Pythéas


Pythéas
Statue de Pythéas sur la façade du palais de la Bourse à Marseille. Œuvre d'Auguste Ottin.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Πυθέας
Activités
Période d'activité
Vers IVe siècle av. J.-C.

Pythéas (en grec ancien, Πυθέας) est un astronome grec, considéré comme l'un des plus anciens explorateurs scientifiques ayant laissé une trace dans l'Histoire.

Pythéas a effectué un voyage dans les mers du nord de l'Europe vers 325 av. J.-C., mais son récit, connu dans l'Antiquité, n'a pas survécu. Il n'est maintenant partiellement révélé que par les écrits de quelques auteurs parmi lesquels Strabon, Diodore de Sicile, Pline l’Ancien et Polybe. Il est le plus ancien des auteurs de l'Antiquité que nous connaissions à avoir décrit, notamment, les phénomènes polaires, les marées ainsi que le mode de vie des populations du nord de l’Europe.

Pythéas a évoqué l’île de Thulé et sa description des marées est le texte le plus ancien qui suggère la lune comme leur cause.

Sommaire

Le voyage de Pythéas


Le voyage de Pythéas fut entrepris sans doute vers 330-320.

On ignore la date du périple de son compatriote[note 1], le massaliote Euthymènes, qui se serait dirigé vers l’Atlantique sud : cet explorateur aurait longé les côtes de l'Afrique, depuis les « Colonnes d'Hercule », jusqu'au fleuve Sénégal.

Pythéas aurait pu être aidé dans son expédition par la cité de Massalia, alors à l’apogée de sa prospérité[1] mais cette hypothèse n’est étayée par aucune source antique qui nous soit parvenue. L’hypothèse selon laquelle il aurait été envoyé par Alexandre le Grand[2] pour explorer l'Océan est également plausible, puisque ce conquérant s’apprêtait à faire le tour de l’oïcoumène lorsqu’il mourut[note 2].

Toutes les hypothèses sur le détail et les conditions de son voyage sont, par nécessité, des conjectures. On a pu penser, par exemple, que parti en mars, il dut rentrer en octobre ou novembre, après avoir parcouru 9 038 milles marins[3] ; que son navire devait être une de ces galères mixtes du IVe siècle av. J.-C., genre catascopium[note 3], avec un bordé doublé d’un vaigrage et protégé par des préceintes pour résister aux glaces de la mer du Nord[4] ; il est possible qu’il ait fait à la fois du cabotage et du long cours. Pythéas a pu tout aussi bien n'avoir été que passager de bateaux de commerce et de pêche. En effet, aucune source antique ne le qualifie de navigateur.

Quant au but de cette expédition, la seule certitude, c’est qu’elle avait une visée scientifique. Certains historiens[5] ont imaginé que Pythéas et Euthymènes seraient partis à la recherche de nouvelles sources de matières premières ; il est vrai que Marseille fut longtemps en rivalité commerciale avec Carthage[1], mais Pythéas devait surtout vouloir établir une table des latitudes et « vérifier des phénomènes que démontrait clairement la géométrie mais auxquels il semblait difficile de croire[6]. »

Datation

On peut déduire de ces sources que le voyage de Pythéas aurait eu lieu, au plus tard, entre 330 et 300 av. J.-C.[note 4].

Itinéraire

Parti de Massalia[9],[10], Pythéas rejoignit l'Atlantique vraisemblablement après avoir franchi les colonnes d'Hercule (détroit de Gibraltar), mais certains auteurs n'écartent pas l'hypothèse d'un voyage fluvial jusqu'au débouché de la Gironde ou de la Loire. Son voyage se poursuivit vers l'Armorique puis la Grande-Bretagne. Poussant plus au nord au large des Orcades, il atteignit une région où la nuit ne durait que deux heures. Il évoqua également l'île de Thulé, située sur le cercle arctique, ainsi qu'une zone de la mer où la navigation devient impossible, l'océan ressemblant à un « poumon marin », peut-être un mélange de glace et d'eau dans les bruines et les brumes proches de la banquise[11].

L'association de son nom à l'ambre, notamment par Pline l'Ancien, a conduit certains auteurs à imaginer que Pythéas, à son retour, aurait également exploré la mer Baltique. Les étapes de son voyage restent largement inconnues, même si l'hypothèse d'un second voyage en mer Baltique n'est pas à écarter totalement[11]. Quant à l'emplacement de Thulé, il reste de nos jours sujet à débat. Il pourrait s'agir de l'Islande ou de la Norvège.

