Régis de L'Estourbeillon - fr.LinkFang.org

Régis de L'Estourbeillon


(Redirigé depuis Régis-Marie-Joseph_de_L'Estourbeillon_de_La_Garnache)
Régis-Marie-Joseph de L'Estourbeillon de La Garnache
Régis de L'Estourbeillon au Celtic Congress of Caernarfon, 1904.
Fonctions
Député du Morbihan
-
Secrétaire général
Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique
Député
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Mouvement
Distinctions

Régis-Marie-Joseph de L'Estourbeillon de la Garnache, généralement connu sous la forme Régis de L'Estourbeillon, né le à Nantes, mort au château de Penhoët, à Avessac (Loire-Atlantique) le .

Marquis de l'Estourbeillon, Chevalier de la Légion d'honneur, Croix de Guerre (1914-1918), Palmes académiques, fondateur de l'Union régionaliste bretonne.

Sommaire

Biographie


Régis est le fils d'Amand Marie Gabriel de L'Estourbeillon et de Marie Caroline Pépin de Belle-Isle (descendante de l'amiral Julien Pépin de Belle-Isle).

Il est à l'origine de la création de l'Union régionaliste bretonne en 1898 et en assuma la présidence pendant une quarantaine d'années. Il dirige La Revue de Bretagne avec le comte René de Laigue. Élu en 1898 député royaliste[2] du Morbihan, il siège alors dans le groupe présidé par Édouard Drumont, vice-président général Jacquey, secrétaire M. Morinaud, qui comportait 23 députés [3],[1]. Ré-élu jusqu'en 1919, il devient ensuite l'un des membres les plus actifs de l'Action libérale, groupe qu'il rejoint avec ses collègues du groupe antisémite Jules Delpech-Cantaloup et le député d'Alger Charles-François Marchal[1]. . En 1909, alors député de la première circonscription de Vannes, il conduit la délégation chargée de réclamer au ministre de l'Instruction Publique Gaston Doumergue, l'enseignement de la langue bretonne dans les lycées et collèges de Bretagne. Le ministre opposa un franc refus à la délégation en prétendant que « l'enseignement du breton favoriserait les tendances séparatistes ».

Il participe à la Première Guerre mondiale comme engagé volontaire (il avait 56 ans). Il obtient plusieurs décorations : Chevalier de la Légion d'honneur et Croix de guerre 1914-1918.

Il rédige une déclaration publiée par La Libre Parole de Drumont où il demande l'enseignement de la langue bretonne le . Il fait partie du mouvement artistique breton Seiz Breur.

En , il fait remettre au maréchal Pétain un exposé des « revendications légitimes de la province de Bretagne », demandant, dans une Bretagne reconstituée à cinq départements, une assemblée provinciale et des fonctionnaires d'origine bretonne, revendications auxquelles le gouvernement centralisateur de Vichy ne donnera pas droit, malgré la promesse du maréchal de reconstitution de la province[4].

Le , le marquis Régis de L'Estourbeillon reçut la francisque du régime Vichy en l'honneur de ses 40 années de présidence de l'Union régionaliste bretonne[5].

Publications


Publication de petites plaquettes :

Ces différentes publications peuvent être consultées à l'APPHR de Redon (Association pour la Protection du Patrimoine Redonnais)

Notes et références


  1. a b et c Laurent Joly (2007), « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3/2007 (n° 54-3), p. 63-90.
  2. Voir l'article WP: Liste des députés du Morbihan, source: Ministère de l'Intérieur (Archives)
  3. annuaire de la presse française et du monde politique 1899, directeur Henri Avenel 20e année p. 85
  4. De 1940 à 1941, réapparition d'une Bretagne provisoirement incomplète, un provisoire destiné à durer, par Etienne Maignen, bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine, tome CVIV 2010.
  5. Georges Cadiou, "L'Hermine et la Croix gammée", Mango Document, 2001, [ (ISBN 2-914353-065)]
  6. Hoël Broërc'h est son nom de plume.

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Article connexe

Liens externes










Catégories: Membre de l'ordre de la Francisque | Chevalier de la Légion d'honneur | Titulaire de la croix de guerre 1914-1918 | Officier d'Académie | Personnalité royaliste française du XXe siècle | Personnalité de l'Action libérale populaire | Député du Morbihan (Troisième République) | Membre de Seiz Breur | Personnalité de l'Union régionaliste bretonne | Marquis français du XXe siècle | Marquis français du XIXe siècle | Naissance en février 1858 | Naissance à Nantes | Décès en septembre 1946 | Décès à 88 ans | Décès dans la Loire-Inférieure | Élève du lycée Clemenceau de Nantes | Naissance dans la Loire-Inférieure




Information à partir de: 07.12.2020 05:35:18 CET

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-by-sa-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.