Salvien de Marseille


Salvien de Marseille
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Activités
Autres informations
Religion

Salvien (Salvianus) est un auteur latin chrétien du Ve siècle[1].

Sommaire

Vie


Origine

Salvien est originaire du nord-est de la Gaule, probablement de Cologne ou de Trèves, dont il décrit avec émotion la destruction en 440.

Son excellente éducation lui permet de devenir un rhéteur apprécié et un fin lettré. À une date inconnue il se marie et s'installe dans le sud-est de la Gaule. Avec sa femme Palladia il a un enfant.

Conversion à l'ascétisme

C'est alors qu'il se convertit à l'ascétisme avec sa femme, avec pour conséquence la rupture avec ses beaux-parents. Il fait un séjour auprès d'Honorat d'Arles (Saint Honorat) en 427, au moment où celui-ci devient évêque d'Arles. Hilaire d'Arles note qu'il était l'un de ses plus chers compagnons.

Il participe à l'éducation de Salonius, le fils de son ami Eucher. Il devient prêtre en 430.

Il termine sa vie à Marseille où il est décède probablement, après 470, "perit ridendo" ("il meurt en se riant").

Œuvre


Bien que l'auteur du De uiris illustribus, Gennade de Marseille, indique qu'il fut prolifique, il ne nous reste de lui que deux œuvres et neuf lettres.

De gubernatione Dei

La première œuvre est le De gubernatione Dei (« Le Gouvernement de Dieu »), où il cherche à expliquer la crise de l'Empire romain, en butte aux attaques barbares, par un « plan universel de Dieu » qui punirait la décadence morale des Romains (en Gaule et en Afrique en particulier) et récompenserait la pureté morale des Barbares païens, qui paradoxalement deviennent des modèles pour les Romains chrétiens : Dieu ne quitte pas le gouvernail, il dirige toujours le bateau.

En résumé, la misère du monde romain est entièrement due à la négligence des commandements de Dieu et aux terribles péchés de chaque classe de la société : les esclaves sont voleurs, fugueurs, buveurs de vin et gloutons, mais les riches sont pires et c'est leur dureté et leur cupidité qui poussent les pauvres à rejoindre les Bagaudes et à se réfugier auprès des envahisseurs barbares. Partout, les impôts accablent les pauvres et épargnent les riches. Les villes sont laissées en proie à la débauche et aux divertissements, et l'on continue à adorer les anciens dieux. Pour tout cela, il est juste que Dieu réagisse et punisse le monde romain corrompu, et accorde l'héritage de l'empire en récompense à la chasteté des Vandales, la piété des Goths, aux vertus plus rudes des Francs, des Saxons et des autres tribus, pourtant ariennes, hérétiques ou incroyantes.

Cette position est construite en opposition radicale à la "Cité de Dieu" de Saint Augustin et aux chrétiens d'Afrique qu'il malmène copieusement, dans la tradition très indépendante du christianisme provençal à l'égard de l'évêque de Rome, depuis Saint Honorat jusqu'à Jean Cassien, qui situe toujours l'évêque d'Arles et les abbés du monastère de Lérins en relation directe avec le patriarcat de Constantinople, puisque la liturgie est y donnée en grec jusqu'à une date très tardive.

Cette étroite relation est illustrée par le légendaire provençal qui fait de Saint Honorat un fils de l'empereur de Byzance, Andronicus.

Ad Ecclesiam

La seconde œuvre est le traité Ad Ecclesiam ou Livre de Timothée à l'Église. Il y dénonce l'avarice et la cupidité des chrétiens et l'organisation économique de la cité. Il y invite les fidèles à léguer leurs biens à l'Église.

Certains passages encouragent les parents à ne rien léguer à leurs enfants : il vaut mieux que les enfants apprennent le besoin plutôt que les parents la damnation. L'abnégation absolue des prêtres, moines et religieuses est le modèle unique en ce monde.

Autres

Nous sont, enfin, parvenues neuf lettres, qui apportent des renseignements d'ordre biographique, notamment sur ses amitiés.

Notes et références


Bibliographique


Éditions

Études sur l'auteur

Liens externes








Catégories: Écrivain romain du Ve siècle | Paléochristianisme | Personnalité gallo-romaine | Personnalité liée à Marseille | Écrivain du haut Moyen Âge | Personnalité du haut Moyen Âge par nom | Naissance à Trèves




Information à partir de: 27.04.2021 10:36:55 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.