Tirana


Tirana
Tiranë

Héraldique

Drapeau

La place Skanderbeg.
Administration
Pays Albanie
Préfecture Tirana
Région Tirana
Maire
Mandat
Erion Veliaj (PSSh)
2015-2019
Code postal 1001 — 1028
Indicatif téléphonique (+355) 040
Démographie
Gentilé Tiranais
Population 557 422 hab. (2018)
Densité 13 335 hab./km2
Géographie
Coordonnées
Altitude 90 m
Superficie 4 180 ha = 41,8 km2
Localisation
Liens
Site web http://www.tirana.gov.al/

Tirana (Tiranë en albanais, prononcé /ti.ˈɾa.nə/) est la capitale et la ville la plus peuplée d'Albanie. Elle est le centre de la préfecture de Tirana, une des 12 préfectures albanaises.

En 2018 sa population était officiellement de 557 422 habitants[1], mais l'agglomération approche le million d'habitants.

Tirana fut fondée en 1614 et est devenue capitale en 1920. C'est le principal centre économique, industriel et culturel du pays. Au cours du XXe siècle, l'économie s'est développée autour des produits agricoles, des textiles, de la construction mécanique et des produits pharmaceutiques.

Depuis l'ouverture démocratique de l'Albanie en 1990, la capitale essaie de développer une industrie du tourisme, entravée par l'instabilité politique qui règne dans les Balkans, avec plusieurs conflits militaires dans les années 1990, notamment au Kosovo voisin.

Sommaire

Histoire


Tirana, mentionné dès 1418 comme un village dans un document vénitien, devient une ville en 1614 quand le général ottoman Sulejman Pasha (en) y construisit une mosquée, une boulangerie et des bains turcs.

La ville resta de taille modeste jusqu'au début du XXe siècle. En 1910, elle ne comptait que 12 000 habitants. Le coup d'envoi de sa croissance fut donné par son élévation au rang de capitale en 1920, par le gouvernement provisoire établi au Congrès de Lushnjë. En 1944, le gouvernement communiste d'Enver Hoxha confirma ce choix.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle la ville fut occupée par les Allemands, la population atteignait 60 000 habitants. Suivit une période d'expansion industrielle et démographique (137 000 habitants en 1960). À la fin des années 1990, le mouvement s'accentua avec l'arrivée massive d'Albanais du nord du pays.

La chute du régime communiste a été suivie d'une période de développement anarchique de la ville, sur fond d’affairisme et de corruption. « Après la chute du communisme, les gens qui avaient de l’argent ont cru que tout était permis : on a construit des immeubles de vingt étages, sans permis, sur du sable ou des marécages », explique la professeure de génie civil Luljeta Bozo. Ces constructions ont été particulièrement vulnérables face au tremblement de terre de 2019, qui a laissé de nombreux habitants sans solution de relogement[2].

Depuis quelques années, la capitale souffre de surpopulation, les infrastructures urbaines n'ayant pas été suffisamment adaptées. Il existe des problèmes dans le traitement des déchets, dans l'approvisionnement en électricité, en eau courante. Pourtant, de nouveaux bâtiments sont construits régulièrement (on soupçonne certains promoteurs immobiliers de blanchir de l'argent sale).

Un autre problème majeur est l'apparition d'une pollution atmosphérique catastrophique, liée essentiellement à l'accroissement anarchique du trafic automobile. La plupart des voitures circulant en Albanie ne sont pas aux normes environnementales européennes. On y trouve de vieilles Mercedes-Benz diesel d'origine allemande, et le carburant utilisé en Albanie contient plus de soufre et de plomb que dans le reste du continent.

Les chantiers se multiplient dans la ville, avec une augmentation de 183 % du nombre de permis de construire délivrés en 2017, et ce en dépit d'une émigration massive. Les milieux criminels, liés au pouvoir politique, ont choisi d'investir dans le bâtiment l'argent issu du trafic de drogue, lequel s'est beaucoup développé en quelques années[2].

Géographie


La ville se situe au centre de l'Albanie au pied du mont Dajti. Elle est arrosée par les rivières Lana et Tirana.

Climat


Tirana possède un climat méditerranéen (été chaud et sec, hiver humide), mais avec des influences continentales (les hivers sont parfois rigoureux).

Relevé météorologique de Tirana
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,8 2,6 4,5 7,9 12,1 15,6 17,2 16,9 14,1 10,1 6,3 3,2 9,4
Température maximale moyenne (°C) 11,6 12,9 15,6 19 23,8 27,7 30,7 30,7 27,3 21,8 17,1 13 20,9
Précipitations (mm) 132 120 100 87 99 60 28 39 73 157 152 142 1 189
Nombre de jours avec précipitations 12 10 11 10 10 6 4 4 6 11 13 12
Source : Le climat à Tirana (en °C et mm, moyennes mensuelles) [3]


Économie


Tirana possède un aéroport international (Nënë Tereza, code AITA : TIA, code OACI : LATI).

Éducation


La ville abrite l'Université de Tirana et l'Université européenne de Tirana. L'école privée française d'informatique Epitech[4] y est également implantée.

Architecture et lieux remarquables


La plupart des endroits intéressants sont situés à proximité de la Place Skanderbeg, grand espace ouvert au cœur de la ville.

Les quelques autres bâtiments dignes d'intérêt sont les administrations, les académies et universités de Tirana.

Jumelages


Francophonie

La ville est membre de l'association internationale des maires francophones[5].

Archevêché


Sports


La ville compte trois clubs de football qui ont glané la majorité des titres nationaux : le KF Tirana, le FK Partizani Tirana et le FK Dinamo Tirana. On y trouve aussi le club de football Shkëndija Tirana.

Personnes célèbres nées à Tirana


Arts et sciences

Politique

Sport

Notes et références


  1. (en) Statistiques gouvernementales [PDF].
  2. a et b « Élections législatives en Albanie : le logement et la corruption au cœur du vote », Ouest-France,‎ (lire en ligne )
  3. [1]
  4. (en)Epitech
  5. « Liste des membres sur le site de l'AIMF » , sur http://www.aimf.asso.fr/ (consulté le 27 mars 2012)

Voir aussi


Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes








Catégories: Municipalité en Albanie | Tirana | Ville membre de l'Association internationale des maires francophones | Division administrative fondée en 1614




Information à partir de: 03.05.2021 07:05:27 CEST

Source: Wikipedia (Auteurs [Histoire])    Licence: CC-BY-SA-3.0

Changements: Toutes les images et la plupart des éléments de conception liés à celles-ci ont été supprimés. Certaines icônes ont été remplacées par FontAwesome-Icons. Certains modèles ont été supprimés (comme «l’élargissement de l’article doit être développé) ou attribués (comme les« notes »). Les classes CSS ont été supprimées ou harmonisées.
Les liens spécifiques à Wikipedia qui ne mènent pas à un article ou à une catégorie (tels que «Liens rouges», «Liens vers la page de modification», «Liens vers des portails») ont été supprimés. Chaque lien externe a une icône FontAwesome supplémentaire. Outre quelques modifications mineures dans la conception, le conteneur de supports, les cartes, les boîtes de navigation, les versions parlées et les microformats géographiques ont été supprimés.

Notez s'il vous plaît: Étant donné que le contenu donné est automatiquement extrait de Wikipedia à un moment donné, une vérification manuelle était et n'est pas possible. Par conséquent, LinkFang.org ne garantit pas l'exactitude ni l'actualité du contenu acquis. S'il existe une information erronée pour le moment ou dont l'affichage est inexact, n'hésitez pas à Contactez-nous: l'e-mail.
Voir également: mentions légales & charte de confidentialité.