Parlement d'Aix


Le Parlement d'Aix ou Parlement de Provence était un parlement d'Ancien Régime mis en place à Aix en 1501, à la suite de l'union perpétuelle du comté de Provence au Royaume de France en 1487.

Sommaire

Histoire


Le parlement d’Aix fut mis en place à Aix en 1501 par Louis XII, peu après l'union perpétuelle de la Provence à la France en 1482 par Louis XI. Par ses lettres patentes données à Lyon en [1], il établit un parlement de Provence en la ville d'Aix, composé d'un président et onze conseillers dont quatre clercs et sept laïques.

La Cour disposait d'un avocat général, d'un procureur des pauvres, de quatre secrétaires et greffiers et de trois huissiers. Le véritable chef de ce collège était le grand sénéchal. Il représentait le roi, et c'est en son nom que les arrêts étaient rendus. Le Premier président présidait en son absence[2].

Ce parlement était une cour de justice repris sur le modèle de celui de Paris, créé par Louis IX pour juger en appel au nom du roi. Cour souveraine, le Parlement jugeait en dernière instance l'ensemble des affaires passées par les tribunaux de sénéchaussées et par les tribunaux féodaux de son ressort.

En 1545, c’est le président du Parlement d’Aix, Oppède, soutenu par le cardinal de Tournon, qui organisa le massacre des vaudois du Luberon.

Le plus souvent, les États s'y réunissaient pour voter l'impôt. Ce parlement était si peu populaire qu'un dicton apparut[3] :

« Lou Parlamen, lou Mistrau e la Durènço soun li tres flèu de la Prouvènço (Le Parlement, le mistral et la Durance sont les trois fléaux de la Provence). »

En 1590, Henri IV créa un Parlement rival de celui d’Aix qui ne le reconnaissait pas comme roi, à Pertuis, où se rendaient les parlementaires qui lui étaient fidèles[4].

Contrairement à la plupart des autres Parlements, son ressort restait stable et lié à un ensemble cohérent, puisqu'il épousait les contours du gouvernement militaire d'Aix et de la généralité du même nom. En 1771, pendant l'intermède de la « réforme Maupeou », l'intendant Charles Jean-Baptiste des Gallois de La Tour ayant soutenu les positions du Parlement d'Aix est remplacé. Il ne retrouve son intendance qu'en 1775.

Le Parlement d'Aix était atypique dans la mesure où il était le seul Parlement où, depuis 1650, les fonctions de Premier président du parlement et d'intendant de la généralité d'Aix étaient confiées à la même personne.

Comme l'ensemble des Parlements d'Ancien Régime, le parlement d'Aix fut dissout lors de la Révolution en 1790.

Fin du parlement

L'Assemblée départementale des Bouches-du-Rhône s'installa à Aix le [5]. D'autres assemblées furent formées dans le même temps, comme l'administration du Var, celle des Basses-Alpes, dont le mode de fonctionnement est calqué sur les anciennes assemblées de province, de viguerie et de communautés, pourtant à la merci de la politique menée par les clubs révolutionnaires.

La création de ces institutions eut pour conséquence le démembrement de l'ancienne administration provençale. L'article 10 du décret du 2- provoqua la suppression du Parlement de Provence. Quelques jours plus tard, l'administration de la province fut dissoute[5].

Notes et références


  1. Archives départementales des Bouches-du-Rhône : B 3313 à B 3318, ordonnances sur la justice, la procédure criminelle et les Eaux et Forêts (1501-1670) : ces six registres contiennent les grands textes concernant le fonctionnement du parlement de Provence. On y trouve, en bonne place les édits fondamentaux de Lyon (1501) et de Joinville (1535)
  2. Noël Coulet, « D'un parlement à l'autre (1415-1501) », dans 'Le parlement de Provence : 1501-1790 : actes du colloque d'Aix-en-Provence, 6 et 7 avril 2001, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 2002, p. 19.
  3. Valérie Jacq, Philippe Albert et Robert Delorme, « Le mistral Quelques aspects des connaissances actuelles », La Météorologie, Société météorologique de France, vol. 50,‎ , p. 30 (DOI 10.4267/2042/34821 , lire en ligne )
  4. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152 , lire en ligne ). p. 367.
  5. a et b Charles de Ribbe, Pascalis - Étude sur la fin de la Constitution provençale, 1787-1790, éd. Dentu, 1854, p. 241.

Voir aussi


Bibliographie

Articles connexes

Liens externes








Catégories: Parlement de Provence | Juridiction de l'Ancien Régime | Fondation en 1501 | Organisme disparu en 1790 | Histoire d'Aix-en-Provence




Information à partir de: 09.12.2020 09:59:45 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.