Augustin Fabre, Les rues de Marseille, t. IV, Marseille, E. Camoin, 1867-1868, 468 p. (présentation en ligne , lire en ligne ), « Rue Moustier, rue Estelle, rue Dieudé », pages 183-1187.
  15. David Coquille, « Rasée en 1981, la Halle Delacroix toujours dans les mémoires », La Marseillaise,‎

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Lien externe








Catégories: Quartier de Marseille | 1er arrondissement de Marseille




Information à partir de: 07.05.2021 11:11:04 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.