Œuvres

Seuls deux ouvrages de Pythéas sont connus par leur titres, l'un De l'Océan (Περὶ τοῦ Ὠκεανοῦ, Perì toû Ôkeanoû)[12], et l’autre, Description ou Voyage autour de la Terre (Περίοδος γῆς) ou périple (περίπλους)[13]. On a pu penser que ces deux titres appartenaient à un seul et même ouvrage. Il n'est pas rare en effet qu'un ouvrage de l'Antiquité soit diffusé et cité par les auteurs anciens sous plusieurs titres différents, parce que parfois une seule partie de l'œuvre est éditée avec un titre propre. Ces ouvrages ne nous sont pas parvenus, peut-être ont-ils disparu dans l'un des incendies de la bibliothèque d'Alexandrie, mais plusieurs auteurs antiques nous en ont transmis des fragments épars ; ces fragments se réduisent à quelques citations dans les écrits d’auteurs antiques, parmi lesquels Timée, Ératosthène et Hipparque, à travers le géographe Strabon, principal détracteur de Pythéas qu’il accuse d'affabulation[14],[15], Diodore de Sicile[16] (qui ne cite pas Pythéas) et Pline l'Ancien[17],[1]. On peut aussi tirer profit de passages de Géminos, de Cléomède et de Polybe[18].

Découvertes

La relation de Pythéas abonde en observations et en indications chiffrées.

Il a contribué à apporter la preuve de la sphéricité de la Terre, qui à son époque est passé du statut d'hypothèse[28] à celui de connaissance scientifique (Aristote)[29],[30],[31],[32],[33]. Pythéas en a apporté la confirmation notamment par la mesure des durées diurnes et nocturnes : à son époque, la géométrie de la sphère en mouvement était fort avancée, comme en témoignent les travaux d’Autolycos de Pitane, son contemporain, et l’usage courant de la sphère armillaire[34].

Jugements et postérité

Certains auteurs antiques ont considéré Pythéas comme un affabulateur. C'est en particulier l'opinion de Polybe et de Strabon, pour qui il était inconcevable que des terres puissent être habitées au-delà de l'Irlande. Mais les témoignages de son périple, et surtout ses observations astronomiques, ont été pris en considération par des savants comme Ératosthène ou Hipparque. Au fil du temps, ses récits sont apparus crédibles et plus personne de nos jours ne remet son existence en doute[36].

Winston Churchill a rendu hommage à Pythéas dans son ouvrage "Naissance d'une nation".

Un cratère lunaire[37] porte le nom de Pythéas.

Bibliographie


Études

Gaston-E. Broche, Pythéas le Massaliote, découvreur de l’extrême Occident et du nord de l’Europe IVe siècle av. J.-C. : Essai de synthèse par les textes, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, , 260 p. (présentation en ligne )

Jean Malye, « Pythéas », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, no 41,‎ , p. 34-47 (lire en ligne , consulté le 30 juillet 2020).

Littérature de fiction

Notes et références


Notes

  1. Les commentateurs modernes placent l’expédition d’Euthymènes au VIe siècle av. J.-C., tandis que d’autres, comme Jean Malye (op. cit. p. 35), la donnent comme contemporaine de celle de Pythéas. Jehan Desanges est fondé à dire qu’il n’y a aucune raison de lier les navigations de ces deux Marseillais.
  2. Faire le tour d’une île avec ses bateaux de guerre était une manière symbolique d’en prendre possession, comme Néarque l’avait fait pour la conquête de l’Asie. Isocrate avait déjà assigné Gadès comme objectif à Philippe de Macédoine.
  3. Au temps de Pythéas, Marseille construisait des navires et disposait d’une flotte importante ; elle participa aux côtés du Romain Cnaeus Cornelius Scipion à la victoire de Tarragone contre les Carthaginois, en 217 av. J.-C.
  4. Si on suppose que Timée n'a pas écrit après l'âge de vingt ans, vers 330, et que Dicéarque aurait eu besoin de temps avant d'écrire l’œuvre de sa maturité (après 300), il n'y a pas de raison de ne pas accepter la fenêtre temporelle proposée par Henry Fanshawe Tozer de 330 à 300 av. J.-C. (A History of Ancient Geography, Cambridge University Press, 2014 p. 152-153 Lire en ligne ). Certains donnent cinq ans de plus à Timée, ramenant la date à 325. Si Pythéas n'a pas écrit avant l'âge de vingt ans, il aurait été un contemporain de Timée et de Dicéarque. Comme ils ont lu ses écrits, il les aurait produits vers le début de cette fenêtre temporelle.
  5. « Les Carthaginois envoyaient impitoyablement par le fond tout navire étranger qu’ils rencontraient dans leurs parages et se dirigeant soit vers l’île de Sardaigne, soit vers les colonnes d’Hercule ; c’est même là ce qui explique pourquoi la plupart des renseignements sur les contrées d’Occident sont si peu dignes de foi. »
  6. Peut-être le St Michael's Mount.

Références

  1. a b et c Emmanuel Davin 1954, p. 62.
  2. Jacques Blamont, Le Chiffre et le songe, Histoire politique de la découverte, éditions Odile Jacob, 1993, p. 102.
  3. Emmanuel Davin 1954, p. 65.
  4. Emmanuel Davin 1954, p. 66 et 67.
  5. Édouard Will, Claude Mossé et Paul Goukowsky, Le Monde grec et l’Orient, Tome II, Le IVe siècle et l’époque hellénistique, P.U.F., 1975, p. 168.
  6. Germaine Aujac, « Astronomie et géographie scientifique dans la Grèce ancienne », 1973 , p. 446.
  7. « Strabon, Geographica, II-4-1 et II-4-2 »
  8. Rosemary Burton, Richard Cavendish et Bernard Stonehouse, Les grands explorateurs, p. 19.
  9. Jean Malye 1933, p. 46.
  10. Germaine Aujac, « Astronomie et géographie scientifique dans la Grèce ancienne », 1973, Bulletin de l'Association Guillaume Budé, n° 32, p. 445.
  11. a et b Emmanuel Davin 1954, p. 64.
  12. L'astronome Geminos de Rhodes cite une « Description de l'Océan ».
  13. D’après Marcianus, le scholiaste d'Apollonios de Rhodes.
  14. « Strabon - Géographie » , Livre I, chap. 4, al. 2 & al. 3 & al. 4 & al. 5, sur https://mediterranees.net (consulté le 12 avril 2020)
  15. « Strabon - Géographie » , Livre II, chap. 5, al. 8 & al. 43, sur https://mediterranees.net (consulté le 12 avril 2020)
  16. « Diodore de Sicile - Bibliothèque Historique » , e.g. XV, 23, sur http://remacle.org (consulté le 12 avril 2020)
  17. « Pline l'Ancien - Historia Naturalis » , e.g. XXXVII, 11, 5, sur http://remacle.org (consulté le 12 avril 2020)
  18. (fr) Polybe, Histoire générale, vol. 3, livre XXXIV, p. 251 , trad. Félix Bouchot, 1847.
  19. Jean Malye 1933, p. 38-39.
  20. Maurice Euzennat, Le Périple d’Hannon, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, no 2,p. 562 et 579, lire en ligne
  21. Joachim Lelewel 1836, p. 22.
  22. a b et c Germaine Aujac 1973 op. cit., p. 445.
  23. « Pline l'Ancien - Historia Naturalis » , Livre II, chap. XCVII al. 6, sur http://remacle.org (consulté le 12 avril 2020)
  24. Pseudo-Galien, Sur les Philosophes, chap. XII.
  25. « Strabon - Géographie » , Livre I, chap. 4 al. 3, sur https://mediterranees.net (consulté le 12 avril 2020)
  26. « Pline l'Ancien, Historia Naturalis » , Livre II, chap. LXXV al. 1, sur http://remacle.org (consulté le 12 avril 2020)
  27. a et b « Strabon, Géographie » , Livre XXIV, chap. IV al. 1, sur http://remacle.org (consulté le 12 avril 2020)
  28. Figure de la Terre dans l'Antiquité#Le modèle de Terre sphérique
  29. Météorologiques II, 7.
  30. Aristote, Jocelyn Groisard & Pierre Pellegrin 2014, p. 950-952.
  31. Monique Dixsaut & Brisson 2008, p. 1230-1231.
  32. Aristote, Du ciel, 297 b 31 à 298 a 8.
  33. Catherine Dalimier & Pierre Pellegrin 2014, p. 767-768.
  34. Germaine Aujac 1973, op. cit., p. 445-446.
  35. « Strabon - Géographie » , Livre I, chap. IV al. 4, sur https://mediterranees.net (consulté le 12 avril 2020)
  36. Tristan Vey, « Pythéas, un astronome antique dans l'Arctique » , Le Figaro, samedi 5 / dimanche 6 août 2017, page 9.
  37. Pytheas , site Gazetteer of Planetary Nomenclature.

Sources historiographiques


Annexes


Articles connexes

Liens externes








Catégories: Personnalité du IVe siècle av. J.-C. | Navigateur grec | Explorateur grec | Personnalité provençale de l'Antiquité | Personnalité liée à Marseille | Marseille antique | Histoire de Marseille | Histoire de la France antique | Date de naissance incertaine (IVe siècle av. J.-C.) | Naissance à Marseille | Date de décès incertaine (IVe siècle av. J.-C.)




Information à partir de: 13.06.2021 05:23:22 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.